masculins / Lille - OL J-3

Cris: "Le football... c'est ma vie"

Publié le 20 janvier 2005 à 16:01 par R.B

Le 28 août 2004, <b>Christiano Marques Gomez Cris </b>débutait sa carrière lyonnaise contre Lille. Gerland découvrait « <b>le Gendarme </b>» (surnom attribué par <b>Essien</b>), un sacré défenseur mes aïeux.

24 matchs en intégralité, 2 buts en Champions League (Manchester et Fenerbahce), 6 cartons jaunes (Lille, Monaco, St-Etienne, Manchester, Fenerbahce, Viry-Châtillon) ; des notes attribuées par le quotidien l'Equipe allant de 5,5 à 7 avec une majorité de 6. Autant dire que l'international brésilien fait l'unanimité. Il est même le leader des étoiles pour France Football. Quant à sa réputation de joueur méchant, ses 14 fautes sanctionnées en 17 rencontres de championnat prouvent que les réputations ne sont pas toujours fondées! Même s'il aime aller au mastic... Et si vous lui demandez combien de fois l'arbitre l'a pénalisé contre Metz ou Sochaux... il le sait: "0 contre Metz et 0 à Sochaux". Incroyable, mais vrai.

Dimanche soir au Stadium de Villeneuve d'Ascq il va donc retrouver les Lillois. Se souvient-il du match aller et de ses premiers pas olympiens ? « J'avais tellement envie de jouer ; de porter ce maillot que je ne me rappelle pas vraiment mon match. J'étais tellement heureux. Sincèrement, jouer avec l'OL, c'était le plus important. Je me souviens un peu de l'attaquant adverse qui était grand (Moussilou). Dans le jeu, cela s'était bien passé». A peine 5 mois en France cela lui permet-il d'avoir un avis sur le championnat hexagonal ? «C'est complètement différent du Brésil. Ici, les rencontres sont plus disputées, plus difficiles. Je trouve que toutes les équipes se tiennent. Il y a plus d'engagement physique en France. En plus il y a un véritable respect des schémas tactiques mis en place par les entraîneurs. Tu sais, au Brésil, les gars font un peu ce qu'ils veulent sur un terrain. Une équipe qui m'a marqué ? Non. Un joueur ? Le Monégasque Adebayor. Il est grand ; il est fort. Il est difficile à marquer (c'est d'ailleurs contre lui qu'il a fait le plus de fautes : 3) ».

Défenseur central, il a partagé l'axe de l'arrière garde lyonnaise avec Abidal (1 fois), Diatta (9 fois), Cacapa (10 fois) et Essien (4 fois). Cela change-t-il son jeu ? « J'essaie de jouer de la même manière. Peu importe si je suis positionné à droite ou à gauche. Et peu importe qui joue en milieu de terrain. A Lyon, les défenseurs jouent très simplement. Non, je ne change pas mon jeu ». Phénoménal dans son registre défensif, on se demande parfois pourquoi il ne monte pas ballon au pied. Sait-il le faire ? Ne veut-il pas le faire ? A-t-il des consignes ? « J'ai des consignes. Je les respecte. Au Brésil, j'allais plus devant. Chez moi, les entraîneurs laissent plus de liberté au joueur. De toute façon, moi j'aime défendre mon but. Je ne veux pas que l'équipe encaisse un but. Je préfère ne pas marquer et gagner plutôt que de l'emporter en ayant encaissé un but et en ayant marqué. Ma cage; c'est comme ma chambre ! ».

Alors forcément avec ce tempérament de guerrier et ses qualités, Cris est devenu un des chouchous de Gerland. Cris! Cris! Cris! quand le virage Nord entonne cet hymne chaleureux à son adresse, nous en tribune, nous avons la chair de poule. Que c'est beau ! Et lui, que ressent-il ? « C'est trop, trop bien. Je ne sais plus quel geste, quelle action faire pour remercier les supporters... et pour qu'ils continuent, aussi, à prononcer mon nom. Au Brésil ? Cela existait tout en étant différent. C'est un club des supporters qui assimilait mon nom à son groupe. Ces encouragements me poussent à en faire toujours plus ».

En le regardant, juste à côté de nous, on se dit que ce gars a une bonne bouille de gentil. Certes son crâne rasé, sa masse physique et sa barbe de 2 ou 3 jours donnent un tout autre aspect sur le terrain. Docteur Jekill et Mister Hyde ? « Quand je suis sur un terrain, je me transforme. J'aime l'engagement physique, parler avec mes coéquipiers.. Je veux gagner. Je ne veux pas juste jouer, tu comprends ; je veux toujours vaincre, vaincre. Mon jeu ? Je joue comme cela depuis mes débuts. J'anticipe. C'est mon football. Je ne tacle qu'en dernier ressort ».

Ce défenseur, roi de l'anticipation, "King" du jeu aérien, relanceur sans chichi... semble infranchissable. Toujours aux aguets ; regardez le surveiller sa proie, prêt à bondir. Les yeux sur le ballon. Un pied… une tête, une épaule, une hanche, une jambe... tout est bon pour reprendre l'objet de ses désirs et l'éloigner proprement ou sans simagrée de sa zone à surveiller. A des centaines de mètres de l'action, on sent son souffle sur l'échine de l'opposant; son envie de croquer ce ballon. Impressionnant ! Et quand on lu demande une définition du football, Christiano répond : « c'est ma vie ». Juste à côté, sa compagne Tatiane le regarde en l'interrogeant du regard, histoire de dire : et moi alors, je n'existe pas ? « Son Chouchou » explique. «J'ai besoin du football pour être heureux et pour rendre, autour de moi, les gens heureux».

Enfin, avant d'endosser l'habit de témoin de la 22ème journée de Ligue 1, le Brésilien promet de s'exprimer tout seul en Français dans quelques temps. « Je comprends de mieux en mieux, mais c'est difficile. En France, il faut construire les phrases avec un sujet, un verbe, un complément. En Portugais, c'est plus simple ». Ce n'est pas un problème Cris il y a Isabelle pour nous aider et puis on a déjà très bien compris ton remarquable jeu de défenseur. Exceptionnel le joueur ; adorable le bonhomme.

En Français ou en Portugais, peu importe, le Brésilien nous a montré qu'il se tenait au courant du championnat. Voici ses pronostics.

Metz - Marseille
« Ce serait bien que Metz l'emporte, mais je pense plus au match nul ».

Saint-Etienne - PSG
«Je suis contre l'ASSE, donc PSG ». Et quand on lui dit qu'il a été bien formé, il répond : «c'est Bernard Lacombe ».

Rennes - Ajaccio
« Ce sont deux équipes avec des Brésiliens dans leurs rangs. Alors je ne peux pas prendre partie. Je dis match nul ».

Caen - Auxerre
«Caen. »

Sochaux - Bordeaux
« Sochaux a besoin de points après ses récentes défaites. Je pronostique Sochaux ».



Monaco - Lens
« En ce moment, c'est difficile pour Lens mais pour nous, j'aimerais bien que Monaco ne l'emporte pas. Alors nul ».

Toulouse - Nantes
« Toulouse »

Bastia - Nice
« Les Corses. Ils ont besoin de l'emporter ».

Istres - Strasbourg
« Les Provençaux ont le moral depuis leur premier succès à l'extérieur. Ils sont mes favoris ».

Lille - OL
«Tu n'as pas besoin de me poser la question. Pourquoi poser la question ? 1 à O pour nous. On gagne et on ne prend pas de but: l'idéal ».