masculins / Infirmerie

Cris positive

Publié le 14 août 2007 à 15:00 par BV

A vrai dire, cela fait bizarre. Cris appuyé sur des béquilles est une vision pour le moins inhabituelle. A force de le voir intervenir avec autorité et sauter bien plus haut que son vis-à-vis, on en avait presque oublié que le Brésilien pouvait crier ou souffrir.

« La douleur fut terrible, révèle-t-il. Je me connais, je sais que je suis un guerrier, qu’il est difficile de me blesser. J’ai tout de suite compris que c’était grave, que c’était fini ».
Samedi, au Stadium de Toulouse, pour la première fois le Policier baissa la tête. « C’est tout nouveau pour moi, raconte-t-il. Je ne m’étais jamais blessé aussi gravement ». Lundi en début d’après midi, le verdict tant craint a en effet éteint les derniers espoirs de le voir fouler à nouveau les pelouses de France et d’Europe en 2007. Malgré la double rupture des ligaments croisé antérieur et latéral externe qui l’éloignera des terrains durant « au moins six mois », le Brésilien positive : « ça va. Je suis triste et déçu mais c’est la vie. (…) Il faut rigoler car on sait que six mois loin des terrains, c’est difficile. Il me faut maintenant être opéré le plus tôt possible pour récupérer. Je vais en tout cas tout faire pour revenir plus tôt ».

Une opération que le Brésilien a choisi de subir au Brésil, vendredi. « J’en ai parlé avec le Président, le coach et le médecin. Tout est prêt. Je pars jeudi après-midi. C’est mieux pour moi car je pourrai là-bas profiter du soutien de mes parents, mes enfants et mes amis ».

Décidément, ces derniers temps, le ciel lyonnais s’obscurcit singulièrement. La blessure de Cris vient en effet remplir un peu plus une infirmerie lyonnaise déjà bien engorgée. Après Fred, écarté des terrains pour une fracture du cinquième métatarse et Grégory Coupet, souffrant d’une rupture du ligament latéral interne du genou gauche qui le privera des quatre prochains mois de compétition, Cris est le troisième cadre de l’équipe rhodanienne sur le flanc pour une longue durée. Alors forcément, « c’est un peu difficile pour le moral de mes coéquipiers, confie ce dernier. C’est un moment noir qu'il faut oublier car un championnat très difficile ainsi que la Champions League nous attendent. Mais ils sont costauds. Je sais qu’ils vont faire un bon championnat. Le groupe est fort et peut passer au dessus de ça ».

[IMG41224#R]Celui-ci possède certes suffisamment de talent et d'expérience pour palier ces malheureux coups du sort mais il faut également reconnaitre que tout n’est pas si simple. Le retrait du Brésilien, joueur ayant disputé le plus de minutes la saison dernière (3960 minutes en 44 matchs), n’est pas sans poser plusieurs problèmes à Alain Perrin. Avant de trouver son remplaçant dans l’axe de la défense, l’entraîneur olympien devra désigner un successeur à son nouveau capitaine. Sur ce point là, Cris est catégorique : « Il faut le (le brassard) donner à Juni (Juninho). C’est le leader. Je sais qu’il n’acceptera pas mais il faut lui imposer même si je sais que c’est un peu difficile pour lui »… et pour tous les supporters de l’Olympique Lyonnais aussi ! Depuis son arrivée en France à l’été 2004, Cris a conquis tous les cœurs. 6 mois sans entendre Gerland rugir de plaisir « Cris ! Cris ! Cris ! », c’est effectivement très long. Et s’il est certain que, pour une fois, l’éloignement n’affadira pas cette histoire d'amour, il est tout de même tellement rare de se dire en été : « vivement l’hiver ».
Sur le même thème