masculins / stage tignes

Cris… pour un doublé

Publié le 02 juillet 2010 à 09:35 par R.B

Ce réveil musculaire à vélo parti tranquillement s’est achevé au sprint par un succès du capitaine lyonnais…

Vous pouvez prendre les paris, il n’arrivera pas en tête au sommet de l’Iseran. Mais sur de courtes distances avec de la bosse, Cris fait parler sa forme du moment, sa puissance, son mental. « Le Vieux » a donc de nouveau fait la loi dans la dernière grosse bosse finale suivi de près par Ederson… puis Claude Puel et Cléber. Vincent Espié, le préparateur physique, souhaitait que ce soit un vrai réveil musculaire. « Ne partez pas aussi vite que la dernière fois. Faites tourner les jambes. Il y a de la fatigue et à 10h, il y aura une grosse séance de travail autour du lac et en salle… ».

A 7h, les bouilles sont fripées, les yeux à peine ouverts. Les muscles couinent. Certains auraient préféré rester dans leur lit. Le silence s’impose. Heureusement, le soleil accompagne les futurs "forçats" de la route qui vont faire ce réveil dans la station savoyarde. Jo Bats fait tourner les jambes… Mathieu Gorgelin impressionne une fois de plus par son style de véritable coureur type spécialiste du contre la montre...  Bafé Gomis, drealocks en bataille sons son casque, donne l'impression de dormir sur son vélo... Patrick Collot fait parler sa puissance avec dans son sillage Claude Puel, toujours placé depuis le début du stage, mais jamais gagnant. Assurerait-il le classement général ? Attention samedi matin dans la montée de l’Iseran, il pourrait bien se transformer en un Contador intouchable…

Tous revenus au bercail, le petit déjeuner va faire du bien. « Faire des efforts à jeun  pour les sportifs de haut niveau, c’est l’occasion d’un entrainement supplémentaire dans des conditions difficiles, sans sucre notamment. On sollicitent les muscles pour qu’ils se solidifient ensuite en créant d’autres fibres… ». Le doc Emmanuel Ohrant paie de sa personne dans ce genre d’exercice, même si ce vendredi matin, il a connu d’entrée des problèmes mécaniques qui l’ont pénalisé. Attention à lui dans la montée de l’Iseran…