masculins / stage Autriche

Cris : « regarde… j’ai le sourire… »

Publié le 08 juillet 2011 à 14:44 par R.B/S.G

Le « chauve » est toujours et bien là comme le montre cette interview que vous pouvez retrouver ce vendredi dans l’émission l’Estivale à partir de 19h…

Il avait fait la presse écrite avant de venir répondre à nos questions. Avec le Policier, c’est souvent comme une partie de ping pong, les réponses vont aussi vite que les questions surtout quand il a des choses à dire. « Je suis comme cela, je ne peux pas garder pour moi… Je ne regrette rien de ce que j’ai dit la saison dernière où pour la troisième année consécutive nous n’avons rien gagner ».

Alors ces vacances Christiano ? « Je suis resté au Brésil avec la famille. Je suis allé 3 jours à Rio, puis je suis allé à Curitiba pour le mariage de Michel (Bastos). Sinon, j’étais à la maison, tranquille à prendre du bon temps. Cette année, je n’ai pas fait de sport ; rien. L’été dernier, je m’étais préparé et cela n’a pas marché… alors, j’ai changé ». Et d’enchaîner aussitôt. « J’en ai parlé avec le staff, il m’a dit que j’avais le temps de me préparer tranquillement pendant ces 5 semaines. J’apprécie ce genre de dialogue. Il y a de la confiance et j’en ai toujours besoin malgré mon âge, mon expérience… ».

Evidemment, il est revenu sur la saison précédente, voire les trois derniers exercices. Il s’était déjà exprimé sans nuances sur le sujet. « La saison dernière a été compliquée pour l’équipe et pour moi. Cela a été difficile à vivre avec toutes ces blessures. Je me suis arrêté 5 fois. J’ai lu et entendu ceux que certains ont raconté. Que j’étais fini, que je devais prendre ma retraite. Je n’avais jamais vécu cela… Je n’oublie pas… ».

Et de poursuivre en parlant des changements. « Regarde… j’ai le sourire. Tout est différent… Il y a de la chaleur humaine, de la confiance… du dialogue. On rigole mais on travaille dur. Moi, si on me parle, je comprends les choses, même si on me dit que je ne joue pas ». Alors, cela donne des ailes au Brésilien. « L’objectif, c’est le titre. Je ne veux pas être le seul capitaine de l’OL qui ne gagnera pas un titre. Sonny, Claudio et Juni l’ont fait… ». Et puis Cris a trouvé un sosie dans le staff. « Oui, tu as vu… Gérald Baticle… il me ressemble ».

Christiano revit. Il travaille pour montrer qu’il n’est pas fini, pour répondre aux critiques et pour poursuivre cette belle histoire avec l’OL commencée fin août 2004 contre le LOSC à Gerland.