masculins / OL - Lille J-1

Croquer du Dogue... en pensant à Giovane!

Publié le 27 août 2004 à 18:00 par R.B.

[IMG2895L]Le 23 mai dernier les <b>Dogues</b> lillois avaient participé en tant « qu'invités » aux festivités du troisième titre olympien. Ce jour là Eric <b>Abidal</b> jouait avec <b>Wimbée</b> ; les deux joueurs n'ayant rien pu faire pour éviter une défaite (3 à 0). L'un garde maintenant la cage de Metz ; l'autre est devenu international avec le maillot lyonnais sur le dos et proclame: "je ne fais jamais de cadeaux sur un terrain..."

Le 23 mai dernier les Dogues lillois avaient participé en tant « qu'invités » aux festivités du troisième titre olympien. Ce jour là Eric Abidal jouait avec Wimbée ; les deux joueurs n'ayant rien pu faire pour éviter une défaite (3 à 0). L'un garde maintenant la cage de Metz ; l'autre est devenu international avec le maillot lyonnais sur le dos. Et puis, ne l'oublions pas, ce jour là fut aussi celui des adieux connus, à l'époque, de Delmotte, Deflandre et Dhorasoo. On l'apprendra plus tard, ceux, encore, de Muller, Carrière, Vercoutre, Edmilson, Luyindula .

Les nouveaux lillois de Claude Puel viennent tout juste de remporter la coupe Intertoto avec le Villareal de « Sonny » et Schalke 04. Voilà donc un deuxième européen qui arrive à Gerland juste dans la foulée des Sochaliens.



Dans le Nord, il a fallu digérer l'héritage « Vahid ». 21 des 27 joueurs du groupe qui avaient participé à la Ligue des Champions 2001-2002 ont posé leurs crampons ailleurs ; parmi eux, Wimbée, Bakari, Delpierre, D'Amico, Ecker, N'Diaye, Pichot, les frères Cheyrou, Cygan, Bassir… Excusez du peu ! Les fidèles ? Brunel, Schmitz, Moussilou, Tafforeau, Landrin et Malicki. 14eme et 10eme des deux derniers exercices, le LOSC, à l'image de son vieux stade Grimonprez-Jooris, est en pleine rénovation. Les supporters rêvent d'un retour au plus haut niveau. Saviez-vous, en excluant la 3 et 5eme place de l'ère « Vahid en 2001 et 2002 qu'il faut remonter à la saison 53-54, année du deuxième titre, pour enregistrer un meilleur classsement ! Les Dogues veulent supplanter les Sang et Or dans le Nord… Gervais Martel, le président lensois, a quelques longueurs d'avance pour l'instant sur Michel Seydoux, son homologue lillois ! Quant à trouver un futur Dogue prêt à égaler le record de ce bon Marceau Sommerlinck, titulaire de 5 coupes de France (46, 47, 48, 53 et 55), les paris sont ouverts…



Lille arrive donc à Gerland ce samedi, les jambes lourdes de sa finale retour Intertoto disputée mardi soir et enlevée 2 à 0 dans les prolongations contre Leiria. Moussilou ayant inscrit pour l'occasion son cinquième but dans cette compétition. Billet européen en poche, les partenaires du capitaine Brunel retrouvent un championnat où ils marquent le pas depuis deux rencontres : 1 défaite et 1 nul ; 3 buts encaissés et 0 marqué 19 joueurs ont déjà porté le maillot rouge sur les 270 minutes proposées. Manchev est sur le départ ; le Grec Tavlarides a posé son uniforme de l'armée pour enfiler de nouveau, le jour de la venue de Bordeaux (0 à 0), le costard de patron du secteur défensif des rouge et bleu; Sylva et Tafforeau étant les seuls à avoir un temps de jeu complet. Avec 4 points au lieu du minimum requis de 6 (2 réceptions en 3 matches), le LOSC est en manque de points. L'entraîneur Claude Puel pourrait faire tourner son effectif avec notamment la rentrée de Vitakic; Angbwa purgeant son deuxième match de suspension. Tafforeau, contracture à la cuisse, restant lui aussi dans le Nord.



« Cette équipe me semble en progression. Elle travaille dans la continuité, étape par étape. Claude Puel est un garçon intelligent ; il bosse bien ; il incarne à merveille les valeurs de ce club. Je pense aussi que la qualification pour la coupe de l'UEFA va donner à ce groupe de la confiance. Il faudra se méfier : le Dogue est toujours coriace ». Yves Colleu se méfie et ne pense pas un seul instant que les 120 minutes disputées mardi soir pèseront sur les organismes nordistes. « Avec 4 jours de récupération, ils ne seront pas émoussés… ».



L'OL n'a pas de soucis mathématiques, 5 points (2 déplacements, 1 réception). En revanche, la qualité du jeu, comment le nier, n'a pas atteint encore les sommets souhaités. Certains joueurs ont toujours les crampons un peu coincés dans les starting-block. L'efficacité offensive a quelques ratés (le moins bon départ des 4 dernières saisons avec 3 buts marqués). Cris a signé, mais Elber, fracture du péroné, n'est plus là pour un bon bout de temps. « Dos au mur, nous avons toujours répondu présents… ». L'immense Grégory Coupet, précieuse sentinelle d'une maison trop taquinée, a l'art de présenter les choses directement. En effet, au-delà de la confiance générée par un succès obligatoire à domicile, si les points ramenés de voyages plus ou moins délicats (36 la saison dernière, 4 déjà à ce jour) perdent de leurs couleurs à domicile, les ambitions au final ne peuvent plus être celles d'un champion potentiel, voire même simplement d'un placé pour la Ligue des Champions.



Cette chanson là est connue. Inutile d'en faire une mauvaise rengaine ! Eric Abidal en retrouvant son ancien club n'a pas d'état d'âme ; ce guerrier l'avoue: « ce sera particulier… mais comme toujours sur un terrain, je ne ferais pas de cadeau ! » Pas question de servir la soupe à "ces chiens" venus du Nord. Leur filer une bonne pâtée? Oui!



48h après avoir pris connaissance de leurs adversaires européens, les partenaires de Claudio Cacapa n'ont effectivement pas de sentiments à faire. Oh si, justement... pour leur copain Giovane Elber, à l'infirmerie avec sa jambe droite tout juste opérée. Alors Messieurs, marquer et gagner.



R.B.
Sur le même thème