masculins / Pendant la trêve

D... comme DERBY

Publié le 10 juin 2006 à 17:00 par MG

C'est l'heure de l'ABECEDAIRE. Une lettre et un mot par jour. Place aujourd'hui au D... Comme Derby. Robert Duverne le nomme la « Champions League Rhône-Alpes »… les voisins rivaux ; les faux frères ; les ennemis héréditaires…

Le fameux derby. Robert Duverne le nomme la « Champions League Rhône-Alpes »… les voisins rivaux ; les faux frères ; les ennemis héréditaires… tant de noms et quelques 60 kilomètres qui séparent le Stade de Gerland et Geoffroy Guichard...

Du vert de la pelouse au vert de leurs maillots... partout du vert. Pour certains la couleur provoque une douloureuse répulsion. Pourtant entre les « Rouge et Bleu » et les « Verts » ; entre Lyonnais et Stéphanois, la rivalité n’a pas toujours existé.

« Les stéphanois », raconte Claude Cretin, géographe spécialiste des relations entre les deux Communautés Urbaines, « ont toujours eu peur d’être pris pour la banlieue pas chic, industrielle, ouvrière, de Lyon. Et les lyonnais ont toujours considéré que St Etienne c’était là-bas dans les montagnes, que c’était une population ouvrière qui n’avait pas grand-chose à voir avec la grande bourgeoisie lyonnaise. C’est ça, l’origine du Derby. Mais il y a des racines beaucoup plus précises ».

L’origine et c’est étonnant remonterait aux années 1790, quand Lyon et St Etienne, préfecture et sous-préfecture du département Rhône-et-Loire, allaient main dans la main affronter le pouvoir parisien.

« Lyon a fait sécession et s’est révolté contre le pouvoir parisien. Le malheur c’est qu’une bonne partie des Stéphanois est allée renforcer les troupes lyonnaises. Et quand au mois d’août 93, le pouvoir central est descendu de la capitale pour reprendre les choses en main, les Stéphanois ont très vite lâché le morceau. Les lyonnais ont été punis… On a tous entendu parler des fusillades des Brotteaux, et pour les punir durablement, on a coupé le département en deux, créant le département du Rhône d’un côté et le département de la Loire de l’autre ». A partir de ce moment là, les Stéphanois, craignant une nouvelle réunification Rhône-et-Loire, n’ont cessé de défendre leur territoire.
A la rivalité géographique s’est greffée au 20ème siècle une rivalité économique notamment dans le secteur des tissus. Aujourd’hui plus question de parler de tout cela, la notion de Derby a pris ses quartiers dans la ferveur populaire de Gerland et de Geoffroy Guichard.
« On règle des vieux comptes qui n’ont plus lieu d’être. Autrefois dans la vieille France rurale, au Moyen Age, comment faisait-on entre deux villages quand il y avait incompréhension ? On allait sur un pré, une fois ou deux par an, et on se flanquait, excusez moi l’expression, une bonne peignée, même parfois sous forme de jeu de balles. On jouait à la Soule, c’est l’ancêtre du ballon, et quand on jouait à la Soule on ne se faisait pas de cadeaux, il y avait des morts.
A la différence d’autrefois quand même, les équipes n’ont plus rien de local ».


[IMG40606#C]