masculins / Troyes - OL J-1

D'abord s'imposer dans l'Aube...

Publié le 31 mars 2006 à 17:41 par R.B

A « l’aube » d’un rendez-vous mythique à San Siro, les Lyonnais se rendent à Troyes pour progresser un peu plus sur la route domestique menant au cinquième titre de rang. Quant aux locaux, ils font du surplace depuis belle lurette au point de sentir dans leur dos le souffle de la L2 !

« L’OL pour nous, c’est l’Izoard et le Galibier en même temps. Mais il ne faut pas avoir peur ; le football est le seul sport qui permet de rêver, de croire à un miracle. Nous ne devons pas trop respecter cette équipe, mais chercher à lui imposer à tout prix notre propre football ». L’entraîneur Jean-Marc Furlan, ancien défenseur, engage sa troupe au surpassement face à cette montagne olympienne qui pourrait obscurcir un peu plus le ciel troyen. Lors des 11 dernières rencontres de championnat pas une seule victoire à se mettre sous la dent et seuls 4 malheureux petits points pour égayer ces journées tristounettes. Du coup, il y a danger pour le maintien à 540 minutes de la fin ; un danger sous forme de chasseurs alsaciens, lorrains et corses postés à 2, 3 et 5 longueurs. Paradoxalement à domicile, ce groupe promu l’été dernier a toujours réussi jusque là face aux ténors de la L1 : Bordeaux, Auxerre et Lens ont du concéder le nul ; Lille et Rennes ont perdu. Les partenaires de l’excellent Nivet devront s’en souvenir pour y puiser des forces supplémentaires. Et si finalement, ils ne s’exprimaient pleinement qu’en respirant l’air des cimes… Enfin, les joueurs de l’Espérance n’ont jamais pris de véritable déculottée mis à part un 3 à 0 à Auxerre ; sur leur pelouse, seuls Manceaux (3) et Monégasques (2) ont marqué plus d’un but.

Avant de s’envoler dimanche soir pour l’Italie, l’OL reprend son bâton hexagonal. En manque de réalisme face au TFC, les Lyonnais ont « retardé un peu » l’instant de coiffer leur nouvelle couronne de champion. Cette couronne n’est d’ailleurs pas encore définitivement assurée de finir sur la tête olympienne. Alors inutile de donner aux Bordelais un éventuel espoir de la coiffer sur le fil ; inutile aussi de prendre un mal de tête, de se poser des questions à 72 heures de retrouver les Milanais. Faisons confiance à ces Lyonnais finalement plus forts loin de leur maison.

Effectif quasiment au complet, Gérard Houllier a prévu de faire tourner. Cela ayant plusieurs avantages : repos pour les uns ; apport de fraîcheur dans le groupe tout en relançant les éléments absents mardi soir. Certains d’entre eux pourraient, pourquoi pas, débuter à San Siro ; la question ne se posant pas pour Juninho qui est certain d’affronter les Milanais. «C’est bien d’avoir une concurrence saine et loyale ; cela force tout le monde à donner le meilleur de soi. Et puis certains ont besoin de souffler. Cacapa-Müller ? Ils ont déjà joué ensemble dans l’axe. La connaissance du groupe était une des raisons du retour de Patrick à l’OL. Benzema ? Il ne jouera pas dans l’axe ; je préfère le voir pour l’instant sur un côté… ». En regardant la composition du groupe olympien et en tenant compte des propos de Gérard Houllier, l’équipe de départ ne semble pas trop difficile à trouver pour la majorité des postes. Anthony Réveillère fera ainsi son retour dans un couloir de la défense et il aura envie de montrer qu’il est aussi apte de débuter à San Siro. Quant au poste d’avant centre, au nom du roulement, Fred devrait être titularisé. A lui de faire parler la poudre plutôt mouillé ces derniers temps… ceci étant valable aussi pour Carew. Et comme à priori, l’entraîneur olympien ne fera pas dans l’original mardi soir, l’un des deux sera à la pointe de l’attaque française. Enfin pour en revenir à Troyes, est-ce que le trio magique Diarra-Tiago-Juninho sera de la partie ? La présence des deux derniers semble acquise.

Ce match est important pour le titre et doit aussi mettre un peu plus les quadruple champions de France dans la configuration milanaise comme Ajaccio l’avait été avant le PSV Eindhoven. Et plus que jamais toute la famille lyonnaise est concernée par ces 2 rencontres. Tiens dans l’Aube, pour l’anecdote, le club olympien pourrait battre son record de points pris à l’extérieur en championnat depuis sa création ; un record qui est bloqué pour l’instant à 36. Après 15 déplacements, les partenaires de Cacapa comptent 35 unités…
Sur le même thème