masculins / OL 2 - Rennes 1

Dans la chaleur... des 3 points!

Publié le 26 janvier 2005 à 20:44 par R.B

[IMG4472L]Les Lyonnais se sont imposés 2 à 1 dans le froid de Gerland. Un match qui ne restera pas dans les annales... les Gones ont débloqué la situation grâce notamment au buteur et passeur Bryan Bergougnoux... les Rennais sauvant l'honneur dans les arrêts de jeu après une étourderie locale. 3 points, soit l'essentiel pour le Champion de France. Mais comment s'exprimer pleinement avec de telles conditions climatiques?

A Lyon, stade de Gerland, OL 2 Rennes 1 (mi-temps : 2 – 0) ; spectateurs : 37276; temps : glacial et venté; pelouse : bon état; arbitre : M. Stephane Lannoy (Nord-Pas-de-Calais).



OL : Coupet – Réveillère, Cris, Essien, Abidal, Diarra, Juninho, Govou (cap), Bergougnoux (puis Benzema 83ème), Frau (puis Nilmar 65ème), Malouda (puis Clément 75ème).



Rennes : Isaksson – Jeunechamp (cap) (puis Le Lan 55ème), Ouaddou, Faty, Perrier-Doumbé, Sorlin, Bourillon, Didot, Briand, Maoulida (puis Monterrubio 75ème), N'Guema (puis Frei 69ème).



Buts : pour OL, Bergougnoux (44ème), Govou (45ème). Pour Rennes, Monterrubio (93ème)



Avertissements : pour l'OL, Juninho (74ème) ; pour Rennes, Perrier-Doumbé (31ème), Didot 38ème et 80ème), Ouaddou (48ème).



Exclusion : pour Rennes, Didot (80ème)





Si vous êtes supporters lyonnais, la 23ème journée du championnat ne pouvait pas mieux débuter avec la défaite à domicile des Marseillais contre Sochaux ! Après le retour des Phocéens… leur rechute. Aucune moquerie, juste une façon de dire que tout va très vite en football et que tout peut arriver. Cette parenthèse refermée, Dieu que ça caille. Un froid polaire. Un vent agaçant et piquant à ne pas mettre un marin dehors. Alors comment sortir en « culottes courtes » dans de telles conditions climatiques et pratiquer du beau jeu en souhaitant aussi que les débats ne soient pas faussés ? Et encore, ce match entre Lyonnais et Bretons débute à 18h…

Bon quand faut y aller, faut y aller surtout après la défaite à Lille. Alors le froid, le vent, les Rennais peu importe… l'OL a besoin des 3 points. Ce n'est quand même pas une défaite, en ayant bien joué dans le Nord, qui va lézarder la belle maison olympienne. D'accord, on réclame plus de buts depuis longtemps, plus de réalisme. On espère être entendu pour éviter des désagréments du style lillois, voire aussi pour la beauté du spectacle. Et quand Gerland se transforme en frigo, il n'y a rien de mieux pour se réchauffer les petons que d'entendre les filets adverses trembler.



Ces visiteurs semblent ne pas se faire trop d'illusions d'avant match. Info ou intox ? Quasi transparents à l'extérieur depuis le début de saison force est de constater que les Rouge et Noir pataugent dans les défaites (7) et quelques nuls (3), portés vers ce néant par des buteurs muets (3 buts). Comme le disait la maman de Napoléon en pensant au futur de son fiston –pourvu que ça dure- … au moins encore un match.



Les Gones partis à 17 pour la mise au vert ont récupéré Abidal. «Je suis à 200% de mes possibilités. J'ai été frustré de ne pas jouer à Lille ; je me sentais capable d'aider l'équipe… Maintenant, il faut regarder les matchs qui arrivent… Contre Rennes, avec les conditions climatiques, le mental fera la différence. Pendant 90 minutes, nous devrons aller au charbon… ». Eric a l'âme et le comportement d'un guerrier ; Paul le Guen l'a titularisé sur le côté gauche de sa défense qu'a rejoint de nouveau dès le coup d'envoi Mickaël Essien. Les Olympiens se sont « armés » en éléments offensifs pour faire cette fameuse différence avec Bergougnoux placé derrière Frau. Du côté des Bretons, Frei et Monterrubio sont sur le banc ; N'Guema, Briand et Bourillon sur le terrain.



Les Lyonnais, adossés au virage sud, jouent en première période contre le vent. Et si ce sont les Rouge et Noir qui tirent, sans danger, les premiers par Maoulida (5ème), il faut attendre la 8ème minute de jeu pour voir Govou, décalé dans la surface par Malouda après un bon travail de Juninho, croiser sa frappe. Les conditions de jeu sont difficiles d'autant que les visiteurs sont bien en place et pressent avec intelligence les locaux. Cris sur un corner de Malouda met une tête au dessus après une déviation de Frau (10ème) ; Diarra frappe comme une mule de 30 mètres à côté de la cage du grand Isaksson, (19ème). Abidal monte aux avants postes sur une passe en profondeur d'Essien provoquant un corner tiré par Juninho sur la tête non cadrée de Frau (20ème). Cela ressemble à de nombreux scénarii déjà vus à Gerland cette saison… et l'on se demande quand ou si l'OL va trouver l'ouverture. La question à peine posée, la réponse est à deux doigts de venir des Rennais sur une frappe lointaine de Maoulida détournée sur sa transversale par Coupet (25ème). Coup de chaleur !



A la demi-heure de jeu, Bergougnoux se fait descendre par Perrier-Doumbé qui prend de la couleur jaune. Ce même Bryan oblige peu de temps après le grand gardien suédois à se coucher au ras de son montant gauche ; l'international espoir étant à la conclusion d'un beau mouvement entre Frau et Malouda. Pour se dépêtrer du pressing breton, les Gones jouent long, parfois trop long. On se dit que la mi-temps va survenir sur ce score de parité quand Essien décale en profondeur la flèche Abidal ; le centre de l'ancien lillois trouve dans la surface la demi volée couchée de Bergougnoux qui trouve enfin l'ouverture (44ème). Les mimis à peine finis et c'est reparti ; « Juni » file le ballon à Bergougnoux qui ouvre en profondeur sur Govou ; en 2 temps, Captain « Sid », petites couettes multicolores afro et barbichette oxygénée, double la mise. Une minute qui a eu l'art de nous réchauffer grâce essentiellement à Bergougnoux, le brillant !



La seconde période ne restera pas dans les annales autant l'avouer tout de suite. Les Bretons menés 2 à 0 ne prenant pas de risques exagérés et les Gones ayant toujours du mal à maîtriser totalement les débats. Pas grand-chose à se mettre sous la plume, si ce n'est des tentatives de Juninho bien pensées (73ème, 84ème et 90ème) ; un jaune pour le Brésilien ; un but de Benzema qui avait remplacé Bergougnoux, refusé pour hors jeu (88ème). Quant aux coéquipiers de Faty, nous avons noté une superbe frappe lointaine de Bourillon juste à côté du cadre avant que Frei, qui avait remplacé N'Guema, ne reprenne sans cadrer de peu un centre de Le Lan (79ème). Cela sentait à plein nez le 2 à 0, même si Didot en faisant voltiger Juninho (80ème) prenait avant tout le monde la direction des vestiaires.



2 à 0 donc… et bien non ! A la 93ème minute de jeu, Essien au pied du poteau de corner se faisait croquer le ballon par Briand qui centrait dans les pieds de Monterubio libre comme l'air à 5 mètres de la ligne de but lyonnaise. Dommage... Les Olympiens renouaient petitement avec les 3 points en s'imposant 2 à 1 dans cette fin d'après-midi glaciale qui n'invitait pas un seul instant à s'éclater sur un terrain. L'essentiel étant de passer pour les hommes de Paul Le Guen de 45 à 48 points au classement de la Ligue 1. Mission remplie…



Statistiques :



Corners OL : 6

Corners Rennes : 2

Hors jeu OL : 5

Hors jeu Rennes : 2

Coups francs OL : 26

Coups francs Rennes : 18

Tirs cadrés OL : 5

Tirs cadrés Rennes : 2

Tirs non cadrés OL : 7

Tirs non cadrés Rennes : 5

Coupet Arrêts : 2





Fautes commises : Réveillère 4, Essien 3, Diarra 3, Juninho 3, Malouda 1, Govou 1, Cris 1, Abidal 1.



Fautes subies : Abidal 4, Juninho 4, Diarra 3, Malouda 3, Bergougnoux 3, Govou 2, Essien 1, Réveillère 1, Frau 1, Nilmar 1.



En prenant un 3ème carton jaune en 3 rencontres Juninho sera suspendu pour la venue de Toulouse en championnat ou le déplacement à Toulouse en Coupe de France.





R.B

Sur le même thème