medias / Christian Bassila

« Dans la continuité de mes prédécesseurs… »

Publié le 11 juillet 2013 à 08:00 par RB

Christian Bassila est le nouveau consultant d’OLTV… Il a effectué ses premiers pas ce mercredi aux côtés de Guillaume Gache…

L’ancien défenseur ou milieu de terrain formé à l’OL a arrêté sa carrière il y a peu. Engagé depuis sa retraite dans différents projets, il passe notamment ses diplômes d’entraineur, il ajouté une nouvelle corde à son arc en remplaçant Maxence Flachez, devenu entraineur des moins de 19 ans à l’OL, au poste de consultant d’OLTV aux côtés de Guillaume Gache et de Cyril Collot. « Cela m’était déjà arrivé quand je jouais et que j’étais suspendu (Strasbourg). C’était à la radio. Une expérience intéressante même si c’était compliqué de commenter ses copains. Là, ce sera dans un autre contexte. C’est un nouveau challenge et un bon complément par rapport à ce que je fais à côté. Je passe mes diplômes d’entraineur. C’est intéressant de voir des matchs.  Et puis, c’est aussi l’opportunité de revenir dans mon club formateur. Je tiens à remercier Maxence Flachez qui a donné mon nom pour le remplacer. Il a joué un rôle important. C’est l’esprit OL. Les valeurs OL ne se perdent pas».

Pas question d’endosser le costume de journaliste. « Je vais parler de ce que je sais. Apporter ma vision technique, mon vécu d’ancien joueur, d’amoureux du ballon, du terrain. C’est un grand plaisir pour moi. Mais je ne suis pas journaliste ».  Cet OL qu’il a quitté à la fin de la saison 98-99 et qu’il retrouve en exprimant son bonheur, sa reconnaissance. « L’OL m’a permis d’être l’homme que je suis aujourd’hui. Il a fait mon éducation pendant mon adolescence. L’OL, c’est une grande partie de ma vie. Il occupe une grande place au quotidien. C’est vrai que je n’ai pas beaucoup joué (59 matchs et 2 buts). J’ai peut-être manqué de patience. J’étais jeune, je voulais plus de temps de jeu. Bernard (Lacombe) m’avait dit de rester et que cela allait arriver… J’avais la fougue de mon jeune âge… »

Une carrière jalonnée de 8 clubs (4 championnats différents) en 15 saisons pour 413 matchs en pro et 22 buts embellie par une coupe de France avec Guingamp en 2009 aux côtés de B. Koné, une coupe de la Ligue avec Strasbourg et Rémy Vercoutre en 2005 et une coupe de Grèce en 2007 avec Larissa. « Je ne regrette rien. J’ai vécu des saisons extraordinaires à l’image de celles dans les petits clubs (Larissa et Guingamp). J’ai essayé de donner le meilleur de moi-même, d’être honnête, d’appliquer les valeurs reçues pendant ma formation à l’OL. Et j’ai duré dans le foot de haut niveau tout en gagnant des titres ».

A la page souvenirs lyonnais, il repense à cette semaine où il joue contre l’Inter Milan en coupe d’Europe avant d’évoluer 3 jours plus tard avec la CFA. « Un souvenir heureux et malheureux. Sur le coup, je n’ai pas compris. Avec le recul, oui. Cela résume le foot. Une remise en question permanente. J’en ai souvent parlé avec mes jeunes coéquipiers ». Souvenirs, souvenirs comme cette victoire en coupe de France avec Guingamp où il était arrivé après le début de saison « une superbe aventure qui nous a certainement empêché de monter en L1 ». Il a côtoyé B. Koné. « Il y avait une grande complicité entre nous sur et en dehors du terrain. Beaucoup d’affection pour Bako. Je le considérais comme mon petit frère que j’aidais à ouvrir le chemin. Bako, c’est un gars intelligent, à l’écoute… »

Au moment de prendre le micro, une seule envie : « l’envie de bien faire ; l’envie de montrer aux gens qu’ils ont bien fait de me faire confiance. Je n’avais pas le trac. Je ne partais pas dans l’inconnu. Il faut faire attention à ce que l’on dit, à sa façon de s’exprimer. Je ne veux pas faire dans l’originalité. Je veux m’inscrire dans la continuité de mes prédécesseurs, garder l’état d’esprit de la maison, faire plaisir, adhérer les supporters ».