masculins / OL - Toulouse 3-0

Dans la douleur

Publié le 04 décembre 2011 à 23:01

Après avoir menés 3 buts à 0, les Lyonnais se sont fait peur en voyant les Toulousains revenir sur leurs talons. L'OL fait la bonne opération.

Forts de leur victoire à Auxerre (3-0), les Lyonnais avaient à cœur d’enchainer et ainsi bien démarrer le mois de décembre. Absents pour blessure depuis quelques semaines, Maxime Gonalons retrouvait une place de titulaire dans le milieu de terrain olympien.  Comme à Auxerre une semaine plus tôt, Yoann Gourcuff et Bafé Gomis démarraient la rencontre sur le banc. Durant l’échauffement, Dejan Lovren a ressenti une douleur et a du renoncer à la rencontre.
La composition lyonnaise au coup d’envoi : Lloris, Réveillère, Cris, B.Koné, Cissokho, Gonalons, Källström, Briand, Ederson, Bastos, Lisandro.

Après dix minutes plutôt équilibrées, les Toulousains se créèrent la première occasion dangereuse avec un tir fusant de Ninkov sorti magistralement par Hugo Lloris (10e). La bataille du milieu de terrain était rude du coup les deux équipes tentaient de jouer à fond les contre-attaques. Sur l’une d’entre elles, Briand, servi par Bastos, fut repris in extremis alors qu’il s’apprêtait à frapper (23e). Moins d’une minute plus tard, Michel Bastos envoyait un missile quelques centimètres à coté du cadre. Une douleur musculaire poussa Rivière, l’avant-centre garonnais, à céder sa place à Bulut. Quelques approximations empêchaient les joueurs de Rémi Garde de créer des décalages. Les gones trouvèrent la solution sur un coup franc distillé par Kim Källström. Le Suédois déposa le ballon au second poteau pour la tête victorieuse de Bako Koné (38e). Aly Cissokho tenta une frappe lointaine que le gardien toulousain boxa tant bien que mal (42e). Les gones regagnaient les vestiaires en ayant l’avantage au score, un avantage plus ou moins flatteur.

Les joueurs de Casanova entamèrent la seconde période de belle manière. Malgré tout, ce sont les Lyonnais qui enfoncèrent le clou grâce à une magnifique frappe enroulée du gauche signée Ederson (52e). Gerland pouvait alors exploser et les Olympiens gérer davantage leurs efforts. Cris et ses coéquipiers étaient désormais libérés. Lisandro tira un coup franc tout près du cadre d’Ahamada (64e). Les gones étaient déformais irrésistibles. Gonalons servait Lisandro qui, dans le dos de la defense, provoquait un penalty justifié. L’Argentin le transforma lui-même pour donner trois buts d’avance à son équipe (66e). Deux minutes plus tard, les Toulousains réduisirent la marque sur une inspiration géniale de Bulut qui trompa Hugo Lloris sur un tir surpuissant de près de trente-cinq mètres. Le match changea alors de physionomie d’autant qu’après avoir oublié de siffler une faute sur Källström, Monsieur Enjimmy accorda un penalty bien généreux aux Toulousains. Sissoko frappa en force pour inscrire ce penalty (75e). A 3 buts à 2 avec un quart d’heure à jouer, les Garonnais poussaient. Lisandro et Ederson avaient beaucoup donné. Ils laisèrent leur place à Gomis et Fofana. Sur un centre de Cissokho, Bafé Gomis manqua de mettre l’OL à l’abri en se heurtant à Ahamada (89e). Les gones terminèrent la partie dans la douleur pour empocher ces trois points très importants.

Sur le même thème