masculins / OL - FC Lorient

Dans le rouge mais encore vivant…

Publié le 11 mai 2014 à 17:00 par R.B

C’était quasiment mission impossible en jouant 80 minutes en infériorité numérique… Malgré son courage, l’OL s’est incliné…

La dernière à Gerland de la saison empreinte de nostalgie avec le coup d’envoi donné par Cris, l’inoubliable Policier, en pensant aussi au 10 mai 1964, le jour de la première coupe de France soulevée par l’OL ; succès 2 à 0 face aux Girondins (doublé de Combin). Ce passé que l’OL a envie de reproduire en se qualifiant pour la 18ème fois de rang pour une coupe d’Europe. Les cartes sont lyonnaises dans cette opposition à distance avec  l’OM. Cet OL, douché au Stade Vélodrome le week-end dernier, logiquement favori face à des Merlus lourdement handicapés (Sunu, Aboubakar, Audard, Ecuele Manga, Barthelmé, Diallo, Jouffre, L. Koné).

Tricoter un beau football pour les deux équipes appartient au patrimoine des deux équipes. Ce fut fait d’entrée. Un début malheureusement gâché par l’expulsion à priori sévère de Dabo coupable d’avoir retenu en position de dernier défenseur un Merlu filant au but. Drôle de programme promis aux Olympiens  pour les 80 minutes restantes !  Ferri occupant une position mixte de latéral et de milieu avancé. Gerland  courroucé par les décisions du corps arbitral… Compliqué d’agir à sa guise en infériorité numérique face à des footeux pas spécialement manchots. Lopes  s’autorise deux ou trois voltiges pour rassurer les siens. Une ½ heure de passée sans que l’OL se soit montré dangereux pour Chaigneau.

Gomis est le premier à faire vibrer les supporters olympiens d’une frappe lointaine puissante et contrée. Lorient trouve évidemment des espaces en jouant par passes redoublées ou en profondeur.   Les partenaires de Gonalons ne lâchent rien malgré les difficultés.  Abnégation  indispensable pour  exister avec  le talent de Lacazette obligeant Chaigneau au très grand jeu à hauteur de sa lucarne.  Le spectacle est au rendez-vous malgré ce 0 à 0 à la mi-temps.  

Pour faire basculer ce match, Rémi Garde envoie Clément Grenier dans l’arène dès le début de ce second acte. Courir, boucher les espaces pour entretenir l’espoir de faire sur un  coup la différence…   Mais ce coup revient à Lorient après un déboulé de Pelé pour Doukouré.  Douche froide…  Grenier frappe son premier coup franc depuis des lustres…  Les visiteurs font mal avec leurs contres rapides. L’égalisation ou le KO ?

Lacazette sollicite Chaigneau ; Briand remplace Gomis. Lorient a reculé. L’OL monopolise le ballon. Reste à être efficace.  Difficile à un de moins et en faisant autant d’efforts.  L’OL n’abdique pas pour autant.  La tension monte en se rapprochant de la fin.  Gourcuff pour dernière cartouche à la place de  Mvuemba.

Irrespirable… irrespirable… Lorient à l’affut… l’OL entêté…  Briand a la balle d’égalisation de la tête sur un caviar de Gourcuff… Chaigneau a le gant ferme.   Un dernier coup franc peut-être ? Le temps additionnel et le siège olympien dans le camp adverse. Un feu nourri de bonnes intentions avec des cartons à la pelle pour finir… L’OL a perdu très gros dans ce dernier match de la saison à Gerland…. Mais a encore un point d’avance sur l’OM…

...

La feuille de match

A Lyon, stade de Gerland ; arbitre, M. Antony Gautier ; 39 533 spectateurs environ. OL 0 FC Lorient 0 (mi-temps : OL 0 FC Lorient 1)

OL : A. Lopes – Dabo, B. Koné, Umtiti, Bedimo – Gonalons (cap), Ferri, Mvuemba (puis Gourcuff 76ème), Malbranque (puis Grenier 46ème) – Lacazette, Gomis (puis Briand 63ème). Entr : Garde.

FC Lorient : Chaigneau  - Gassama, Lautoa (cap), Bourillon, Guerreiro – Coutadeur, Pelé (puis Abdullah 89ème), Doukouré, Monnet-Paquet – Aliadière, Traoré (puis F. Robert 84ème) Entr : C. Gourcuff

But : pour Lorient, Doukouré (52ème) ;

Avertissements : pour Lorient, Gassama (70ème) ; pour l’OL, B. Koné (86ème), Umtiti (93ème)

Expulsions : pour l’OL, Dabo (13ème), Ferri (93ème) ; pour Lorient, Monnet-Paquet (93ème)

...
Sur le même thème