masculins / Tignes

Dans le sillage du coach !

Publié le 10 juillet 2008 à 12:30 par R.B

Près de 2 heures ce jeudi matin sur la pelouse du Stade Eric Cantona, partagées entre du travail physique (du spécifique pour les gardiens) et du jeu… Qualité, intensité… dans le sillage d’un coach qui montre l’exemple…

Que la montagne est belle sous le soleil. Quelle est aussi active en été, le temps de se refaire une beauté pour préparer l’hiver. Le ballet des camions sur les chemins escarpés n’ont en rien dérangé la concentration des Lyonnais. 50 minutes concentrées à de l’échauffement puis un intense travail physique pour les joueurs de champ, le tout dirigé par Robert Duverne. Cris, Fabio Santos, Fred et Réveillère étaient absents. Du spécifique pour les 3 gardiens de but avec Joël Bats.

50 minutes après, pas le temps de souffler, rendez-vous avec le ballon sur un terrain réduit, sans Juninho qui trottine à côté et Lloris qui soigne son jeu au pied avec Bats, pour du jeu à 5 contre 5 et 6 contre 6 avec des joueurs hors des limites qui peuvent intervenir dans leur zone sans contrôler le ballon. Du rythme, de la vitesse, de l’engagement, de l’envie,des buts, de beaux gestes. 45 minutes en tournant en ce qui concerne les dimensions du terrain et le nombre de joueurs.

Après avoir fait le travail physique, Claude Puel a mis une chasuble. Il est présent dans une équipe de 5 (gardien compris). Agressif, gagneur, exigeant, intelligent, l’ancien lillois montre l’exemple comme toujours. Un tacle, une course, une passe, un replacement, une frappe… C’est le moteur du collectif. [IMG43315#R] Il entraine vers la gagne sa formation… en jouant. La différence d’âge n’existe plus.L’âme du véritable chef en pleine lumière. On revoit l’ancien joueur qu’il fut, celui qui n’a jamais aimé perdre, qui ne connaissait pas le mot abdiquer. Il guide, encourage, corrige, conteste les décisions de l’arbitre. Il exprime sa joie quand il y a un but, râle dans d’autres situations, s'en veut d'une approximation. Pas question de gémir en cas de petits bobos. « Tu en verras d’autres… ». Et bien évidemment, inutile de conclure en disant que son équipe s’est imposée.

Des étirements pour finir cette matinée de travail passionnante à regarder du bord du terrain. Ce groupe devrait avoir des vertus guerrières cette saison…