masculins / Bastia - OL J-1

De belles histoires à fêter en Beauté

Publié le 28 janvier 2005 à 11:07 par R.B

[IMG4489L]« Tombe la neige… » l'hiver a mis son manteau blanc… <b>Adamo</b> peut ressortir son tube des années 60. Les Lyonnais vont apprécier, d'un coup d'aile, de se retrouver l'espace de quelques heures sur l'Île de Beauté. Restera ensuite à transformer ce déplacement en voyage à point (s). On le sait avec le temps et la couverture médiatique,<b> Furiani </b>a perdu de sa « furie » légendaire. Un match marqué par plusieurs belles histoires lyonnaises...

« Tombe la neige… » l'hiver a mis son manteau blanc… Adamo peut ressortir son tube des années 60. Les Lyonnais vont apprécier, d'un coup d'aile, de se retrouver l'espace de quelques heures sur l'Île de Beauté. Restera ensuite à transformer ce déplacement en voyage à point (s). On le sait avec le temps et la couverture médiatique, Furiani a perdu de sa « furie » légendaire. Le récit des anciens fait froid dans le dos. Certains se cherchant même, à l'époque, le moindre signe de mal être pour éviter ce voyage de désagrément. Après 23 journées, les maux sont dans le camp des maillots à la tête de Maures, déjà sauvés la saison dernière de la descente pour un petit point. Un court instant, ces Corses se sont retrouvés en haut de l'affiche et puis les défaites se sont installées, le plus grand nombre de Ligue 1 (12). Le Sporting a reculé, reculé dans cette zone d'inquiétudes où chaque match devient un combat pour attraper un souffle de vie. Les Bastiais sont faiblards en attaque, avant dernière du championnat, et patraques en défense où seuls Caen et Nice ont fait pire. Le Mercato et les arrivées de Haas, Ziani et de Cherrad seront-ils la bouée de sauvetage d'un club tourmenté ? Enfin si les prochains voyages se traduisent par des retours aussi peu joyeux (3 points à ce jour en 11 déplacements), les supporters savent, peu importe la qualité du visiteur, que le salut passera par des succès à Armand-Cesari Furiani.



Ecrasés à Auxerre, voilà donc Penneteau et ses frères dans ce bateau aux allures de galère qui doit affronter la quasi invincible armada lyonnaise. Après avoir réglé sans excès les affaires rennaises, les Olympiens ne viennent pas en Corse pour faire du tourisme. La Corse, le Nord, le Sud ou l'Ouest… l'OL voyage toujours avec les mêmes intentions depuis plusieurs saisons. D'autant que ce dimanche, les Monégasques recevront et que Lillois et Icaunais auront des déplacements à leur portée. Cacapa, Wiltord et Benarfa toujours en salle d'attente, Paul le Guen changera peut-être son organisation et quelques éléments mais à priori pas son groupe de 17. Un coach qui prendra place pour la 100me fois en championnat sur le banc des Lyonnais. A ses côtés, Yves Colleu, son adjoint et ami, fêtera ses 44 ans. Abidal va atteindre la barre des 100 rencontres de Ligue 1 ; Juninho devrait s'installer seul en tête, en terme de matchs joués en Ligue 1 (111), de la famille brésilienne ayant porté le maillot du triple champion de France… la veille de ses 30 ans. « Des détails » à embellir par une victoire.



Pour Mickaël Essien, ce sera particulier. L'ancien bastiais va retrouver pour la deuxième fois son pote Ben Saada; et cette pelouse qui l'a vu grandir en arrivant du Liberty FC Accra. Il était l'un des buteurs du dernier succès bleu en 2002-2003. L'autre se nommant Maurice… Le Ghanéen en est aujourd'hui à 16 buts ; il passe avec autant de bonheur du milieu de terrain à l'axe de la défense ; il est dans l'œil des autres grands clubs européens ; il est aussi un des symboles de cet OL 2004-2005… Réveillère a débuté sa carrière à Bastia, mais avec Rennes le 3 février 98 ; Lamine Diatta en avait fait de même mais à Toulouse, en octobre de la même année…



Finalement ce déplacement à Furiani, il est chargé en superbes histoires. Elles « exigent » d'autant plus un cinquième succès des Gones dans ce stade coincé entre la voie ferrée et la mer.



R.B

Sur le même thème