masculins / Communiqué du club

Décidément Bernard Caïazzo ne pense qu'à l'OL

Publié le 29 décembre 2005 à 17:57

Quelques semaines avant le derby, Bernard Caïazzo avait tenu des propos déplacés au sujet de l'OL et de Jean-Michel Aulas. Interrogé sur ce regain d'agressivité, il avait alors expliqué que le journaliste avait repris des propos anciens sans avoir pris la peine de lui en parler...

Preuve de sa bonne foi, il avait proposé que les deux clubs s'abstiennent de tous propos déplacés pour que le derby se passe dans les meilleures conditions.
L'initiative était louable et parfaitement en phase avec les souhaits et la volonté de l'OL. Malheureusement, patatras ...
Il n'y eut qu'un dérapage à l'occasion de ce derby, celui de Bernard Caïazzo le jour même du match et dans deux médias différents (voir en bas de texte la note adressée de manière personnelle à Monsieur Caïazzo à la suite de ses frasques relatives au derby).
Le Président stéphanois trouva une nouvelle fois les moyens d'en faire porter la responsabilité aux deux journalistes qui lui auraient attribué des propos qu'il n'aurait jamais tenus. Il fut en fait bien le seul à trahir ce qui avait été convenu.
Et voilà qu'il recommence pendant la trêve à l'occasion d'un bilan qu'il dresse sur le site de son club. Il est de nouveau agressif, déplacé et même mensonger à l'encontre de l'OL et de Jean-Michel Aulas, tout ceci dénotant une attitude complètement irresponsable pour quelqu'un qui se veut être un Président raisonnable et consensuel.
Comme on ne peut pas imaginer que le journaliste de son propre club ait falsifié ses propos, on ne pourra que les regretter tout en se disant, décidément, il ne se passe pas un jour sans que Bernard Caïazzo ne pense à l'OL, tout en adoptant la seule attitude qu'il conviendrait de ne pas avoir : la jalousie face à des trajectoires complètement inversées.

PS : A l'issue du derby, et compte tenu des propos tenus par Bernard Caïazzo le matin même du match et des différents problèmes rencontrés par des joueurs et des membres de l'Olympique Lyonnais dans l'exercice de leur travail au stade, nous avions écrit un édito que nous avions envisagé de publier sur le site de l'OL. Par souci d'apaisement, nous avions finalement décidé de ne l'envoyer qu'à Bernard Caïazzo pour lui signifier notre mécontentement. Compte tenu du nouveau dérapage du Président de l'ASSE, nous avons décidé de porter cet édito titré "Le drôle de FAIR PLAY de Mr Caïazzo" à la connaissance de tous.

Le drôle de fair play de M.Caiazzo

Il était une époque où les derbies déclenchaient des joutes verbales. Ces duels prenaient leur essence dans la couleur verte, la position géographique, l’importance économique des deux cités, l’histoire de ces deux métropoles et puis les résultats sportifs ouvraient au débat.
Des attaques pleines d’humour que l’on a plaisir à relire, à citer, à transformer, parfois au gré des discussions. Il faut dire que les présidents de l’ASSE de cette époque n’existent plus ou existeront ; mais dans combien d’années …

Roger Rocher fût certes dur, mais les résultats sportifs lui donnaient raison.
André Laurent participa à ces combats verbaux mais toujours avec classe.

Le Fair Play, ces présidents, je ne les citerai pas tous, savaient ce que c’était. Il faut dire qu’ils étaient du “cru” comme l’on dit. Les Plaines du Forez, ils savent ce que c’est. Ils les ont sillonnées, vécues. Ils connaissent les Stéphanois. Ils savent que ce peuple de la Loire a une vie parfois difficile. Des femmes, des hommes qui ont un cœur énorme. Le voyez-vous de votre résidence parisienne, vous qui êtes arrivés à St Etienne juste avant le derby pour en repartir juste après.

Etre président de l’ASSE, ce n’était pas réaliser une performance ou se faire connaître, chercher la notoriété. Ses hommes n’aimaient qu’une chose: ce club de légende. Etre président de l’ASSE et uniquement de l’ASSE était pour eux, presque une vocation, un sacerdoce. Impossible quand on a le cœur Vert de briguer la tête d’une autre équipe. Certains n’ont rien compris…

Que représente pour vous Mr CAÏAZZO le titre de président ? A-t-il un sens, je ne pense pas. Marseille, Paris ou St Etienne ne sont que des produits pour vous, des kleenex que l’on utilise et que l’on jette.

Mr CAÏAZZO, pour présider un club il faut avoir l’âme de cette équipe. Etre gentleman quand on perd, gentleman quand on gagne par rapport au perdant. Modeste quand on construit une équipe.
Reconnaître que le voisin a pris de l’ampleur à force de travail, de stabilité, de discrétion.

L’importance dans une rencontre de football c’est le terrain. Un duel sportif, le plus fort en général gagne la mise. Les joueurs sont fair play, regardez les images de début et de fin de derby. Vous pas vraiment. L’environnement de votre club a tout fait pour être antipathique envers ceux qui avaient la joie de porter les couleurs ou représenter l’Olympique Lyonnais. « Interdiction de stationner pour des joueurs de l’OL venant assister au derby, d’arriver le matin pour le bus d’OLTV, de porter une écharpe de son club quand est animateur de la chaîne, de s’entraîner avec les ballons du match, déclarations dans la presse nationale… »

Mr CAÏAZZO il ne faut pas se voiler la face, le football de haut niveau n’est plus associatif. C’est une entreprise qu’il faut construire et diriger.

Jouer l’hypocrite n’a jamais rien amené de positif. Depuis 1987, Jean Michel AULAS a œuvré pour que cet Olympique Lyonnais devienne un Grand d’Europe. Il a courbé l’échine quand il le fallait, s’est battu pour ce club.

Lyon est à l’image des clubs européens et la tâche est encore ardue.

Vous aussi, vous développez la marque ASSE, soyez en honoré ! Ne pas le faire serait surprenant voir une erreur et vos supporters vous le reprocheraient…
Ne soyez pas petit, en n'appréciant pas celui qui gagne ou alors soyez chevaleresque en ayant de l’humour et du Fair Play…