masculins / OL 1 - Dynamo Kiev 0

Défense d’entrer !

Publié le 01 novembre 2006 à 23:32 par SR

Après seulement 3 journées, 4 clubs sur les 32 inscrits en Ligue des Champions n’avaient pas encore encaissé de buts. Le Bayern de Munich, le CSKA Moscou et le Milan AC accompagnaient l’OL dans des performances défensives exceptionnelles.

Mercredi soir, Milan perdait son invincibilité sur une réalisation de Juhász (Anderlecht) à l’heure de jeu, laissant 3 clubs filer vers ce nouveau défi.
Ni le Real Madrid, ni le Steaua Bucarest, ni le Dynamo Kiev, à deux reprises, ne sont en effet parvenus à trouver le chemin des filets gardés par d’impériaux gardiens lyonnais. Grégory Coupet, qui s’étant donné pour objectif de n’encaisser aucun but, parvenait à repousser les offensives madrilènes et bucarestoises lors des deux premiers matchs, Rémy Vercoutre poursuivait brillamment le boulot à Kiev. « Plus qu’une doublure, un deuxième numéro 1, merci Rémy » affichaient les Bad Gones lors du retour de « Greg » dans la cage, contre Nancy.

Alors que l’équipe roule vers un possible carton plein en terme de points, ce pari, ce challenge, de conserver la cage lyonnaise inviolée était maintenant l’affaire de tous. En première période, une intervention de François Clerc (17’) et le tacle de Sébastien Squillaci sur Mikhalik (18’) empêchaient Grégory Coupet de s’employer. « Moins je suis sollicité mieux je me porte » confiait le numéro 1 international suite à sa reprise « tranquille » la semaine dernière contre Nancy. Sa première alerte, à la demi-heure de jeu, l’obligeait à sortir de sa surface afin de repousser les intentions de Kleber, parti à toute allure dans le dos de la défense lyonnaise (30’).

En l’absence de Caçapa et de Patrick Müller, toujours en convalescence, Squillaci en profitait pour être placé sous les feux de la rampe. A côté de Cris, il réalisait à nouveau une performance de tout premier ordre afin de déjouer les attaques adverses. Appliqué dans la relance et imposant dans les airs, le second garde du corps de Grégory Coupet participait grandement à la victoire défensive des Gones. Cris, quand à lui, livrait une copie aussi propre que son jeu, portant atteinte aux assauts Ukrainiens représentés essentiellement par Cernat et Kleber. Son contrôle de la poitrine dans la surface lyonnaise sous la menace de Milevski et la relance précise qui suivait démontraient les bonnes inspirations du brésilien (38’).
Et plus les minutes s’écoulaient, plus le jeu du Dynamo avait des traits similaires à celui pratiqué par les Gones. Les offensives répétées, la volonté de créer, de développer du jeu laissait croire que les coéquipiers de Rebrov ne repartiraient pas de Gerland sans le point. Mais comme à l’accoutumé, Coupet montrait le bout de son nez. Il repoussait des poings le coup franc de Rodrigo (69’), devançait de la tête Shatskihk aux 25 mètres (74’), s’interposait sur une tête de Kleber pas assez appuyée (80’). Sa plus grande frayeur était l’œuvre de Milevski, aux 5 mètres 50, qui taclait le ballon sur un centre de l’ailier droit ukrainien. Avec satisfaction, le portier lyonnais voyait le cuir raser son poteau droit avant de terminer sa course hors du rectangle vert.

L’Olympique Lyonnais conserve une nouvelle fois sa cage inviolée. Une invincibilité défensive que les Gones s’efforceront de conserver le 21 novembre prochain, à Santiago Bernabeu, contre des merengues revanchards. Un défi qui en croisera un autre : celui de finir premier du groupe.
Sur le même thème