club / Euro 2016

Euro 2016 : Entretien avec Denis Navizet

Publié le 12 juin 2016 à 15:00 par SC

Le Venue manager et directeur du Parc OL pendant l’Euro 2016 a raconté la préparation de l’écrin de Décines pour accueillir les matchs organisés par l’UEFA. Et Denis Navizet n’a pas caché son plaisir de travailler dans un tel endroit.

« Quels sont les atouts de ce stade ?
A titre personnel, je suis très chanceux d’avoir la direction d’un stade de cette qualité. Sur le plan esthétique, il est très beau. Mais c’est aussi un stade très fonctionnel. Il a été pensé par un club, c’est l’avantage. C’est tout de suite opérationnel, facile à opérer. En termes d’ambiance, c’est remarquable comme il a été pensé et conçu. Des abords du stade à dans le stade, la gestion des flux a été très bien conçue. Tout est de très grande qualité. Le nombre de concessions (points de vente) est important. Il y a aussi la connectivité qui est un véritable point fort du stade. C’est le seul site en France à proposer par exemple de la commande à la place.

Quels ont-été les aménagements nécessaires pour faire basculer le Parc OL en stade hôte de l’Euro ?
Les aménagements principaux ont été de rajouter des espaces pour les TV avec une annexion d’un parking transformé en régie. On a aussi agrandi les espaces pour les médias. Plus de 500 seront présents durant l’événement. Dans la structure intérieure, on a construit des studios panoramiques avec une cinquantaine de caméras, soit deux fois plus que lors d’un match classique de Ligue 1. La tribune de presse a été presque quadruplée. En dehors du domaine des média, il y a eu peu d’aménagement. Très peu de choses ont été rajoutées car le stade est déjà sur un format capable d’accueillir des compétitions internationales. C’est un véritable point fort par rapport aux autres stades.

Depuis quand travaillez-vous sur ces aménagements ?
Je suis installé ici depuis septembre. Je suis resté tout seul jusqu’à début décembre. On est aujourd’hui une équipe de 300 personnes à travailler autour du site en rythme de croisière. On sera 3 500 les jours de match. L’objectif était de m’approprier le site pour commencer à planifier tous les aménagements. Il  y avait plein de petites choses, notamment pour implémenter la marque Euro sur l’infrastructure. On est prêts pour ce premier match au Parc OL. Il reste juste quelques réglages à faire.

Est-ce que vous ressentez une effervescence autour de ce stade ?
Sur les gens qui rejoignent l’équipe, tout le monde est très impressionné par le stade. Je fais beaucoup d’envieux chez les personnes travaillant sur les autres sites. Les connaisseurs de sport buisness regardent le stade de l’OL de manière très pointue. Les spécialistes du secteur me questionnent beaucoup, ils sont intrigués.

Le stade sera-t-il plein ?
Sur l’ensemble des matchs, on est quasiment en sold out. Globalement, le stade devrait être plein pour chaque match. Il reste des places en partie hospitalité. 58 000 places environ ont été vendues par rencontre.

Un mot sur la sécurité…
On est très confiants sur ce sujet car on a un système basé sur un périmètre qui permet en amont du stade de contrôler les titres d’entrée. Seuls les détenteurs pourront se rapprocher du site. Il y a une aussi une palpation. Il n’y a pas d’inquiétude majeure de notre côté mais on est en veille par rapport au contexte actuel. Cela ne nous pollue pas la vie, on est sereins. On aborde les choses de manière pragmatique et technique mais pas affective. On est concentrés. »

...

. Les matchs au Parc OL .

  • Lundi 13 juin : Belgique-Italie à 21h00
  • Jeudi 16 juin : Ukraine-Irlande du Nord à 18h00
  • Dimanche 19 juin :Roumanie-Albanie à 21h00
  • Mercredi 22 juin : Hongrie-Portugal à 18h00
  • Dimanche 26 juin : 1/8e de finale à 15h00
  • Mercredi 6 juillet : demi-finale à 21h00
...
Sur le même thème