masculins / Real Madrid - OL 4-0

Dépassés

Publié le 18 octobre 2011 à 22:36

Dominés dans tous les compartiments du jeu, les Lyonnais ont été sévèrement battu par une grande équipe du Real Madrid.

L’OL se déplaçait à Santiago Bernabeu pour y affronter le Real Madrid lors de la troisième journée de poule de la Ligue des champions.

Les Madrilènes s’installèrent dans le camp lyonnais en début de rencontre. Cristiano Ronaldo fut le premier à frapper au but mais, vigilant, Hugo Lloris repoussa le cuir (7e). Peu de temps après, Jimmy Briand plaça une tête plongeante tout près du poteau droit de Casillas. Les joueurs de Rémi Garde étaient malmenés et parvenaient difficilement à passer la ligne médiane. Le Real trouva la faille sur un corner dévié au premier poteau par Ronaldo et prolongé dans le but à bout portant par l’inévitable Karim Benzema (19e). Trop approximatifs, les gones étaient logiquement punis. Jimmy Briand se créa une seconde occasion mais excentré il ne cadra pas sa tentative (25e). L’OL trouva bel et bien le chemin des filets mais sur un centre de Bastos, Gomis était justement signalé hors-jeu (28e).  La fin de mi-temps fut entièrement à l’avantage des Merengues qui monopolisaient le ballon.

Les gones entamèrent la seconde période de manière catastrophique. Benzema profitait d’une glissade de Bako Koné pour filer sur le flanc gauche et servir Khedira qui doubla la mise face à Hugo Lloris (47e). Dépassés les Rhodaniens pliaient à nouveau sur un centre d’Ozil détourné par Hugo Lloris dans ses propres filets (55e). Les coups de boutoir des Espagnols ne cessaient pas et Hugo Lloris jouait les pompiers de services à de multiples reprises. La seconde mi-temps semblait bien longue pour les joueurs de Rémi Garde. L’entrée en jeu d’Ederson amena tout de même un second souffle aux siens. Malheureusement, Sergio Ramos enfonça le clou sur corner et porta le score à 4 buts à 0. Malgré quelques tentatives dans les ultimes minutes, les Lyonnais ne sont pas parvenus à réduire la marque. La défaite fut cinglante mais il fallait vite l’oublier.

La feuille de match !

Sur le même thème