masculins / OL - Nice J-1

Des Aiglons pour une belle dernière

Publié le 14 décembre 2007 à 20:24 par R.B

Après le scalp des Ecossais et cette magnifique qualification, place aux plumes des Aiglons niçois pour la dernière de l’année au stade de Gerland. Une façon de fêter Noël avant l’heure… et d’assurer un nouveau titre de champion d’automne…

Encore un effort. Un dernier à domicile et un autre dans 7 jours en Lorraine face au dauphin nancéen. Pas le temps de savourer cette qualification en Champions League ; juste le temps de récupérer un peu de fraicheur pour repartir au combat.

Attention danger, un drôle d’oiseau pointe son bec acéré dans le nid olympien. Ses plumes ont beaucoup d’heures de vol ; Echouafni, Rool, Jeunechamp, Laslandes, Letizi, plus aigles qu’aiglons, ont tout connu dans les cieux du ballon rond. Les 2 Cyril sont même de fameux chasseurs jamais intimidés par leurs proies. Le buteur Laslandes a retrouvé ses flèches qu’il décroche depuis plus de 15 ans. Il a atteint le chiffre respectable de 126 buts en L1 !

Mais cette «vieillesse» n’a pas ramolli pour autant les ailes niçoises. Le coach Antonetti est un sacré chef d’escadrille. Le supersonique buteur ivoirien Koné, le Pittbull Balmont, le solide Kanté, l’élégant Ederson, le gaucher Hellebuyck, l’aérien Lloris… allient jeunesse et compétences. L’OGCN est désormais un beau rapace difficile à croquer. Ne reste-t-il pas sur 7 rencontres sans défaite en possédant une défense de fer ?

[IMG42657#R]L’OL, toujours grand d’Europe, mène le bal hexagonal. Certes, son récent voyage normand s’est soldé par une défaite. Une défaite sans importance, Nancy pointe encore à 4 points. Nancy, où le sextuple champion de France ira d’ailleurs finir l’année, la semaine prochaine. Comment passer, en attendant ce voyage lorrain, d’un mercredi écossais à un samedi après-midi lyonnais ? En puisant dans son immense expérience ; en utilisant le bonheur de la qualification ; en voulant récompenser ses supporters ; en montrant sa soif inextinguible de victoires ; en bénéficiant pourquoi pas d’un peu de fraicheur apporté par Alain Perrin qui a cependant affirmé lors de son point presse : « il n’y aura pas de révolution ».

La victoire est donc attendue. Elle scellerait d’abord le sort du titre anecdotique de champion d’automne. Ce bien, habituel possession des Olympiens depuis maintenant belle lurette. Elle maintiendrait, voire augmenterait, la distance avec les poursuivants. Elle laisserait un goût de félicité pour cette dernière à domicile de l’année 2007. Ce serait au passage le 16ème succès calendaire à Gerland. Elle conclurait magnifiquement la semaine.