masculins / OL - Metz J-1

Des Sochaliens aux Messins pour 3 nouveaux points

Publié le 14 janvier 2005 à 17:39 par R.B

[IMG3643L]La <b>démonstration</b> en terre sochalienne prendra mathématiquement encore plus de relief, si les Lyonnais battent samedi soir les Messins ! Quelques embrassades, une bonne douche, des déclarations à la presse, un retour en avion pour certains et en car pour d'autres, un décrassage, des soins, une mise en place, un départ pour la mise au vert… et ce sera l'heure d'un nouveau match, 72h à peine après ces remarquables 90 minutes dans le Doubs. Un autre match... à gagner...

La démonstration en terre sochalienne prendra mathématiquement encore plus de relief, si les Lyonnais battent samedi soir les Messins ! Quelques embrassades, une bonne douche, des déclarations à la presse, un retour en avion pour certains et en car pour d'autres, un décrassage, des soins, une mise en place, un départ pour la mise au vert… et ce sera l'heure d'un nouveau match, 72h à peine après ces remarquables 90 minutes dans le Doubs. Comment s'attarder, apprécier, souffler dans ces conditions ! Un match en appelle un autre et tant que l'écart avec ses poursuivants n'est pas « irrattrapable », l'OL n'a toujours rien gagné. « C'est trop tôt. En mars/avril, je pense que nous serons un peu plus fixés… ». Coupet est de retour, mais son discours n'a pas changé. «Prendre les 3 points samedi, sinon, notre victoire à Sochaux ne servirait rien ». Pierre-Alain Frau emboîte différemment le pas à son gardien international. «L'OL n'a pas de temps à perdre… ». L'énorme Diarra a le discours du guerrier posant son regard conquérant vers les horizons lointains qu'il entend dégager le plus vite possible du moindre grain de sable.



Pas le temps donc de se poser un instant dans cette course en tête vers un quatrième titre de rang. Le souffle des Dogues lillois a bien pris un coup de pompe contre Marseille ; les espoirs princiers, phocéens de voir tomber les Gones au pied des usines Peugeot n'ont pas été exaucés… mais 6, 9 et 10 points ce n'est pas grand-chose à 18 journées de la fin quand vous avez déjà réussi le tour de force de remonter vous-mêmes, dans un passé récent, 10 pions à un leader de la qualité des Monégasques. Et pas question de se laisser charmer par toutes ces voix laudatrices qui promettent avant l'heure un sacre majestueux.



Certes la force est en eux ; une force quasi animale balayant pour l'instant toute forme de résistance. On les appelle les Invincibles, les Indestructibles… il y a cette défense de fer symbolisée par l'épouvantail Cris. Ce trio en noir et blanc du milieu de terrain qui passe à la moulinette une grande partie des couleurs adverses. Aidée par le travail de replacement, les qualités de déplacement, de vitesse et on l'espère de plus en plus par le réalisme des Govou, Malouda, Frau, Wiltord, Nilmar, Bergougnoux… la triplette infernale Diarra-Essien-Juninho broie, concasse, essore, trie, conclut (9 des 25 buts marqués) à sa guise. Ce triangle est celui des illusions perdues pour les adversaires olympiens ! Et peu importe qu'il y ait des blessés de ci de là ; le banc juvénile n'est pas timide.



Le plein de gaz refait pendant la trêve, l'OL est donc reparti en costaud. Les Lorrains de Jean Fernandez privés de Ribéry, leur meilleur passeur (8), touché aux adducteurs, et… leurs 19 buts encaissés à l'extérieur peuvent-ils inquiéter ces Gones extras ? La tendance serait de répondre non… Défaite 3 à 0 au PSG, 4 à 0 à Lille, 4 à 0 à Auxerre… une seule fois cette saison en déplacement (Istres), les Lorrains ont su protéger leur cage. Quant à visiter les filets adverses… il faut remonter au 6 novembre à Toulouse (13ème journée) et à ce but de Ribéry. Soit au total 7 buts inscrits dont 5 en 2 rencontres du mois d'août (Ajaccio et Marseille). Ces Grenats ont le profil idéal pour perdre à Gerland en sachant toutefois qu'ils ont bien débuté l'année 2005 (2 victoires). Reste donc ces 90 minutes à jouer à domicile… là où finalement les partenaires de Govou ont le plus de mal à s'exprimer (5 victoires et 4 nuls) offensivement : 12 buts en 9 rencontres dont 4 face à Caen.



3 jours après Sochaux et 8 avant un voyage périlleux à Lille, Paul Le Guen sera-t-il tenté d'apporter une retouche ou deux à son onze de départ ? Peut-être avec le retour dans le groupe de Malouda… en titularisant, par exemple, Nilmar… voire en choisissant un visage plus offensif…



La dernière fois que les supporters lyonnais ont vu évoluer leurs Gones à domicile date du nul contre Marseille. Un mois après, l'enceinte à guichets fermés de Gerland veut vibrer d'autant plus qu'elle va retrouver Grégory Coupet, un de ses enfants chéris et que Juninho égalera Marcelo en terme de matchs disputés en championnat (108). Et puis tiens ce sera aussi la saint Rémi… cela fait beaucoup de raisons pour que la soirée soit belle samedi soir, malgré le froid qui a décidé d'associer ses morsures piquantes à ces retrouvailles attendues.



R.B

Sur le même thème