club

Di Nallo Fleury

Né le 20 avril 1943 à Lyon. L’un des joueurs emblématiques de l’Olympique Lyonnais. Il a joué de 1960 à 1974. Il a inscrit sous les couleurs lyonnaises 222 buts, conservant toujours aujourd’hui son titre de meilleur buteur de l’histoire de l’OL.

Il a remporté à trois reprises la Coupe de France avec Lyon : 1964, 1967 et 1973. L’histoire de Fleury Di Nallo commence au Rhône Sportif. Le 11 novembre 1959 alors qu’il n’a que 16 ans, le gamin est repéré par Jean Tamini, responsable technique de l’OL. Il n’a d’yeux que pour lui qui se produit au stade Firmin. Rapidement M. Tamini lui fait signer un contrat de non sollicitation avec l’Olympique Lyonnais, il n’est que cadet. Fleury vit dans le quartier de Gerland dans la Cité Jardin à deux pas du stade de Gerland. Son quartier c’est sa vie. Le quartier est pauvre il joue au foot dans le square avec ses potes.

Il débute à l’OL en jouant en division d’honneur. En fin de saison il dispute même une rencontre avec la CFA de l’époque face à Annecy. Le 21 août 1960, il est âgé de 17 ans, Gaby Robert entraîneur de l’OL, le lance dans le grand bain de la D1 contre le célèbre Reims en terre rémoise. Ce junior est inconnu de la presse, elle en oubliera même un L à son nom. Les Lyonnais s’inclinent 2 à 0 mais sa carrière est lancée. Il disputera pour sa première saison en pro 7 rencontres. Rapidement les observateurs, les journalistes, s’aperçoivent que c’est un buteur redoutable. Son surnom de « Petit Prince de Gerland » il le doit à un journaliste de l’Equipe qui est séduit par son jeu. Pour les intimes c’est « la Fleur».

Le 11 novembre 1962 il est pour la première fois sélectionné en équipe de France. Il n’a que 19 ans. Il va marquer à deux reprises face à la Hongrie. Les louanges se bousculent, un grand avant centre est né. Il comptera 10 sélections avec les Bleus. Il rendra sa cape bleue, par le plus pur des hasards le 24 avril 1971 contre la Hongrie. Le 21 septembre 1968, face au Red Star à St Ouen, il est victime à la 17ème minute d’une agression en jeu de la part de Carlos Monin. Résultat : fracture de la jambe gauche. Il est évacué dans un fourgon de police vers l’Hôpital Bichat. Le trajet est un enfer, pour Fleury. Le fourgon de police roule sur des routes pavées, la fracture bouge, les policiers sont obligés de lui mettre un mouchoir entre les dents pour le calmer. Cette terrible blessure l’éloignera des terrains pratiquement une saison.

En août 1969 en Corse il retrouvera le terrain face à Bastia et inscrira deux buts. Puis la journée suivante l’OL accueille Nîmes il marquera 3 buts. Mais quoiqu’il en soit cette blessure ne lui permettra jamais de retrouver sa tonicité. En novembre 1969, il manque de quitter l’OL. Jean Snella alors entraîneur du Servette de Genève, équipe semi-pro, le contacte pour un prêt. Il dispute un match amical avec le Servette contre Sochaux et inscrit 3 buts. Les Suisses sont enthousiasmés et le veulent en prêt. Refus de l’OL. A la fin de la saison 1969/1970, il est libre, il peut partir de l’OL. Le Racing Club de Strasbourg entre en contact avancé avec lui pour constituer une paire avec Molitor. Les négociations vont échouer. Fleury restera à Lyon.

Dans sa carrière lyonnaise il disputera 21 derbies dont 3 en Coupe de France et inscrira 14 buts. L’attaquant lyonnais manquera en 1967 de signer à l’ASSE, Roger Rocher alors président des Verts essaie de l’engager, l’OL refuse. Fleury est heureux de rester à l’OL. Son plus grand souvenir, le moment le plus fort de sa carrière est sa rencontre avec le Général De Gaulle. C’est en 1967 lors de la finale de la Coupe de France au Parc des Princes. Fleury a tout juste 24 ans. Lorsque le président lui remet la Coupe à l’issue du match, il l’embrasse. Il ressentira dit-il encore une énorme fierté qu’il n’oubliera jamais.

Parmi les anecdotes : Fleury Di Nallo ne s’échauffait jamais sur le terrain avant les matchs. Sa préparation se déroulait dans le couloir des vestiaires ou sous les voûtes à Gerland. Une préparation faite de petites accélérations. Il estimait ne pas avoir un assez gros potentiel, cela ne servait donc à rien de se dépenser avant une rencontre. La seule fois qu’il décide s’échauffer sur un terrain, le 9 décembre 1973, l’adversaire est Bordeaux. Rappel des faits : Fleury fait des accélérations sur l’aile, soudain une douleur l’arrête. Il se demande ce qu’il lui arrive. Il vient de se claquer pour la première fois de sa carrière !

Fleury Di Nallo est aussi un grand superstitieux comme Bernard Lacombe et cette anecdote confirme nos propos. Avant chaque rencontre à Gerland avant d’aller à la mise au vert, en voiture, il passait voir sa maman qui habitait Gerland avec Bernard. Là sa mère versait dans une bassine remplie d’eau de l’huile. Selon où se dirigeaient les gouttes d’huile elle déterminait si son garçon allait avoir un match difficile ou non. Fleury Di Nallo vivra les moments les plus intenses de sa carrière de joueur avec l’OL.

Le 13 septembre 1974 face au PSG c’est la 412ème fois qu’il porte le maillot de l’OL. Le 28 novembre 1974 le Petit Prince quitte Lyon et signe un contrat de 18 mois avec le Red Star où il retrouve 10 ans après Nestor Combin. Ensuite il prendra la direction de Montpellier où il terminera sa carrière de joueur. En juin 1978, Di Nallo réintégrera l’OL non pas comme joueur mais comme recruteur. Un retour à la maison qui ne fait cependant pas les grands titres de la presse car la préoccupation majeure de l’époque est le déficit qui frappe le club.

Le 17 janvier 1983 son bail se termine avec l’OL, un départ négocié avec Charles Mighirian. Fleury Di Nallo repartira quelques mois plus tard à Montpellier où l’accueillera son ami Louis Nicollin. Il reviendra dans la région. Le 8 mai 2008 après trois ans de collaboration Fleury Di Nallo décide d’arrêter d’entraîner l’équipe de l’AS Misérieux-Trévoux. Fleury Di Nallo est resté le premier supporter de l’OL assistant régulièrement aux rencontres de ce club qu’il aime tant.

Voir aussi

Anderson Sonny | Benzema Karim | Claudio Caçapa | Caveglia Alain | Chiesa Serge | Coupet Grégory | Cris (Cristiano Marques Gomes) | Diarra Mahamadou dit "Djila" | Di Nallo Fleury | Domenech Raymond | Edmilson José Gomes Moraes | Govou Sidney | Juninho Pernambucano | Lacombe Bernard | Lloris Hugo | Mignot Aimé | Toulalan Jérémy

<< retour à l'Histoire de l'Olympique Lyonnais