masculins / OL - Strasbourg J-2

Du côté du Racing Club Strasbourg

Publié le 05 août 2005 à 09:18 par R.B

[IMG3560L]Le <b>Racing</b> n'a pas défrayé la chronique estivale des transferts ! Et s'il y avait une colonne à mettre en exergue, ce serait en priorité celle des départs avec les signatures de <b>Niang</b> et d'<b>Abdessadki </b>à Marseille et Toulouse. Soit un total de 18 buts, sur les 42 inscrits, et de 7 passes décisives. Pour compenser ces transferts, les Alsaciens ont recruté <b>Diané,</b> un attaquant ivoirien de L2, 8 buts avec Reims ; le milieu de terrain monégasque <b>Pontus Farnerud</b>, 125 matchs de L1…

Le Racing n'a pas défrayé la chronique estivale des transferts ! Et s'il y avait une colonne à mettre en exergue, ce serait en priorité celle des départs avec les signatures de Niang et d'Abdessadki à Marseille et Toulouse. Soit un total de 18 buts, sur les 42 inscrits, et de 7 passes décisives. Pour compenser ces transferts, les Alsaciens ont recruté Diané, un attaquant ivoirien de L2, 8 buts avec Reims ; le milieu de terrain monégasque Pontus Farnerud, 125 matchs de L1… un international égyptien (Hosni) et dernièrement l'attaquant tunisien Guemamdia. Enfin pour suppléer éventuellement Cassard dans la cage, l'ancien lyonnais Puydebois a remplacé Vercoutre, de retour entre Rhône et Saône. 11ème du dernier exercice, après avoir commencé la saison de façon catastrophique, les coéquipiers de Pagis ont su redresser la tête en changeant de coach. Kombouaré ayant été remercié après 9 journées sans victoire et… 4 petits points au classement. Le fidèle serviteur Jacky Duguépéroux le remplaçant en apportant sa rigueur, son exigence. Des 16 buts encaissés en 9 rencontres… les futurs vainqueurs de la Coupe de la Ligue passeront à 27 buts pour les 29 dernières journées du championnat.



Sauvés, les Strasbourgeois se paieront même l'immense bonheur d'un trophée en battant Caen 2 à 1 en finale de la Coupe de la Ligue. Décidemment, cette compétition sourit à l'entraîneur breton du Racing. Il l'avait déjà remporté en 97 contre le Bordeaux de Rolland Courbis. En attendant de jouer la Coupe UEFA, les Bleu et Blanc (3 victoires, 2 défaites et un nul lors des matchs amicaux) ont donc retrouvé au stade de la Meinau le championnat et dominé la semaine dernière Auxerre sans pouvoir prendre les 3 points. Ce match nul 0 à 0 a généré un sentiment de frustration. Les 16 tirs, notamment, n'ont trouvé le cadre que 2 fois… et pour conclure l'expulsion du capitaine Pagis, coupable d'un mauvais geste sur Mathis à la 88ème minute de jeu. L'organisateur, le buteur et passeur sera absent dimanche pour guider ses copains vers un exploit. Il y a en effet non seulement un écart de standing entre les 2 formations, mais aussi le poids du passé. Jamais depuis le retour de l'OL en L1, le Racing ne s'est imposé au stade de Gerland. Il faut remonter à la saison 79-80 pour trouver trace d'une victoire alsacienne (2 à 0) ; l'époque des Dropsy, Domenech, Marx, Deutschmann… en rappelant que la saison précédente, année du seul titre de champion de France du club, Duguépéroux et ses potes étaient venus s'imposer 3 à 0 sur la pelouse du quadruple champion de France ! Le dernier résultat positif étant un 0 à 0 en 99-2000. Pour se donner du courage, les hommes du président Gindorf se souviendront qu'ils ont cependant sérieusement contrarié les desseins olympiens lors de leurs 2 dernières visites en s'inclinant à chaque fois 1 à 0, dont un pénalty de Luyindula dans les arrêts de jeu en 2003-2004.



Un déplacement difficile, confirmé par les propos du coach sur le site Internet du club presque centenaire. « Ce sera difficile, mais nous allons essayer de ramener quelque chose de Gerland. L'OL, que j'ai vu jouer contre Auxerre et Le Mans, a de quoi monter 2 équipes qui tiennent la route. Il n'est pas question d'aller à Lyon la fleur au fusil. Il sera impératif de ressortir le ballon sans se focaliser sur Carew. Mais, cela ne nous fait pas peur d'affronter chez lui le champion de France. On ne va quand même pas trembler en ce début de saison… ». Les anciens lyonnais Lacour, Devaux, Puydebois, et peut-être Bassila, sauront trouver les bons mots pour tirer leur collectif vers cet exploit. Mais des mots… aux actes, c'est parfois une tout autre chanson !



R.B

Sur le même thème