masculins / Résumé

Du spectacle et des regrets

Publié le 10 décembre 2008 à 23:05 par RD

L’OL, battu à domicile par le Bayern (2-3), termine cette phase de poule de Ligue des Champions à la seconde place du groupe F et affrontera, en huitièmes de finale, un adversaire ayant terminé premier de son groupe. L'OL peut regretter de s'être réveillé trop tard.

Un match, deux visages. Surclassé par le Bayern en première période, l’OL s’est bien repris en seconde en haussant le niveau de jeu. Sans parvenir pour autant à égaliser. Mais les hommes de Claude Puel semblent décidément envoûtés par le parfum de l’Europe, dès qu’il s’agit d’endosser la tunique fluo. Un visage qu’ils peinent à montrer ces derniers temps en championnat. Au coup d’envoi, l’enjeu était simple : la première place du groupe F. Au-delà de l’aspect mathématique, les deux équipes avaient le statut et la légitimité pour y postuler. Le Bayern l’a méritée. On se demandait dans quel wagon l’OL allait bien pouvoir monter dans le long voyage qui conduira les hommes de Claude Puel en huitièmes de finale, voire encore plus loin dans la compétition. C’est finalement en deuxième classe. Les Lyonnais auront l'inconvénient de jouer le huitième de finale retour hors de leurs bases, une situation pas vraiment favorable si l’on en suit les statistiques. L’OL pourra néanmoins se prendre à rêver en pensant à l’édition 2004/2005, lorsque Liverpool fut sacré champion d’Europe après avoir terminé second de son groupe
. Après avoir craint de ne devoir accueillir la neige en invité, c’est une fine pluie qui tombait sur Gerland au coup d’envoi. Outre les absences de Lucio et Zé Roberto, Jürgen Klinsmann avait disposé ses meilleurs pions sur la nouvelle pelouse de Gerland. Lyon, toujours handicapé par de nombreux joueurs blessés, privé de Juninho et Cris, suspendus, retrouvait néanmoins Benzema en attaque. Mounier était titularisé d’entrée sur le flanc gauche.
Lyon ne tarda pas à mettre la machine en route. Dès la 2e minute, une subtile balle piquée de Benzema trouva Ederson dont la tête fut repoussée par la poitrine de Rensing. Au cours de ce premier quart d’heure, les actions lyonnaises penchèrent essentiellement à gauche, Mounier, Ederson et Benzema réussissant quelques bonnes combinaisons. Quelques actions de grande classe initiées par Ribéry (6e) ou Lahm (8e) vinrent cependant tempérer le départ virevoltant de l’OL et rappeler qu’il s’agissait bien en face du grand Bayern. Et la preuve de l’efficacité bavaroise ne tarda pas : l’inévitable Klose, profitant d’un cafouillage de la défense lyonnaise, ouvrit le score (0-1, 12e).Il n’en fallait pas moins pour réveiller les joueurs « fluos ». Mounier, intenable sur son côté gauche, distilla une sublime passe en retrait pour Benzema qui frappa dans le petit filet extérieur des buts de Rensing (13e). Le Bayern, lui, attendait patiemment son heure. Après une belle incursion dans la surface lyonnais et d’un beau tir, Ribéry permit au Bayern de faire le break (0-2, 35e). Comme si il suffisait d’être mené pour réagir, Ederson attrapa le poteau de Rensing d’une superbe frappe (36e). Mais comme si l’histoire devait se répéter, en sens contraire cette fois, Klose, complètement esseulé au second poteau, y alla de son doublé d’une reprise de volée (0-3, 38e).

En seconde période, le Bayern continua sur sa lancée. Une belle percée de Ribéry et un redoublement de passes avec Schweinsteiger faillit faire mouche. Mais Lyon n’avait pas abdiqué. Et comme choisi par le destin pour peser face aux Bavarois à Gerland, c’est le capitaine d’un soir, Sydney Govou, qui redonna soudainement vie au match, lorsqu’il reprit victorieusement dans le but vide un ballon repoussé par Rensing suite à une frappe d'Ederson (1-3, 52e). Le vrai parfum de l’Europe sembla soudain resurgir des entrailles de Gerland. Une talonnade d’Ederson fut facilement captée par Rensing (57e). L’OL semblait avoir repris le dessus. Un nouveau souffle appuyé par les entrées de Fred et Källström (63e) balaya la pelouse. L’euphorie embrasa définitivement le stade lorsque Benzema partit tromper Rensing en le dribblant (2-3, 68e). Une tête de Fred sur un centre de Grosso laissa croire à tout le public l’égalisation mais la balle fut magistralement repoussée par Rensing sur sa ligne.

La victoire du Bayern est donc méritée au vue de la première mi-temps. Mais sur les 45 dernières minutes, les Bavarois ont cru bon gérer leur avantage alors que l’OL comptait bien offrir une réaction pour son ultime sortie européenne de l’année. Le réalisme allemand aura une nouvelle fois fait son oeuvre. Les trois buts inscrits avant la pause leur permettent de finir en tête, relèguant l'OL au rang de second.
La seconde période de l'OL laisse de l'espoir pour la suite de la compétition au printemps prochain. Avec, on l'espère, une équipe revigorée par le retour de ses joueurs cadres. L'adversaire de l'OL lors des huitièmes de finale sera connu le 19 décembre prochain à l'occasion du tirage au sort qui aura lieu à Nyon.
Sur le même thème