masculins / Abécédaire

E… comme Europe

Publié le 10 juin 2006 à 17:03 par GG

C'est l'heure de l'ABECEDAIRE. Une lettre et un mot par jour. Place aujourd'hui au E... comme Europe. L’aventure européenne de l’OL s’est une nouvelle fois arrêtée aux portes des 1/2 finales

Aujourd’hui encore, difficile de digérer cette terrible élimination en Ligue des Champions. Pourtant, pour la 2e saison consécutive, l’aventure européenne de l’OL s’est arrêtée aux portes des 1/2 finales. Les joueurs lyonnais n’ont donc pas pu réaliser le rêve du Président Aulas, gagner la coupe aux grandes oreilles au Stade de France, mais cette campagne 2005-2006 reste tout de même riche en enseignements.

Match 1. Lyon 3-0 Real Madrid
Sur le papier, le groupe F n’était pas une mince affaire. Et dès le premier match face au grand Real Madrid, l’OL devenait galactique. Dans un Stade de Gerland en ébullition, les Gones écrasait le Real de Beckham, Raul et Roberto Carlos. Juninho sur coup franc, Carew de la tête et Wiltord du pied droit donnaient la victoire au « Rouge et Bleu ». Ce 13 septembre 2005, les joueurs de l’OL réalisaient un match plein à ranger parmi les grands moments du club.

Match 2. Rosenborg 0-1 Lyon
Le Lerkendal Stadion de Rosenborg était synonyme de mauvais souvenir pour l’Olympique Lyonnais. Lors de la saison 2002-2003, les coéquipiers de Sonny Anderson avait été tenu en échec 1-1 en Norvège. Un résultat nul lors du dernier match de poule qui avait privé l’OL d’une participation à la 2e phase. Mais cette année, les joueurs de Gérard Houllier ont su inverser la tendance. Grâce à un coup de tête vainqueur de Cris, Lyon s’imposait 1-0 en Norvège. Ce deuxième succès en autant de matchs de poule permettait à l’OL de prendre une option sur la qualification.

[IMG40559#R]Match 3. Lyon 2-1 Olympiakos
4 jours après un difficile succès à domicile face à Ajaccio (3-2), l’OL recevait l’Olympiakos, dernier du groupe F avec 2 défaites en 2 matchs. Mathématiquement parlant, les grecques étaient en difficulté et sur le terrain, les joueurs de Trond Sollied montraient un tout autre visage. C’est Juninho qui ouvrait rapidement la marque sur un nouveau coup de patte magique (4’). Kafes égalisait dans les dernières minutes du match (84’). L’OL, contrarié, trouvaient tout de même les ressources nécessaires pour arracher la victoire. Bien servit dans le dos de la défense par Juninho, Sidney Govou trompait Nikopolidis et offrait 3 nouveaux points de la victoire à l’OL.

Match 4. Olympiakos 1-4 Lyon
15 jours plus tard, début novembre, l’OL retrouvait l’Olympiakos, en Grèce, pour décrocher sa qualification. Dans une ambiance bouillante et déstabilisante, les joueurs de Gérard Houllier manquaient leur entame de match ce qui permettait à Babangida d’ouvrir le score dès la 3e minute. Ce but a eu pour effet de réveiller les Gones. Une fois la machine lyonnaise en route, Juninho, Diarra et Carew (x2) trouvaient le chemin des filets. Au final l’OL s’imposait 4-1, décrochait sa qualification et signait une véritable démonstration.

[IMG40607#L] Match 5. Real Madrid 1-1 Lyon
Fin novembre, pour le 5e match de poule, le Real Madrid et l’OL se retrouvaient en tant que qualifiés.
Les deux clubs se battaient néanmoins pour décrocher la première place du groupe. Dans un Stade Santiago Bernabeu garnit par 4 000 lyonnais, l’OL livrait ce soir là un très bonne copie. Mené au score, les joueurs de Gérard Houllier parvenaient une nouvelle fois à revenir au score grâce à une talonnade victorieuse de John Carew, qui offrait un point mérité à l’OL.

Match 6. Lyon 2-1 Rosenborg
Pour le dernier match de Poule, Gérard Houllier choisissait de rajeunir son équipe. 7 changements étaient opérés et la classe biberon de l’OL s’en sortait bien. Karim Benzema inscrivait son premier but en professionnel et suite à l’égalisation de Braaten (68e), l’OL devait attendre les arrêts de jeu pour décrocher la victoire. Bien servit par Ben Arfa, Fred, du gauche, marquait le but de la victoire.

L’OL terminait cette première phase invaincue et comptabilisaient 16 points sur 18 possibles. L’OL possédait également la meilleure attaque de la compétition avec 13 buts marqués. Place au 1/8ème de finale.

[IMG40155#R]1/8e de final. PSV Eindhoven - Lyon
Le tirage au sort de 1/8ème de finale permettait à l’OL de prendre une revanche sur le PSV. Eliminés aux tirs au but l’an passé par les Hollandais, l’OL avait donc la possibilité de se racheter. Solide et réaliste au match aller à Eindhoven (0-1), l’OL se montrait étincelant lors du match retour. Dans un stade Gerland en ébullition, les joueurs de Gérard Houllier faisait définitivement exploser le club hollandais (4-0). Le dernier but du match restait le grand symbole de cette formidable soirée quand Fred, tout nouveau papa, s’offrait un but magistral d’un dribble « Ronaldinesque » suivit d’une frappe soudaine du gauche. Un bien beau cadeau pour l’OL et pour la petite Geovanna.

[IMG40446#L]1/4e de final. Lyon - Milan AC
Le Milan AC, un grand d’Europe pour une très grande déception. Jamais au cours des deux rencontres Lyon n’aura paru plus faible que l’équipe de Carlo Ancelotti. Pourtant, à l’arrivée, ce sont les Italiens qui se qualifiaient pour les ½ finales. Rageant, mais pas déprimant car l’OL aura tout de même réussit un formidable parcours européen cette saison.

Pour l’OL, l’histoire s’arrêtait donc une nouvelle fois en ¼ de finale avec un beau bilan encourageant : 7 victoires, 2 nuls et 1 seule défaite.