masculins / OL - Valenciennes J - 4

Ederson : « Jouer intelligemment »

Publié le 11 août 2009 à 16:43 par BV

Ce matin, au terme de l’entraînement, Ederson est revenu sur le match nul des Rhodaniens au Mans. Il a également évoqué la marge de progression que possède l’OL et son rôle au sein du schéma tactique lyonnais.

Samedi au Mans, l’OL a arraché, grâce à un coup franc de Lisandro Lopez dans les arrêts de jeu, un point. C’est un départ poussif, mais l’essentiel se trouve peut-être au-delà de l’aspect comptable, comme le reconnait Ederson : « Perdre aurait été difficile à digérer. En égalisant à deux reprises, on a montré que l’on avait du caractère. Il faut maintenant regarder ce qui a été bien comme ce qui ne l’a pas été. » Si l’état d’esprit affiché, symbolisé par la hargne et l’activité incessante de Lisandro Lopez, a constitué la grande satisfaction de ce déplacement dans la Sarthe, l’OL a également laissé entrevoir les progrès qu’il lui reste à accomplir, notamment dans le domaine défensif. « Il ne faut pas paniquer, prévient le Brésilien. Bien sûr que tout n’a pas été parfait mais on a les moyens de faire mieux, d’améliorer notre jeu. C’est pourquoi on est sereins. Pour avancer, il faudra faire preuve de caractère. On manque d’automatismes mais cela va venir avec la compétition. Le calendrier du mois d’août, qui est très dense, est une bonne chose ; grâce à l’enchainement des matches, on va acquérir du rythme. »

[IMG50127#R]En ce début de saison, la difficulté est double pour les Lyonnais : contrairement aux années précédentes, en raison des barrages de la Ligue des Champions, ils ne peuvent plus utiliser le mois d’août pour peaufiner leur préparation ; ils doivent de plus engranger les succès pour ne pas laisser filer Bordelais et Marseillais, lesquels semblent mieux armés que jamais pour leur mener la vie dure. « Ca va être aussi compliqué que la saison dernière, juge « Eder ». Même si Bordeaux et Marseille se sont renforcés, il est trop tôt pour désigner un favori. De notre côté, on sait que cela va être compliqué mais cela doit nous motiver. C’est lorsque les choses sont compliquées que l’on doit faire montre de davantage de motivation. » Une certitude : si l’OL veut reconquérir son titre de champion de France, il devra retrouver sa domination domestique : « la saison dernière, on a perdu des points importants à Gerland, il ne faut pas que cela se reproduise. Pour cela, il faudra jouer intelligemment : produire du jeu tout en restant vigilants afin de ne pas encaisser de but, il faudra essayer de marquer les premiers. On a terminé la saison dernière avec la deuxième meilleure défense de Ligue 1, on peut faire encore mieux. On ne veut pas être une équipe défensive mais on sait que des bases solides permettent souvent de faire la différence. »

[IMG50126#L]Après une première saison lyonnaise passée alternativement sur les cotés droit et gauche, et alors qu’il a essentiellement joué, durant la préparation d’avant-saison, derrière l’attaquant, Ederson ne repousse aucune éventualité. Même celle d’évoluer à la pointe de l’attaque. « La saison dernière, le coach m’a fait jouer à ce poste à deux reprises. Il sait qu’il peut compter sur moi dans ce rôle que j’apprécie et auquel j’ai évolué au début de ma carrière. Mon poste naturel est numéro 10 derrière un ou deux attaquants, mais je suis disponible et prêt à servir l’équipe dans n’importe quel rôle. » Faute d’avoir rayonné au poste de meneur de jeu dans le 4 – 2 – 3 – 1 si souvent utilisé en ce début de saison par Claude Puel, le Brésilien est désormais titillé par l’arrivée à maturité attendue de Miralem Pjanic. « Il ne faut pas établir de concurrence entre nous, repousse-t-il. On doit avant tout constituer un collectif. La concurrence doit exister lors des entraînements pour que l’on progresse tous ensemble mais il faut qu’elle soit saine, que l’on soit compétiteurs contre les autres équipes. On doit former un groupe solide qui lutte contre les autres et non contre nous-mêmes. »

Forcément, à un moment, la comparaison avec Juninho affleure. « Encore une fois cette question ! , soupire-t-il. On a beaucoup perdu lorsqu’il est parti mais il faut que l’on passe à autre chose. Faire des comparaisons ne sert à rien. Chacun a son style, son caractère et sa manière de jouer. » Des qualités propres qu’il entend bien mettre en évidence dès samedi face à Valenciennes.
Sur le même thème