masculins / Nice - OL J-2

Ederson veut "enchainer"

Publié le 22 octobre 2009 à 19:17 par BV

Il n’avait plus gouté le bonheur d’être titularisé depuis plus de deux mois. Mardi, à Liverpool, Ederson a débuté une rencontre sur la pelouse pour la seconde fois de la saison seulement ; il avait été aligné au Mans lors de la 1ère journée.

« J’étais content de débuter à Liverpool, cela prouve que le coach a confiance en moi, a-t-il déclaré cet après-midi devant la presse. J’ai essayé de tout donner et je crois que cela s’est bien passé. » Entre Léon Bollé et Anfield, le Brésilien a alterné passages sur le banc de touche et à l’infirmerie. Et lorsque lui sont rappelés les propos de son entraîneur souhaitant qu’il fasse montre de plus de personnalité dans son jeu, il argue de cette blessure à la cheville qui lui a fait manquer cinq matches et a interrompu un début de saison pourtant idéalement lancé par de bonnes prestations durant les matches amicaux : « J’ai été blessé. Comment aurais-je pu faire preuve de personnalité sur le terrain alors que je n’y étais même pas ? Pour en exprimer, il faut jouer. Maintenant que je suis rétabli, j’espère pouvoir montrer mon niveau de jeu. Pour cela, il faut retrouver le rythme, il faut que j’enchaine 3 – 4 matches d’affilée. »

A quelle place ? A l’image de la saison dernière, durant laquelle il avait alternativement occupé les postes de milieux défensif, offensif, dans un couloir, dans l’axe, ou encore avant-centre, Ederson a évolué, depuis le début du nouvel exercice, dans plusieurs registres. « Ce n’est pas évident parce que je manque de repères, reconnait-il. Une chose positive (la polyvalence) peut devenir négative. L’idéal serait de trouver un rôle dans lequel je pourrais bien faire. On va en discuter avec le coach, qui est tactiquement très intelligent, afin de trouver une bonne solution. » Il ne cache pas que sa préférence va vers un positionnement de second attaquant dans un 4 – 4 – 2, à gauche dans un 4 – 3 – 3 qui lui permettrait de repiquer dans l’axe, ou derrière deux attaquants au sommet d’un milieu en losange, « mais l’OL ne joue pas dans ce schéma de jeu-là » note-t-il. En revanche, il se montre peu emballé par l’une des pointes d’un milieu à trois éléments car « les trois milieux doivent alors récupérer beaucoup de ballons. » Tout en affirmant avoir progressé depuis son arrivée à l’OL dans la gestion et l’enchainement des matches de haut niveau, il concède « devoir encore s’améliorer dans la finition, afin d’être plus décisif ».

Samedi, il retrouvera le Stade du Ray où il a évolué durant quatre saisons. « Pour moi, un déplacement à Nice est forcément particulier, dit il. Il est toujours difficile d’aller jouer là-bas car les supporters sont continuellement derrière leur équipe. » Une difficulté accrue par l’impérieux besoin de points des Aiglons qui occupent la 19e place du classement. « Il y a eu beaucoup de changements ces derniers temps, analyse « Eder ». Des changements qui ont touché les joueurs, l’entraîneur et même le président. Dans ces circonstances, il est difficile d’obtenir de bons résultats. J’ai encore beaucoup d’amis là-bas, il y a Loïc Rémy et Anthony Mounier. J’espère donc qu’ils vont redresser la barre… après le match contre Lyon. »
Sur le même thème