masculins / CAN 2006

Elimination du Sénégal

Publié le 08 février 2006 à 18:20 par BV

La finale de la CAN 2006 opposera vendredi la Côte d'Ivoire de Didier Drogba, vainqueur du Nigéria, à l'Egypte, bourreau contesté du Sénégal de Lamine Diatta.

Si les finales de cette 25e édition de la Coupe d’Afrique des Nations n’ont pas encore livré la hiérarchie du tournoi, elles ont en tout cas permis de confirmer l’impression née au lendemain du tirage au sort de la phase finale : le groupe A (Egypte, Côte d’Ivoire, Maroc et Libye) méritait bien l’ (habituelle) appellation de « groupe de la mort ». Un groupe d’où sont en effet issus les deux finalistes. Samedi 28 janvier, lors de la dernière journée de la première phase de poule, l’Egypte, désireuse de continuer sa route au Caire était venue à bout 3 buts à 1 d’une « équipe B » de la Côte d’Ivoire. Au regard de la performance des Eléphants lors des deux derniers matchs, il y a fort à parier que la rencontre de vendredi sera bien plus disputée.

Hier, les coéquipiers de Didier Drogba ont confirmé la maîtrise qu’ils avaient laissé entrevoir en quart de finale face au Cameroun. En capitaine exemplaire et efficace, Didier Drogba donnait l’exemple dès la 8e minute de jeu sur coup franc avant de profiter d’une erreur de jugement du défenseur nigérian Enakarhire pour tromper Enyeama au ras du sol. Derniers représentants du clan des décevants «mondialistes», les Ivoiriens ne cessent de hausser leur niveau de jeu et étonnent par une assise défensive jusqu’alors insoupçonnée. Vendredi, ils pourraient bien imiter les Grecs dans le rôle du dernier obstacle infranchissable d’un pays organisateur vers sa quête de sacre continental.

Pour y parvenir, il leur faudra battre l'Egypte, invaincue depuis le début de la compétition. Les hôtes de cette CAN 2006 viseront un cinquième trophée africain qui leur permettrait de s’octroyer seuls un record qu’ils partagent actuellement avec le Ghana et le Cameroun (4). Pour accéder au dernier duel, ils ont dominé une courageuse équipe du Sénégal au terme d’une rencontre à rebondissements. Comme il y a un an face au PSV, Lamine Diatta, capitaine de son équipe, reprochera longtemps à l’arbitre d’avoir « oublié » un penalty flagrant à l’ultime minute de jeu. Auparavant, les Lions de la Teranga étaient parvenus, dans une ambiance surchauffée, à revenir à la marque. Après l’ouverture du score par Ahmed Assan sur penalty (36e), Mahamadou Niang égalisait de la tête en profitant d’un centre millimétré de Lamine Diatta (52e). Si le Marseillais faisait la joie des supporters des Lions de la Teranga, un ancien joueur du Vélodrome s’illustrait en s’attirant les foudres du stade International du Caire. Furieux de devoir quitter le terrain, Hossam Ahmed Mido entamait une très médiatisée et irréelle empoignade verbale avec son sélectionneur, Hassan Chehata. Bien mal lui en prit. Sur son premier ballon, son remplaçant, Amr Zaki s’élevait dans les airs pour inscrire le but salvateur. Le lendemain, le joueur de Tottenham sera sanctionné de 6 mois de suspension de sélection. Il ne participera donc pas à la dernière marche des Pharaons en route vers leur cinquième titre, le troisième à domicile.
Demain, les deux équipes rescapées du groupe D, le Nigéria et le Sénégal s’affronteront dans la «petite finale » qui attribuera une troisième place bien peu consolante.