masculins / Toulouse 1 - OL 0

Elmander crucifie l'OL

Publié le 11 août 2007 à 19:45 par BV

Johan Elmander a une nouvelle fois été le bourreau des Lyonnais. Auteur la saison passée contre l’OL d’un but et de deux passes décisives, le Suédois a crucifié les champions de France dans les ultimes minutes de jeu (90e).

En match avancé de la deuxième journée de Ligue 1, l’OL a connu sa première défaite de la saison, et peut-être perdu beaucoup plus que le point du match nul qu’ils étaient longtemps parvenus à conserver malgré une heure de jeu en infériorité numérique. Dans un choc avec Elmander, Cris a en effet quitté prématurément ses coéquipiers. Après le forfait de Patrick Müller, touché au genou vendredi et remplacé dans l’axe de la défense par Matthieu Bodmer, Alain Perrin pourrait bien devoir aligner une troisième défense centrale en autant de rencontres dans une semaine à Lorient. Il devra également composer sans Kim Källström expulsé.

Au coup d’envoi, l’objet de toutes les attentions n’était pourtant pas le Suédois Johan Elmander, annoncé douteux après une béquille reçue lors de la défaite des Toulousains à Valenciennes, mais le système de jeu mis en place par Alain Perrin. L’entraîneur olympien avait annoncé jeudi qu’il souhaitait « rester dans un système en 4 – 4 – 2 qui nous avait donné satisfaction ». L’incorporation de Juninho dans l’entrejeu, à la place de Milan Baros, positionnait les Rhodaniens en 4 – 3 – 3, « différent dans l’animation du 4 – 3 – 3 « à la lyonnaise » de la saison passée » selon l’entraîneur adjoint, Christophe Galtier.

Le choix tactique du coach lyonnais aura régi l’animation lyonnaise durant les trente-cinq premières minutes, jusqu’à l’expulsion de Kim Källström, coupable d’avoir manifesté (trop véhémentement ?) son mécontentement au quatrième arbitre après avoir été blessé à l’arcade sourcilière par le coude de Nicolas Dieuze. Un coup dur de plus pour les Rhodaniens qui avaient vu Sidney Govou sortir quelques instants auparavant, touché à la cuisse gauche (22e).

L’expérience avait jusqu’alors été plutôt concluante. Durant une première demi-heure disputée sous une intense chaleur, les Lyonnais avaient maîtrisé leur sujet, ne concédant aux Toulousains qu’une seule occasion. Dès l’entame de match, Bryan Bergougnoux frappa puissamment à droite du but gardé par Rémy Vercoutre (2e).

Les Lyonnais auraient même pu ouvrir le score mais Karim Benzema trouva le ciel de Toulouse d’une frappe puissante (9e) puis effleura le poteau droit de Douchez après une succession de passements de jambe (33e). Sur un coup franc à 30 mètres, Juninho contraignit Douchez à boxer le cuir (19e). Au terme d’un une deux avec Benzema, Kader Keita dévissa trop sa tentative (24e).

L’expulsion du Suédois força les champions de France à faire le dos rond et modifia notablement le cours du match. Jusqu’alors bien timides, les Garonnais s’enhardirent. Elmander écrasa trop sa frappe (41e). La tête de Cetto heurta la barre transversale de Vercoutre avant que Grosso ne se jette devant Sissoko (53e). L’ancien Nantais ne cadra pas sa frappe (53e) et Vercoutre se coucha sur la tentative de Mathieu (55e). Gignac et Emana n’eurent guère plus de réussite (66e et 77e). Seul au point de penalty, Elmander enleva trop son tir (84e).
Ce n’était que partie remise ! Bénéficiant d’un contre favorable, le Suédois ajusta Rémy Vercoutre à bout portant (90e). L’addition aurait même pu être plus lourde pour les Rhodaniens. Dans les arrêts de jeu, le tir d’Achille Emana toucha le poteau (92e).

Les Lyonnais peuvent légitimement s’estimer déçus. Ils auraient en effet bien pu repartir de Toulouse avec un tout autre butin, la tête de Kader Keita atterrissant sur le poteau (63e). Pas vernis, ils se rendront à Lorient, samedi, pour se rassurer et confirmer les bonnes dispositions entrevues durant la première demi-heure, avant « le grain de sable qui a fait dérayer la mécanique ». Il y aura à n’en pas douter des jours moins sombres !
Sur le même thème