feminines / OL Féminin

En route vers les sommet

Publié le 18 novembre 2008 à 21:30 par RD

Après avoir survolé leur groupe de qualifications, les Lyonnaises éliminent facilement les Italiennes du CF Bardolino Vérone en quarts (5-0 ; 4-1) et accèdent aux demi-finales, où elles avaient échoué l’an dernier. Elles se frotteront en mars prochain aux Allemandes de Duisburg, qui ont sorti les tenantes du titre, Francfort.

A la veille de cette rencontre, les joueuses de Farid Benstiti avaient déjà un pied en demi-finales. Elles y ont, cette fois, véritablement mis les deux après leur victoire sur Bardolino. La qualification était presque jouée d’avance avant le match. D’abord, car les Italiennes devaient refaire un retard, improbable, de 5 buts à l’extérieur, mais surtout car la différence de niveau entre les deux équipes avait été conséquente au match aller. Avec les demi-finales, les choses sérieuses vont commencer. Mais on n’en est même pas sûr tellement l’OL Féminin survole ses rencontres depuis le début.

Cependant, si l’OL n’a pas rencontré grande résistance de la part de ses adversaires jusqu’à présent, l’enjeu et le niveau seront tout autres en demi-finales, là-même où elles avaient échoué l’an passé. Farid Benstiti avait aligné ce soir une équipe très compétitive. C’est quasiment le même onze, celui qui avait étrillé les Italiennes il y a un peu moins de deux semaines, qui débutait lors de ce quart de finale retour, dans laquelle les transalpines décidèrent de tout donner. Et si on pu noter l’imprécision du jeu lyonnais par instants, ce sont de valeureuses Véronaises, en rien découragées par la déroute du match aller, qui entamèrent la partie, mues par l’envie de montrer un visage différent et ainsi pouvoir quitter l’Europe la tête haute. C’est donc contre toute attente qu’elles ouvrirent le score dès la 3e minute de jeu par l’intermédiaire de la capitaine Boni, trouvant la lucarne de Pons sur une belle demi-volée des 20 mètres (0-1). Dans la course à l’égalisation, c’est Katia qui se distingua essentiellement. Deux frappes passèrent d’abord de peu à côté (8e et 11e) avant que son bel enchaînement « coup du sombrero » - frappe ne soit détourné par la portière italienne. Mais les joueuses lombardes restèrent dangereuses, notamment lorsqu’elles s’infiltrèrent dans les espaces laissés par la défense de l’OL. On cru à l’égalisation lyonnaise par deux fois lorsque la tête de Schelin (36e) fut repoussée par la gardienne et celle d’Abily passa à côté (38e). Elle survint en réalité quelques secondes plus tard quand Katia fusilla la portière italienne d’un pointu à bout portant (1-1, 38e).

Il fallu attendre la seconde période pour assister à la concrétisation de la domination lyonnaise. Franco donna l’avantage aux joueuses « fluo » d’un but de la tête (2-1, 55e), consécutif à un corner. Les attaques italiennes ne furent que sporadique en cette seconde période et les Lyonnaises reprirent petit à petit le contrôle des opérations. Necib mit ses coéquipières définitivement à l’abri d’un retour italien à la suite d’une splendide frappe des 20 mètres qui attrapa la lucarne transalpine (3-1, 69e). Le dernier quart d’heure fut tranquillement géré. Bretigny ajouta même un quatrième but en reprenant un ballon relâché par la portière italienne à la suite d’une frappe d’Abily (4-1, 93e).

Les Lyonnaises atteignent donc les demi-finales, où leur parcours européen s’était arrêté l’an dernier, éliminées par les suédoises d’Umea (1-1 ; 0-0). Cette logique qualification fait état d’exception dans des quarts de finale qui auront apporté leur lot de surprises : les Ladies d’Arsenal passent à la trappe, humiliées au match retour par les Suédoises d’Umea 6 buts à 0. Et que dire de la prestation des tenantes du titre allemandes de Francfort, battues par leurs compatriotes du FCR Duisburg (3-1 ; 2-0), prochaines adversaires des Lyonnaises en demi-finales. Le match aller le 28 ou 29 mars se déroulera à Gerland, le match retour à Duisbourg le 4 ou 5 avril. Mais l’OL féminin semble plus que jamais parti à la conquête des sommets. La trêve hivernale vient clore cette première partie de saison européenne. Il faudra attendre l’année prochaine pour retrouver le parfum de l’Europe dont on a décidément prit goût du côté de Gerland.

Résultats complets des quarts de finale :
Brondby (DAN) – Zvezda (RUS): 2-4 ; 1-3
Arsenal LFC (ANG) – Umea IK (SUE): 3-2 ; 0-6
Francfort (ALL) – FCR Duisburg (ALL): 1-3 ; 0-2
CF Bardolino (IT) – Olympique Lyonnais (FRA): 0-5 ; 4 - 1
Demi-finales (matches aller les 28-29 mars 2009 / retour les 4-5 avril)
Zvezda – Umea IK
Olympique Lyonnais – FCR Duisburg
Finale (match aller le 16 mai / retour le 23 mai)

Feuille de match :
Mardi 18 novembre 2008, 19h. Stade de Gerland. Temps frais, pluie fine. Pelouse en mauvais état.
Arbitre : Mme. Nicole Petignat (SUI) assistée de Mme. Eveline Bolli (SUI) et Mme. Elke Lüthi (SUI)

Olympique Lyonnais – CF Bardolino Verona : 4 – 1 (1 - 1)
Buts :
OL: Katia (38e), Franco (55e), Necib (69e), Bretigny (93e)
Bardolino : Boni (3e)
OL : Pons – Bompastor, Dusang (cap.), Simone, Jensen – Franco, Necib, Abily – Schelin, Thomis (Bretigny, 82e), Katia. Entr. Farid Benstiti
Bardolino : Brunozzi – D’Adda, Sorvillo, Gabbiadini (Ledri, 87e), Panico – Boni (cap.) (Girelli, 82e), Parisi, Schiavi, Paliotti (Toselli, 76e) – Tuttino, Motta. Entr. Renato Longega

Farid Benstiti
La première mi-temps n’était pas si mauvaise que ça mais on a été trop souvent exposé aux contres adverses. On a eu quelques occasions mais on a manqué de réalisme. En seconde période on a été bien mieux. On a fait un beau football et je pense qu’on a fait plaisir aux supporters. A l’aller le 5-0 était un peu flatteur et je l’avais dit aux joueuses.

Sonia Bompastor
On a eu du mal à rentrer dans le match. Farid nous avais pourtant dit qu’elles allaient venir ici et tout tenter dans les premières minutes mais je pense que l’on s’est trop reposé sur le score du match aller. On s’est dit inconsciemment que ça allait bien se passer. Après avoir encaissé ce but on a essayé de réagir mais on a réussi à faire la différence qu’en deuxième mi-temps. A l’aller on n’avait pas fait un très grand match mais on avait été réalistes en marquant 5 buts.
Sur le même thème