masculins / OL - Le Mans J-1

Enchainez toujours et encore

Publié le 01 novembre 2008 à 17:58 par R.B

Après un succès à Sochaux, il sera demandé aux Lyonnais de faire de même dimanche soir chez eux face aux surprenants manceaux toujours invaincus à l’extérieur…

Qui ne connait pas la chanson à l’OL depuis plusieurs saisons… Cette chanson dont le refrain parle d’enchainer les rencontres avec toujours l’ambition de gagner ! 4 jours après les 3 points pris à Sochaux et 3 avant la venue du Steaua, l’OL se remet donc à l’ouvrage. Dans ces conditions pas le temps de trop fouler les pelouses de Tola Vologe, juste une mise en place samedi après-midi pour régler quelques détails.

Ces périodes d’intense activité demande à Claude Puel d’être encore plus vigilant. Il doit gérer les temps de jeu, les sensations et les absences. Pjanic a rejoint l’infirmerie qu’ont quittée Lloris, Juninho, Ederson. En fonction de tous ces ingrédients, quel milieu va-t-il constituer ? A 2 ou 3 éléments ? Qui jouera dans les couloirs ? Gassama sera-t-il encore titulaire ? Des questions parmi d’autres…

En face, les Sarthois viennent au Stade de Gerland vierges de la moindre défaite en championnat. En 5 déplacements, ils ont inscrit 13 buts. Et attention, ils possèdent le meilleur ratio en terme de réalisme avec 1 but tous les 6 tirs. Ce groupe largement remanié par rapport à la saison précédente a de solides arguments pour profiter du moindre contre, de la plus petite erreur adverse. Gervinho avait semé le bazar la saison dernière sur la pelouse de Gerland par sa technique et sa vitesse ; Maïga s’est révélé ; quant aux 2 norvégiens, ils ne semblent pas maladroits. Ce groupe voudra aussi gommer le récent accroc à domicile face à Auxerre pour rester dans le haut de tableau. Le milieu de terrain Coutadeur, élément prépondérant, revient pour apporter activité et lucidité.

Le MUC 72 se souvient qu’il n’a encore jamais réussi entre Rhône et Saône : 5 rencontres dans son histoire pour autant de défaites et 16 buts encaissés dont un cuisant 8 à 1 en 2005-2006. Lors de ce match, Pelé avait été sorti de sa cage par son entraineur Hantz à la ½ heure de jeu et Roche, son successeur, n’avait pu empêcher le score d’enfler. Pelé a depuis encore grandi. Un gardien, au passage, que « Juni » n’a jamais trompé.

Les données sont claires entre une formation ultra occupée et une, pas concernée par l’Europe et déjà « débarrassée » de la Coupe de la Ligue ; entre une formation reine de France depuis 7 exercices, membre important de la scène continentale et un club, jeune, qui progresse régulièrement dans les différents secteurs de son existence. Cela promet à priori du spectacle, en souhaitant que les conditions de jeu soient propices à ce plaisir que rehausseraient les trois points supplémentaires dans le compteur lyonnais.