masculins / Rencontre

« Encore envie de jouer… on verra »

Publié le 08 mai 2014 à 14:35 par R.B

Cris était de passage au centre d’entrainement de Tola Vologe ce jeudi matin… Un large tour d’horizon avec l’ancien capitaine lyonnais…

Que deviens-tu ?
« Mon contrat avec Vasco Gama s’est achevé en décembre dernier. C’est difficile de trouver un club au Brésil l’année de la Coupe du Monde ; les clubs n’ont pas beaucoup d’argent… Je réfléchis en famille ».

As-tu décidé d’arrêter de jouer ?
« Non. J’ai encore envie de jouer. Disons qu’il y a 10% de chance que je continue. Je suis bien dans mon corps et ma tête. Je m’entraine. Je suis prêt pour faire une dernière saison ; une saison pour le plaisir du foot. Mais je n’ai pas envie de payer pour le faire. Je veux être respecté sans vouloir pour autant un bon contrat. Au Gremio et à Vasco, on me doit trois mois de salaire… Je suis prêt pour jouer ou m’arrêter. Je suis très content de ma carrière. Je ne regrette rien »

As-tu en vie de revenir vivre à Lyon, de travailler à l’OL ?
« Mes deux filles et ma femme veulent revenir à Lyon. Quand j’aurais arrêté, on reviendra vivre ici et ce sera plus facile pour voir ce que je peux faire. J’ai envie de passer mes diplômes d’entraineur en France. Travailler à l’OL ? On verra… ».

Que gardes-tu de tes saisons lyonnaises ?
« Cela a été une très belle histoire avec le club. Je suis aussi très attaché à la ville. Mes deux filles sont nées ici. Cela a été dur de partir en Turquie, puis de retourner au Brésil. Au Brésil,  c’était bien au niveau de la famille, mais pour le foot, cela était différent de ce que j’imaginais. Mon départ de Lyon ? J’aurais bien aimé faire la fête avec les supporters… C’est le foot… Avec le président, tout est réglé. Il n’y a aucun problème ».

Est-ce-que tu suis toujours l’actualité du club ?
« Oui sur internet, à la télé. La saison a mal débutée avec des départs, des blessés, mais après, il y a eu de bons résultats. Les jeunes ont apporté. Il faut garder cette cinquième. C’est bien de jouer la Ligue Europa. Forcément, l’équipe a changé par rapport à celles que j’ai connues… Cela fait bizarre de ne plus voir de brésiliens ».

Quel serait le souvenir de tes saisons lyonnaises que tu mettrais en avant ?
« Mon premier titre de champion et la fête à Gerland avec les supporters. J’étais en slip avec le drapeau vers les Bad Gones. Je me suis lâché. Ce moment était plus fort que quand j’avais été champion au Brésil. Et puis, après avoir échoué au Bayer Leverkusen, je savais que jouais ma dernière carte en revenant en Europe. C’était donc vraiment spécial ».

As-tu imaginé l’instant où tu vas donner le coup d’envoi samedi soir ?
« Cela va me faire bizarre. J’ai une histoire avec ce stade. Cela va me faire plaisir de revoir les supporters, de ressentir l’ambiance. A Gerland, c’était plus fort que lorsque je jouais à Cruzeiro. A l’OL, on avait créé une famille avec les supporters. Je me souviens de la banderole pour la naissance de ma famille, quand on scandait mon nom… »

La Coupe du Monde au Brésil ?
« Elle sera magnifique, même si je pense qu’il y aura des manifestations. Je ne vois pas comment la Selecao ne pourrait pas être en finale. Scolari, il a l’expérience. Il a créé une famille. Il y a un bon groupe. Cela ressemble au groupe de 2002… C’est bien parti… ».

Où seras-tu pendant la Coupe du Monde ?
« Je serais en vacances à Lyon. On va bouger, profiter avec ma femme et mes deux filles… »