masculins / Rangers - OL J-1

Enfer ou paradis ?

Publié le 11 décembre 2007 à 17:12 par R.B

Pas d’autre alternative que de l’emporter pour passer à l’étape suivante. L’OL sait ce qu’il doit faire à Ibrox Park. Si la mission n’est pas impossible, le résultat positif constituerait, à l'extérieur, une grande première dans l’histoire européenne du sextuple champion de France…

Au match aller, la douche avait été véritablement écossaise. Quelle déception ce 2 octobre 2007 ! Mc Culloch, Cousin, Beasley avaient crucifié l’euphorie des supporters olympiens. Mais que cet OL avait été « généreux dans ses offrandes », approximatif dans son jeu, en panne de réalisme dans ses tentatives vers le but adverse. 31 tirs sans débloquer son compteur ! Une claque après celle déjà enregistrée à Barcelone.

48h plus tard, le président Jean-Michel Aulas fera entendre son mécontentement. Depuis, le sextuple champion de France n’a plus perdu dans cette phase de poule, assurant au passage un lot de consolation avec une qualification pour la coupe Uefa. Reste désormais à obtenir un cinquième billet de rang pour les 1/8èmes de finale de la superbe coupe d’Europe. Un challenge à la hauteur de l’espoir retrouvé.

Ces Ecossais des Rangers si brillants pendant la phase aller, 7 points pris (2 victoires et un nul), ont fait ensuite du surplace en s’inclinant à Barcelone et à Stuttgart. « Jamais deux sans trois » dit le fameux dicton… Pourvu qu’il se réalise. En retrouvant leur maison d’Ibrox, The Light Blues savent pouvoir compter sur le soutien indéfectible de leurs supporters. « Face à l’OL, ce sera une belle nuit… ». L’entraîneur Walter Smith a conclu ainsi sa conférence de presse après la défaite au Daimler Gottlieb Stadium. Il sait que son équipe, en terme de résultat, a 2 chances sur trois de se qualifier.

Au coup d’envoi, elle sera déjà dans le bon wagon. Elle pourra attendre et voir, peut-être, pour mieux contrer l’opposant. Un style qui semble convenir à ce groupe. Ne l'oublions pas, au match aller, ce groupe était resté près de son but avec une hauteur d’interception située à 26 mètres ! Et si par bonheur, elle venait à marquer la première, inutile de dire que sa tche serait encore plus en passe de se concrétiser.

[IMG42758#R] L’OL n’a donc pas le choix. Comment jouer ? Comment marquer ce but ou ce but supplémentaire ? Benzema, Ben Arfa, Juninho, Govou, Källström… peuvent tromper Mc Gregor. Les coups francs de Juninho feront bien évidemment partie des armes olympiennes. Au passage, les coups de pied arrêtés dans un sens comme dans l'autre seront importants. La présence tout terrain de Toulalan sera précieuse. Il faudra aussi remplir son contrat collectif dans le registre défensif pour ne pas s’exposer. Y-aura-t-il une bataille aérienne ? De celle qui mine les nerfs des défenseurs, du gardien… Il parait qu’Ibrox Park se transforme souvent en enfer sur la pelouse et dans les tribunes. L'OL a de solides arguments pour trouver les bonnes réponses.

Joli programme pour les partenaires de Vercoutre qui se souviendront, pour certains, avoir chuté 2 à 0 au Celtic Glasgow en 2002-2003. Réveillère, Juninho, Govou étaient titulaires ; Vercoutre sur le banc. Si en première période, l’OL avait répondu présent avec notamment un super Coupet, il a subi et lâché prise en seconde mi-temps sur 2 centres transformés en but de la tête. A ne pas oublier…

Ce genre de quitte ou double fait souvent de belles histoires à vivre, à raconter plus tard. Ce quitte ou double, que chaque supporter lyonnais entend transformer uniquement en double, serait une merveilleuse première à l'extérieur dans l’histoire lyonnaise en Champions League. En route donc pour un futur parmi les grands d’Europe. Le traditionnel terrain de jeu des Olympiens depuis la saison 2003-2004. Alors double… Messieurs. Que la nuit soit belle...
Sur le même thème