masculins / Le Mans 1 - OL 0

Entretien avec Alain Perrin

Publié le 18 février 2008 à 19:20 par R.B

Alain Perrin s’est exprimé ce lundi. Il voulait réagir à ce qu’il avait lu dans la presse. Il a répondu aussi à d’autres questions dont celle soulevée par l’affirmation de Cris…

Alain, quel est cette réaction par rapport aux propos que vous avez lus dans la presse du jour ?
« C’est incroyable. Le président est venu aux vestiaires après la rencontre pour dire ce qu’il pensait. Le lendemain il a ensuite parlé avec le staff technique et médical pour évoquer la situation et mettre tout le monde face à ses responsabilités. Le but étant que tout le monde se serre afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles. Après je vois les titres dans les journaux « Aulas met la pression sur Perrin ». Ce n’est pas la réalité. Nous n’avons eu aucun entretien individuel. Le président avait connaissance de l’équipe que j’allais aligner. Nous avons échangé très librement pendant la semaine et juste avant le match parce qu’il ne pouvait pas assister à la causerie. Je trouve donc cette façon de présenter les choses malsaine ».

Comment expliquez-vous les récents résultats de l’OL, les prestations ?
« A domicile, on a toujours fait ce qu’il fallait. C’est à l’extérieur, où c’est plus difficile. L’équipe est attendue. Cela ressemble à des matchs de coupe pour l’équipe qui reçoit. Mentalement, nous ne sommes pas toujours à la hauteur et nous comptons un peu trop sur le potentiel individuel. Quand on doit faire face en plus à de la fatigue chez certains et à des absences, il faudrait que le collectif puisse compenser les manques de rendement. On subit trop. Collectivement, nous devons prendre conscience de tout ceci ».

Y-a-t-il des problèmes dans le groupe ?
« Il y a plusieurs niveaux, plusieurs types de relations. Dans le staff, on a eu au début des difficultés de communication. Il fallait se rôder. Les choses ont été réglées depuis le mois d’octobre. Au niveau des joueurs, l’ambiance est bonne, mais un peu trop sereine. On ne se dit pas assez les choses notamment sur le terrain, en match. Il faut s’encourager, mais se dire aussi les vérités pour serrer le jeu, pour rester dans l’esprit collectif. Il y a une petite dérive actuellement. Certains ont trop envie de faire ceux qu’ils ont envie de faire. Les leaders jouent leur rôle. J’ai prévu de les rencontrer avec le staff. Il faut qu’ils accentuent leur action. »

Pourquoi ce niveau de performances ?
« Si on refait le fil de la saison, on constate que l’on a fait une belle série de matchs jusqu’à la trêve. La coupure nous a endormis. Depuis janvier, nous avons du mal à retrouver nos vertus combattives. Prenons en conscience. Personne ne nous fera de cadeaux. Le collectif est primordial ; il passe avant les intérêts individuels. Il faut mouiller le maillot, avoir cette volonté de faire des efforts. »

Etes-vous inquiet ?
« Non, car le groupe a été capable de faire certaines choses. Certes, il y a de la fatigue, des absences. Mais l’OL, ce n’est pas 11 joueurs ; c’est un groupe où les remplaçants ont de la qualité. Je sais que le groupe a des ressources. Nous avons donc des moyens de réagir ; nous ne devons pas lâcher. Il n’y a pas d’inquiétude mais de la lucidité ».

Alain, avez-vous la pression ?
« La pression, je ne la découvre pas subitement. Moi je l’ai à chaque match. Je connais la fragilité liée au football. Cette pression, elle est permanente surtout à Lyon. Moi, j’espère simplement avoir la meilleure équipe possible pour relever tous les challenges ».

Pensez-vous avoir fait des erreurs ?
« Chaque match a sa vérité. Il y a des raisons pour prendre telle ou telle décision. Il faut gérer par exemple un effectif ; donner du temps de jeu à tout le monde ; garder tout le monde dans la même dynamique. Persuadons-nous que rien ne sera facile. Je compte sur l’engagement, les vertus de combat de ce groupe ; son talent ne suffira pas. Ma logique ? Je prends les matchs les uns après les autres. Ce match face à Manchester va m’occuper l’esprit 3 à 4 jours. Après je serais dans la rencontre face à Metz. Chaque match a sa vérité, son contenu, ses explications. Et tout ceci peut servir pour le futur ».

Enfin qu’avez-vous pensé des propos de Cris qui a dit qu’il était prêt à jouer face à MU ?
« C’est bien. En 24h, il est passé du doute à la certitude. Ce matche en CFA a été très positif. C’est donc une très bonne nouvelle pour le groupe. On va travailler avec lui et avec le staff pour savoir s’il peut prétendre à une place pour Manchester. Je préfère avoir un joueur dans un tel état d’esprit. Il ne met pas la pression pour autant ».