masculins / Entretien

Entretien avec Jean-Michel Aulas

Publié le 03 juin 2009 à 16:51 par BV

Où en sont vos recherches concernant un sponsor maillot pour la saison prochaine ?
On perd nos deux principaux sponsors maillot, Accor et Renault Trucks, qui arrivait en fin de contrat. Nous avons des discussions mais rien n’a été décidé pour l’instant. Nous sommes en cours d’évaluation. Faut-il éventuellement accepter des sponsors moins valorisants que les précédents, en termes de tarification ? Faut-il au contraire rester ferme ? On reste ferme, on discute. Je pense qu’il y aura d’ici huit à quinze jours de bonnes nouvelles mais pour le moment la décision n’est pas prise. On a même envisagé une opération caritative comme l’a fait Barcelone. On peut montrer que l’Olympique Lyonnais est costaud en allant vers ce type d’image totalement décalée par rapport au sponsoring traditionnel.

Comment voyez-vous le mercato estival de l’OL ?
Je pense que ça va être « soft » au départ car tous les joueurs sont sous contrat ; nous avons fait en sorte d’avoir une équipe totalement sous contrat. Bordeaux et Marseille vont vivre des mercatos un peu plus difficiles, comme nous en avons connus précédemment, parce que le titre a un certain nombre de conséquences en termes de revalorisations, d’imagination pour les joueurs. Claude Puel aura un certain nombre de moyens à sa disposition. Il faudra aussi tenir compte de la crise économique qui a pour conséquence que l’on ne peut pas faire n’importe quoi. Globalement, on aura plus de moyens que les autres pour pouvoir agir. Il faudra aussi que les joueurs qui veulent partir se rendent compte qu’à Lyon on est bien payés, avec des situations favorables et que le fait de partir de Lyon n’est pas aussi aisé que cela.

Quel bilan faîtes-vous de la saison des amateurs ?
Le retour de Georges Prost a manifestement stabilisé les choses, donné de l’ambition, de la profondeur à nos actions. Et puis n’oublions pas la formidable équipe féminine qui a des résultats tout à fait incroyables. C’est une politique d’ensemble, fondée sur l’ambition, sur l’investissement mais aussi sur la confiance que l’on donne aux entraîneurs et aux dirigeants. Paul Piémontaise et Farid Benstiti ont su, avec les moyens que nous leur avons donnés, créer une stabilité. Alors, certes, nous ne disputerons pas la finale du challenge de France mais nous avons gagné le championnat en restant invaincus depuis deux ans, nous sommes allés pour la seconde fois d’affilée en demi-finales de la Coupe d’Europe. L’année prochaine, tout sera fait pour que cette équipe féminine soit championne de France, mais également pour gagner cette Champions League. De nouveaux investissements de haut niveau vont être faits. L’équipe va être consolidée, les entraîneurs confirmés : j’ai bon espoir que l’on arrive sur la plus haute marche d’Europe l’année prochaine.

Qu’avez-vous pensé du soutien des supporters cette saison ?
On a passé ensemble des moments formidables, des moments difficiles également, parce qu’ils ont souffert. Ils se sont bien rendu compte que l’équipe avait plus de difficultés que les autres années, que les blessures notamment entraînaient un certain nombre de problèmes. Mais ils ont également essayé de trouver avec nous des solutions pour encourager, pour motiver les joueurs, pour les sublimer. Et puis il y a eu également un certain nombre d’accrocs avec des groupes minoritaires qui n’ont pas joué le jeu. Il a fallu progresser et grandir ensemble. La soirée de la qualification pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions, du centième but et du départ de Juninho a démontré une passion, un engouement, une maturité de la part des supporters qui montrent que nous avons encore franchi une étape. Dans les années qui viennent, on se souviendra de cette soirée comme le point de départ d’une relation avec les supporters encore plus grandiose et formidable.