masculins / Actualité

Entretien avec Jean-Michel Aulas

Publié le 15 décembre 2010 à 16:32 par SC et DC

Le lancement de la chaîne de la Ligue, la vice-présidence de l’UCPF, le match face à l’OM… Le président Aulas revient sur son actualité et celle de l’OL.

La chaîne CFOOT…
Il s’agit d’un vrai challenge pour la Ligue. Il a fallu obtenir de la part du CSA une fréquence pour émettre une chaîne 100% foot. Elle va traiter des aspects éditoriaux en matière de football, que ce soit la formation, les coulisses du foot, le football féminin mais aussi l’aspect social du sport en matière d’intégration. Et puis aussi un certain nombre de matchs. Des rencontres de championnat en différé, pour les meilleurs, ainsi que deux matchs de Ligue 2, qui avaient été mis en réserve pour diffusion. On parle aussi de la diffusion du championnat de France féminin. Donc c’est un complément à tout ce qui permet au football d’être télévisé aujourd’hui, et le moyen d’avoir une information permanente sur la discipline. Le tout, disponible dans l’ensemble des régions. Nous avons donc présenté avec Frédéric Thiriez et Michel Seydoux le projet devant sept représentants du CSA. Et puis la décision est tombée le lendemain, avec l’acceptation de l’ouverture de fréquence. C’est une grande réussite pour le football français. Il y a deux dimensions, celle pour le football français, et celle pour l’Olympique Lyonnais. C’est pour cela que je me suis impliqué dans ce projet.

La vice-présidence de l’UCPF…
L’UCPF est l’Union des Clubs Professionnels. Je l’avais crée en 1989 il me semble. A l’époque, j’étais novice dans le football, j’étais jeune président et il n’y avait pas de structures professionnelles des clubs. Il y avait la Ligue, qui était un organisme plus familial que maintenant. Aujourd’hui, l’UCPF rassemble les 40 clubs professionnels. J’ai donc joué un certain nombre de rôles dans certains dossiers. Il me paraît aujourd’hui déterminant avec la réforme de la Ligue, de la Fédération, des droits TV avec le lancement de la chaîne, d’apporter la crédibilité des clubs importants, au côté de Jean Louvel (président du Havre et de l’UCPF). On m’a proposé ce poste, et j’ai donc accepté.

La commission du football des clubs de la FIFA…
Demain nous avons le forum des clubs à Abu Dhabi. Je ne sais pas encore si je pourrai m’y rendre, mais normalement je dois représenter l’Europe à ce sommet. Cette commission permet à tous les clubs de pouvoir discuter avec la FIFA de tout ce qui concerne le calendrier des compétitions. En ce moment-même se déroule là-bas la Coupe du Monde des clubs avec l’Inter Milan notamment. Et cette réunion va permettre de discuter des problèmes de planning des clubs, du problème du statut des joueurs et des agents également. C’est donc important d’être présent et de représenter l’Europe dans ces débats.

 Le match face à Marseille…
Il y a du respect entre présidents, de part notre fonction, donc on ne se chambre pas avant la rencontre. Ceci étant, Marseille essaye d’utiliser un certain nombre de grosses ficelles avant les matchs. Il y a eu tout d’abord ce constat sur Auxerre-Marseille, selon lequel l’OM a été maltraité par les arbitres. De manière peut-être à mettre une pression supplémentaire à Mr Turpin qui arbitrera le match dimanche. Ce qui s’est passé à Auxerre est à peu près identique à ce qui s’est passé pour nous en championnat face à Paris, c’était d’ailleurs le même arbitre. Il siffle une faute à l’intérieur de la surface. Comme avait été sanctionné Cissokho, le joueur marseillais prend un rouge. Dans notre cas, nous n’avons rien dit tout en regrettant que cela ait pu nous mettre en difficulté. Là pour l’OM, il y a eu une telle pression, qu’il était normal de mettre un peu le « ola » pour faire en sorte que ce ne soit pas exploité. Après le deuxième sujet de controverse est le cas Diawara. Le joueur a commis une faute qui a été sanctionné par la Commission de Discipline de la Ligue, et par un artifice de procédure administrative, Marseille essaye de faire rejuger la chose par le Comité Olympique (CNOSF), comme on peut le faire de temps en temps. Mais de manière très inéquitable, puisque Marseille ne passe pas par le fédéral, et tente de passer par le CNOSF pour que l’appel soit suspensif. Donc l’OM passe par une voix pas très élégante pour faire jouer Diawara. C’est dommage. Le tout est qu’il n’y ait aucune ambigüité pour que l’on assiste de nouveau à un très beau match.

Sur le même thème