masculins / OL - Ajax

Eric Carrière : « Il faudra être haut, la qualification face à l’Ajax d’Amsterdam se jouera à la bagarre. »

Publié le 09 mai 2017 à 09:00

Milieu de terrain de l'OL pendant trois saisons entre 2001 et 2004, le consultant avisé de Canal + est un témoin privilégié avant cette demi-finale retour de Ligue Europa ce jeudi à 21h05 au Parc OL. Il partage lors de cet entretien son sentiment avant ce match décisif mais aussi son expérience, lui qui était de l’exploit en 2002 contre le FC Bruges.

Dès la fin du match à Amsterdam, le président Jean-Michel Aulas en a appelé au bon souvenir de Bruges lors de la saison 2001-2002. Quelles images gardez-vous de cette double confrontation en coupe de l’UEFA ?
Je me rappelle que l’on était passé complètement à côté du match aller en Belgique. Le but inscrit par Peguy Luyindula nous avait permis de garder tout de même un espoir malgré une défaite 4 buts à 1. A la fin de la rencontre, les Belges avaient quasiment fêté leur qualification avec leurs supporters. Cela nous avait sûrement piqué. Au retour on avait montré un autre visage et on avait pu compter sur le talent de Sonny Anderson.

Son triplé lors du retour à Gerland vous a marqué ?
Pour renverser ce genre de situation, on a toujours besoin des grands joueurs. On l’a vu dernièrement en Ligue des Champions lors du choc entre le Real Madrid et l’Atlético où Ronaldo a fait la différence à lui tout seul. A l’époque, nous pouvions nous appuyer sur Sonnygoal. Il ne fallait pas trembler pour inscrire le 3e but de la qualification dans le temps additionnel (NDLR. L’OL s’était qualifié 3-0 grâce à un triplé du Brésilien dont un but à la 92e minute). Malheureusement, cet exploit n’avait pas servi à grand-chose puisqu’on avait été sorti au tour suivant, en 8e de finale par la modeste équipe du Slovan Liberec. Cette fois, l’exploit serait magnifique car il ouvrirait les portes d’une première finale européenne historique pour le club.


Aviez-vous préparé ce match retour différemment ?
Non, comme d’habitude, en jouant aux cartes… On avait des joueurs d’expériences avec Christophe Delmotte, Pierre Laigle. Des joueurs aussi qui savaient garder leur calme. Vous savez, cela ne sert à rien de jouer le match avant. C’est sur le terrain qu’il faudra aller chercher la qualification. 

Comment l’OL, doit-il aborder cette manche retour selon vous ?
Il ne faudra pas reculer. Il faudra que l'axe central reste haut sur le terrain pour mettre la pression sur cette équipe de l'Ajax. C'est ce que le FC Barcelone a réussi à faire cette saison en Ligue des Champions lors du match retour face au PSG. Ce match, ce n'est pas techniquement qu'ils l'ont gagné mais en allant chercher la qualification au mental. Au-delà du jeu, cette qualification se jouera à la bagarre. Ce serait bien aussi de marquer rapidement. Cela ferait peut-être changer la confiance de camp et permettrait à l’OL de tourner complètement le dos au match aller.

Quelle a été votre analyse du match aller ?
À Amsterdam on a vu les travers de l'OL cette saison, à savoir des difficultés à défendre tous ensemble. Mais ce n'est pas le moment de faire un bilan de la saison. Il faudra le faire plus tard. Pour le moment il faut se concentrer sur cette demi-finale retour. Il faut se dire aussi que l'on a fait des choses bien à l'aller en se créant de nombreuses d'occasions. L’OL aura besoin aussi de son meilleur buteur. J’espère qu’Alex Lacazette sera dans les meilleures dispositions, car, comme Sonny à notre époque, il peut faire basculer cette demi-finale du bon côté.