masculins / Bayonne - OL J-2

Et maintenant la Coupe de France...

Publié le 06 janvier 2007 à 10:03 par R.B

Après 15 jours sans match, les Lyonnais rechaussent les crampons ce dimanche à Bayonne à l’occasion du 1/32ème de finale de la Coupe de France. Une compétition qu’ils n’ont plus remportée depuis 1973…

C’est reparti jusqu’au 26 mai. Et si tout va très, très bien pour l’OL, il reste 34 matchs avant les grandes vacances… Soit quasiment en moyenne 7 rencontres par mois. Un programme démentiel qui débute par un voyage apparemment tranquille au Pays Basque. Affronter un club de CFA en 1/32ème de finale après une petite trêve ne devrait plus poser de problèmes au quintuple champion de France, même si personne n’a oublié l’élimination à ce stade de la compétition le 5 janvier 2003 contre des Pingouins spécialistes de la Coupe. Müller, Coupet, Juninho, Govou s’en souviennent encore !

A l’heure des ambitions de plus en plus élevées, ce genre de dérapage semble aujourd’hui impossible. Attention toutefois aux conditions climatiques et à la qualité d’un terrain labouré la veille par les crampons des rugbymen bayonnais et parisiens. Attention aussi à l’envie du petit avide d’énorme surprise. Ce club basque, certainement plus expérimenté à l’époque de Christian Sarramagna avec les Strzelczac, Sallabery, Santini, Pardeillan, Histiolles, a déjà réalisé des coups historiques, notamment en 2003-2004 en sortant Bordeaux en 1/16èmes de finale avant de tomber contre le PSG. Leader de son groupe après 16 journées, l’Aviron s’appuie sur une solide défense (7 buts encaissés) plus que sur une attaque mitraillette (17 buts). En Coupe, les hommes d’Alain Pochat ont sorti Pau, pensionnaire de Nationale ; pour le reste, ils ont fait respecter la hiérarchie.

Pour cette reprise, Gérard Houllier a 23 joueurs à sa disposition. Cela signifie que Wiltord, Fred et Benzema en ont fini avec leurs ennuis physiques. Les attaquants sont enfin de retour. Et au niveau des autres postes, ils sont tous doublés. Pas facile de faire des choix d’autant que le Mercato pourrait apporter un peu de nouveauté… Avec la répétition des matchs, il y en aura forcément pour tout le monde. Si sur le papier ce voyage aux bords de la Nive et de l’Adour ne présente pas de risques majeurs, pas une voix olympienne ne prétendra que la qualification ait acquise avant d’avoir joué. Ce n’est pas le style de la maison que de manquer de respect à son adversaire. La saison dernière l’OL avait mis à la raison le GF38 (L2) en 1/32ème.

Dans ce genre d’opposition, il est important de faire rapidement la différence pour éviter toute prise de confiance adverse. Et avouons que cela ferait désordre de quitter cette compétition après un tout petit tour, d'autant que cette illustre vieille Dame "refuse" de poser sa silhouette dans la vitrine du club depuis trop longtemps. Cette aventure pleine de promesses commence dimanche à Bayonne... chez le roi Léon.

Sur le même thème