masculins / Communiqué du club

Et non, Claude PUEL n’est pas sous surveillance

Publié le 03 avril 2009 à 13:20

N’en déplaise à L’Equipe, l’Olympique Lyonnais a mis l’été dernier en place une politique organisationnelle et sportive ambitieuse qu’il ne regrette absolument pas. Bien au contraire.

« PUEL sous surveillance » n’est donc qu’une affirmation gratuite, publiée par le quotidien sportif ce matin, sans même demander l’avis des principaux responsables du club pourtant susceptibles d’apporter leur éclairage sur des orientations aussi stratégiques, que ce soit Jean-Michel AULAS, le directeur général Thierry SAUVAGE ou Olivier BLANC, Directeur de la Communication disponible à tout moment pour répondre aux questions des journalistes qui ne s’en privent généralement pas, ce qui est bien normal.

La réalité qui échappe à L’Equipe est pourtant là.

Fort des expériences passées, d’une décennie particulièrement faste avec la conquête de 15 titres, d’une volonté déclarée de Jean-Michel AULAS de « vouloir prendre du recul », et d’un positionnement affirmé du Conseil d’Administration d’établir une nouvelle politique sur du long terme, le club a fait, l’été dernier, le choix de confier la responsabilité de l’intégralité du secteur sportif à Claude PUEL, pour une durée longue et minimale de 4 ans, impliquant stabilité et ambition.

Pour la 1ère fois dans l’histoire du club, un entraîneur général a la responsabilité totale de l’ensemble du secteur sportif. Le groupe professionnel, la formation dirigée par Georges PROST et la cellule de recrutement (pour les jeunes comme pour les professionnels) confiée à Rémi GARDE, sont ainsi directement placés sous la responsabilité de Claude PUEL.

Compte tenu du départ d’Alain PERRIN et de l’arrivée tardive de Claude PUEL, l’essentiel du recrutement de l’été 2008 a certes été piloté par Bernard LACOMBE, en binôme avec Jean-Michel AULAS, (Marino FACCIOLI et Rémi GARDE assurant l’opérationnel), mais le recrutement futur est placé sous sa responsabilité, conformément aux orientations prises. L’objectif sera notamment d’obtenir une optimisation maximale des transferts compte tenu des sommes investies (plus de 100 Millions € ces deux dernières saisons); il faut reconnaître que les arrivées de FRED (parti cet hiver sans indemnité), et de Cléber ANDERSON (prêté à Sao Paulo puis à Cruzeiro) représentent des investissements importants qui n’ont pas été rentabilisés.

L’O.L. déplore les conséquences de cet article publié à la veille d’une journée de championnat et dans la dernière ligne droite d’une compétition très ouverte dans laquelle L’Equipe pense peut-être avoir un rôle à jouer pour augmenter sa diffusion.

La véritable actualité, bien réelle celle-là, est la situation économique et financière à laquelle tous les clubs de football doivent faire face (compliquée encore par les décisions juridiques concernant Orange) et qui, elle, va rendre encore plus délicat le recrutement de la prochaine saison. L’O.L. s’est efforcé de réagir par anticipation à ce contexte international, en procédant dès cette semaine à une très importante augmentation de capital de la S.A.S.P. de 55 millions € entièrement souscrite par OL Groupe le 31 mars.

Le Conseil d’Administration de l’O.L., conscient des enjeux stratégiques pour le club dans un contexte de concurrence exacerbée et d’un environnement parfois contraire, confirme sa satisfaction du choix opéré en début de saison avec l’arrivée de Claude PUEL qui a déjà beaucoup apporté au club et alors que les circonstances l’ont amené à composer avec un nombre incroyable de blessures, très supérieur à la moyenne des clubs français, et même européen selon les statistiques de l’U.E.F.A.

Fort de ces constats, le Conseil d’Administration entend demander prochainement à Claude PUEL de participer comme Thierry SAUVAGE dans le domaine de la gestion, à ses prochaines réunions pour rendre encore plus homogènes les prises de décision entre le domaine économique et financier, et le domaine sportif.