masculins / Communiqué du Club

Et pourtant, c'est le blessé qui est lyonnais !

Publié le 20 avril 2008 à 17:31

C'est sûrement accrocheur de mettre en exergue les propos d'un entraîneur fustigeant l'arbitrage mais n'aurait-il pas été bon de mettre en vis à vis ne serait-ce que le 1er véritable fait du match d'hier à Strasbourg, le tacle de Ducrocq sur Benzema ? Ce tacle sur le genou de l'international lyonnais a été sanctionné d'un coup franc mais pas d'avertissement pour le Strasbourgeois quand Benzema, blessé, doit quitter le terrain après seulement 30' de jeu. Logique puisque l'arbitre était "lyonnais" dira plus tard le Président strasbourgeois...

En prenant l'option de passer cette agression sous silence, L'Equipe oriente indirectement ses lecteurs vers un bien-fondé des déclarations de Philippe GINESTET.

Ce choix se rapproche de la mode qui touche actuellement le football français, l'opposition entre "petits" et "gros" qui exacerbe les passions.

Certes, la jalousie fait partie intégrante du patrimoine français mais ce n'est pas ainsi que notre football aura une chance de se rapprocher de ses concurrents européens.

La position actuelle de l'Olympique Lyonnais repose sur le seul travail effectué par tout un club depuis plus de 20 ans.

Le reste n'est qu'insinuations mesquines.
A l'heure où un ministre demande une étude sur la compétitivité du football français, rappelons que la politique de l'O.L. devrait lui permettre de franchir un nouveau palier européen en intégrant le top 8 de l'indice U.E.F.A au 30 juin prochain.

Une performance pour un club encore dans l'ex D2 il y a 19 ans, qui devrait être source de motivation pour tout le football français et qui est certainement plus exemplaire que les propos de l'entraineur strasbourgeois sur Fabio GROSSO, "On ne peut pas dire que l'Italie a renié ses gènes ou sa race" !