feminines / Montpellier - OL Féminin

« Être à notre meilleur niveau »

Publié le 16 avril 2015 à 12:16 par R.B

J-2. Camille est désormais une des cadres de l’effectif lyonnais… Elle va disputer une nouvelle finale de Coupe de France… Tour d’horizon avec la bretonne à l’impressionnant palmarès…

Ses chiffres donnent le vertige. 564 matches disputés, 238 buts, 10 titres de Champion de France, 5 Coupes de France, 2 Ligue des Champions, un titre lors de son séjour  aux USA… Elle a débuté au plus haut niveau à 15 ans et elle vient de prolonger son contrat avec l’OL de deux saisons. Camille est incontournable à l’OL comme en Equipe de France. Elle est une des meilleures mondiales à son poste. Mais elle sait que la réussite passe toujours et encore par le travail, l’exigence…



Camille, que signifierait une victoire face au MHSC ?
« On finirait notre saison sur une note positive en gardant notre suprématie nationale. Après, il restera un petit goût d’inachevé par rapport à notre élimination en Ligue des Champions. Et cela, on le ressentira encore plus en regardant les ½ finales. On avait vraiment l’équipe pour aller plus loin. Mais, c’est le foot… »

L’OL n’est-il pas super favori face à cette équipe héraultaise ?
« Oui, mais cela peut être dangereux. On a  gagné les deux matches de championnat… Mais tout peut arriver. Une finale, c’est toujours différent. Il faut que l’on soit forte. On ne peut pas se permettre de ne pas être à notre meilleur niveau. Cette équipe de Montpellier a des joueuses de qualité entre les internationales française, étrangères et ses jeunes à l’image de Lavorez. C’est une équipe avec un gros potentiel mais qui a déçu en championnat. Elle devrait être plus proche de Juvisy (3ème). Et là, elles sont 5ème derrière Guingamp. Elle joue sa saison sur cette finale ».

Tu as déjà remporté une finale avec le MHSC face à l’OL et une avec l’OL contre ce MHSC. Quels souvenirs en as-tu ?
« Pour la première, c’est un bon souvenir. J’allais venir à l’OL et c’était mon dernier match avec Montpellier. Je voulais montrer que l’OL ne s’était pas trompé en me faisant signer. Quand à cette finale avec l’OL, cela avait été difficile. La finale avait lieu à Bourges ; il faisait très chaud. C’était le premier match d’une série de trois avant la finale de la Ligue des Champions et le match de championnat face au PSG pour le titre. Ce succès nous avait mis dans une spirale positive ».



Sais-tu que tu n’as jamais marqué dans une finale de Coupe de France ?
«Tiens, c’est vrai. C’est important de marquer dans un match important ou si tu peux aider ton équipe. Après, marquer, ce n’est mon rôle principal. Et puis cela dépend de ton positionnement sur le terrain. Cela n’empêche pas de dire que j’aime bien marquer mais je suis aussi heureuse de faire une passe décisive ».  

Comment juges-tu ta saison ?
« J’ai eu des problèmes physiques avec cette blessure au genou qui m’a empêché de jouer face au PSG en Ligue des Champions. Une grosse déception qui a généré de la frustration. Lors de la seconde partie de saison, j’ai eu plus de jus. Je me sens bien. Avec l’âge je ne pense pas avoir perdu mes qualités. J’ai progressé en expérience et j’apprends tous les jours au contact de Gérard (Prêcheur). Après, je mets plus de temps pour récupérer. Aussi je fais plus attention… Mon rôle ? Je me suis toujours investi sur et en dehors du terrain. Et puis, je suis désormais une des trois plus « vieilles » du groupe. J’ai donc un rôle important auprès des jeunes. Je dois être sereine et montrer l’exemple ».


"En fait je déteste perdre. Que ce soit à l’entrainement quand on fait une opposition contre les jeunes ou en matches. Je veux toujours être parmi les meilleures mais je n’en ai pas conscience"


Ton appétit de victoire est intact ?
« En fait je déteste perdre. Que ce soit à l’entrainement quand on fait une opposition contre les jeunes ou en matches. Je veux toujours être parmi les meilleures mais je n’en ai pas conscience surtout quand je vois certaines filles faire des trucs. Oui, il y a de superbes joueuses ailleurs. Cela me pousse à bosser. Je suis très exigeante avec moi, avec les autres, tout en faisant la part des choses. J’essaie d’être le plus juste possible. Je peux râler, mais aussi féliciter. J’aime la notion de justice. J’apprécie aussi cette récompense liée au travail fourni, bien fait ».



Est-ce-que le football féminin a beaucoup changé depuis tes débuts ?
« Oui. Moi, à 15 ans, j’étais déjà titulaire et parmi les meilleures de l’équipe. Aujourd’hui, c’est impossible. Le niveau est plus élevé, plus resserré. Après en ce qui concerne les deux locomotives en France, le PSG et l’OL, elles sont encore plus fortes que les autres clubs et il y a toujours un fossé ».

Enfin, la Coupe du Monde est-elle déjà dans ta tête ?
« En février lors du rassemblement de l’équipe France, comme on nous a présenté des choses, j’y ai pensée. Mais sincèrement, je me focalise pour l’instant sur les objectifs du club. C’est encore loin (presque 2 mois avant le premier match le 9 juin face à l’Angleterre). Je n’ai pas changé d’attitude, de comportement par crainte de blessure ».


La finale de l'édition 2014-2015 entre Montpellier et OL Féminin se disputera au Stade de l'Epopée, à Calais, ce samedi 18 avril. A suivre en direct à partir de 21h sur France TV et Eurosport.
Sur le même thème