masculins / OL - Nice J-2

"Etre réalistes dans les deux surfaces"

Publié le 12 novembre 2010 à 14:54

Hugo Lloris s'est exprimé ce matin devant la presse. Il a évoqué le match de dimanche face à Nice, les coups de pied arrêtés ainsi que les primes des joueurs de l'équipe de France.

Que ressentez-vous au moment de retrouver Nice, votre club formateur ?
C’est toujours plaisant de retrouver son ancien club, même s’il faut mettre les sentiments de coté. C’est un match important pour l’OL, un match avec trois points à la clé, trois points qui sont très importants pour la suite du championnat. Cette équipe de Nice a fait des matches très solides à l’extérieur, que ce soit à Lille ou à Paris. Les Niçois ont suffisamment d’atouts pour nous contrer. Ce sera un match à aborder avec beaucoup de concentration et de rigueur. On se devra de faire un match plein et se montrer réalistes dans les deux surfaces. On espère réaliser un match plein dimanche, ce serait bon pour la confiance et pour la suite du championnat. On a eu une bonne semaine de travail durant laquelle on a pu se reposer et replonger dans le travail. Il n’y a pas de secret, il faut en passer par là.

Comment expliquez-vous les difficultés de l’OL sur coups de pied arrêtés ?
Les coups de pied arrêtés, c’est simple : c’est beaucoup de concentration et de rigueur. On en a manqué ces derniers temps. On en a conscience, c’est important. Lorsque l’on joue tous les trois jours, on n’a pas trop le temps de travailler cela. On sort d’une semaine de travail durant laquelle on a pu aller à l’essentiel. Il faut maintenant le démontrer sur le terrain. Mais il ne faut pas oublier que l’on a le meilleur bilan de toutes les équipes sur le dernier mois. On a redressé la barre, il faut continuer sur cette lancée pour arriver à la trêve avec un nombre de points suffisamment important pour pouvoir prétendre à nos objectifs.

On parle beaucoup actuellement des primes dues aux joueurs de l’équipe de France après le mondial. Quelle est votre position ?
Il y a eu un malentendu. C’est dommage parce que l’on n’a pas besoin de cela en ce moment. La situation est assez claire : au regard de la Coupe du monde que l’on a faite, en aucun cas on ne mérite quoi que ce soit au niveau des primes. Ce serait intéressant de reverser ces primes à des associations caritatives. Que ce soit par nous ou par la fédé, ce n’est pas le plus important. Mais on n’a pas changé d’avis. On nous a proposé un papier dans lequel on nous demandait de refuser les primes pour la saison 2009-2010, or dans notre esprit, c’était surtout celles de la Coupe du Monde. Tout le monde est du même avis. Maintenant, il faut éviter les polémiques. Le plus important, c’est le terrain et le match contre l’Angleterre.