masculins / Presse étrangère

Europe, dernier appel

Publié le 10 décembre 2008 à 10:56 par RD

Le train européen s’arrête ce soir à Gerland. Une halte pour déterminer qui de Lyon ou du Bayern montera dans le wagon 1ere classe. Direction les huitièmes de finale, en février prochain. Revue de presse étrangère.

Le site Internet du Bayern prévient en une : « Le Bayern veut mettre les gaz à Lyon ». L’article débute par un point sur les conditions atmosphériques hivernales qui sévissent sur la ville ces jours-ci. « Lyon reçoit le Bayern sous la pluie. Le temps s’est adapté aux tristes souvenirs que le Bayern garde de la Ville Lumière ». Mais Karl-Heinz Rummenigge, le Président du Bayern, en est convaincu : « Nous ne perdrons plus 3-0 », en référence à la « déculottée » de mars 2001.
Le Süddeutschezeitung compare la rencontre de ce soir à un match de gala en faisant référence à la soirée de Noël à laquelle ont participé les joueurs du Bayern, lundi soir, dans un cirque bavarois, à titre caritatif : « Le dompteur Klinsmann veut la première place du groupe. Ribéry & Co. se sont défoulés dans l’arène, il s’agit ce soir de la Champion’s League mais sans le magicien Zé Roberto et le dompteur Lucio, en défense". Le quotidien allemand fait remarquer que les Munichois sont actuellement « en confiance ». En revanche, le journaliste ne manque pas de souligner que « cela s’annonce moins bien parti pour l’OL, après 3 matches sans victoire en Ligue 1 et de nombreux blessés et suspendus, comme c’est le cas de Cris, le chef de la défense, et de Juninho, l’expert des coups-francs ». Dans les colonnes du journal, le manager général bavarois, Uli Hoeneß, insiste sur l’unique point commun entre les deux clubs : «Nous sommes les deux derniers Mohawks dans cette Ligue des Champions à rester parmi les grands d’Espagne, d’Italie et d’Angleterre ».

Le journal Kicker met l’accent sur les problèmes rencontrés en défense centrale par les deux équipes. Côté Bayern, « Klinsmann n’a plus le choix : en l’absence de Lucio, Demichelis et Van Buyten joueront certainement côte à côte. Côté lyonnais, la défense centrale est aussi en proie aux difficultés avec la condition physique incertaine du Ghanéen Mensah ».
Le mot de la fin revenant au milieu de terrain bavarois, Bastian Schweinsteiger. Il y a 7 ans, après la déroute du Bayern à Gerland (défaite 0-3 en mars 2001), Franz Beckenbauer, aujourd'hui président du Conseil de Surveillance du Bayern, avait qualifié la prestation de son équipe ce soir là de « football de vétérans ». Schweini a donc ironisé sur l’absence du Kaiser ce soir à Gerland : « Cette fois, Franz Beckenbauer ne sera pas là. On n’a pas à avoir peur ».

Chez nos voisins italiens, les journaux s’attardent logiquement sur l’autre rencontre du Groupe F entre le Steaua Bucarest et la Fiorentina. La Gazzetta dello Sport espère que « la fin de l’aventure en Ligue des Champions pourrait marquer le début d’une nouvelle expérience en Coupe de l’UEFA » pour la Fiorentina. La saison passée, les Toscans avaient atteint les demi-finales, défaits « à un pas de la finale » par les Glasgow Rangers aux tirs aux but. La presse italienne parle également beaucoup du retour de Mutu dans son pays natal. "L'Europe de la Fiorentina passe par la maison de Mutu", titre la Gazzetta. Mutu est un ancien joueur du Dinamo Bucarest, rival éternel du Steaua, "principal motif pour lequel il y a fort à parier que l'attaquant roumain sera sifflé ce soir".