feminines / Zorkiy - OL féminin

Eviter le piège

Publié le 31 octobre 2012 à 07:00 par OT

L'OL féminin défie le club russe de Zorkiy, ce mercredi à 15h00, en 1/8 de finale aller de la Ligue des Champions.

La Russie est devenue une destination fréquente pour l'OL féminin en Coupe d'Europe. Lors de leur premier sacre en 2011, les Lyonnaises étaient venues à bout de Rossiyanka (6-1, 5-0) puis de Zvezda (0-0, 1-0) en 1/8 et 1/4 de finale, avec plus ou moins de difficulté. Les doubles Championnes d'Europe s'apprêtent aujourd'hui à défier une autre puissance du football féminin russe.

Zorkiy, club de le ville de Krasnogorsk, est une nouveauté dans le paysage européen. Créé en 2006 avec la vocation de faire de la formation, le club de la banlieue ouest de Moscou a bouclé sa première saison dans l'élite à la deuxième place du championnat russe, et donc gagné le droit de disputer la Ligue des Champions. Et malgré son inexpérience, le vainqueur des Islandaises de Stjarnan lors du tour précédent (0-0, 3-1) est respecté par le staff lyonnais qui l'a étudié avec soin.

D'abord parce qu'il compte dans son effectif des anciennes pensionnaires de Zvezda (Leyva, Dyatel, Ruiz) et Rossiyanka (Morozova). Ensuite, parce qu'il a récemment battu le champion et leader du championnat russe Rossiyanka (1-0), avec un certain panache. Zorkiy évolue comme l'OL féminin en 4-3-3, se projette rapidement vers l'avant, avec beaucoup de qualité individuelle sur les postes offensifs, de la meneuse de jeu espagnole Maria Ruiz à l'attaquante russe Elena Morozova, en passant par l'ailière italienne Pamela Conti.

L'idée serait donc dans un premier temps de bien défendre et de ne pas encaisser de but avant le match retour à Gerland mercredi prochain. D'autant plus que les conditions de jeu entrevues hier soir lors du dernier entraînement ne permettront sans doute pas de produire un jeu de grande qualité. Ensuite, les Lyonnaises ont les atouts pour marquer.

Et même si la dernière sortie des joueuses de Patrice Lair contre Guingamp (3-0) n'a pas convaincu, l'entraîneur lyonnais s'était permis de se priver au coup d'envoi de Franco, Necib, Le Sommer et Schelin, quand Thomis n'était pas encore opérationnelle. Et puis ces rendez-vous européens à l'issue plus incertaine ont souvent pour effet de sublimer ces Lyonnaises, bien décidées à conserver leur trophée cette saison.

Sur le même thème