masculins / OL 1 - Lorient 0

Fabio Santos, première !

Publié le 10 février 2007 à 23:30 par SR

Arrivé au club le 29 janvier dernier afin de renforcer le milieu de terrain lyonnais en délicatesse ces derniers temps, Fabio Santos faisait connaissance avec Gerland 2 semaines après son arrivé dans l’hexagone.

Les pépins physiques d’Alou Diarra et les cartons à répétition de Jérémy Toulalan ont fait venir ce milieu défensif brésilien entre Rhône et Saône afin que Gérard Houllier puisse composer dans les meilleures conditions possibles. Le mercato hivernal a donc été plutôt prolifique pour des Olympiens prudents et prévoyants.

Déniché par Bernard Lacombe et Marcelo en provenance de Cruzeiro afin d’apporter sa technique et sa puissance, le natif de « Campina Grande » mettait immédiatement son potentiel physique au service de l’équipe. Sa double opération musclée dès la première minute de jeu faisait montre de sa robustesse.
Une tête hors-cadre sur un coup franc indirect de Juninho et un service en retrait pour Fred (18’) faisaient office de participation offensive pour ce ratisseur de métier à la demi-heure de jeu. Situé entre Claudio Caçapa et Juninho dans une ligne 100% brésilienne complétée par Fred en attaque, le numéro 26 épargnait les siens d’un retour au score lorientais en repoussant le cuir devant Coupet sur un corner de Le Pen.
Appliqué afin d’être aussi propre que possible dans ses relances sur un terrain difficilement praticable, Fabio Santos accumulait confiance et complicité avec ses partenaires au fil du match.
En restant simple dans son jeu, il sauvait à nouveau les siens sur une frappe de Taider avant de provoquer Morel en partant en contre, lequel écopait d’un carton jaune pour un accrochage irrégulier (83’).

Après avoir porté les couleurs de Santo André (99-00), Rio Branco (2001), Sao Caetano (02-04), Nacional Funchal (POR-04) et Cruzeiro, le « rouge et bleu » de l’Olympique Lyonnais constituant sa deuxième expérience européenne lui allait comme un gant.
« Invaincu en L1 » ironisait le président Jean-Michel Aulas en fin de rencontre... pourvu que cela dure.
Sur le même thème