masculins / OL - Juventus

Faire honneur au géant blanc et noir…

Publié le 03 avril 2014 à 14:00 par R.B

Le sort n’a pas été clément avec l’OL… Dans une période délicate, le septuple champion de France affronte un des grands d’Europe qui entend bien jouer la finale chez lui en mai prochain… Une première manche certainement décisive…

 Après des qualifications en souffrant face au Chornomorets Odessa et le Viktoria Plzen, l’OL change de registre à l’occasion de son premier quart de finale de Ligue Europa. Même boutée  à la surprise générale hors de la Ligue des Champions, 3ème de sa poule, la Juventus reste une grosse pointure européenne. La liste de ses joueurs renvoie au gotha du football mondial avec notamment quelques champions du monde et d’autres  joueurs du même niveau… Son palmarès, son Histoire au monde restreint des très grandes maisons… Cette Vieille Dame est unique. Elle mérite encore et toujours le plus grand respect. N’a-t-elle pas remporté les deux derniers titres de champion tout en s’apprêtant à faire la passe de trois ?

L’OL ne sera pas favori. Alors autant jouer pour ne pas avoir de regrets. Certes la période n’est pas spécialement favorable. Une défaite dans le derby… un calendrier infernal… une tripotée d’absents… cela fait beaucoup d’autant que rien n’est encore assuré en championnat pour une place européenne. Mais l’OL ne peut galvauder un rendez-vous d’un tel prestige.

Cette première manche, c’est l’occasion, pourquoi pas, de faire douter les Bianconeri qui viennent de perdre à Naples, qui seront privés de Vidal (suspendu), Barzagli… et semblent moins saignant. Mais avec l’immense Buffon dans la cage… sa défense à trois… Pirlo à la manœuvre au milieu secondé par Pogba… Tevez, Llorente, Osvaldo et consorts devant… Antonio Conte n’a pas franchement de soucis pour constituer son équipe même si ses solutions de rechange en défense sont quasi inexistantes. S’il n’est pas mathématiquement assuré de conserver son titre de champion après cette défaite à Naples, il semble cependant très bien parti ce qui pourrait libérer un peu plus sa troupe dans cette compétition européenne dont la finale se jouera à domicile le 14 mai prochain. Après avoir éliminé Trabzonspor et la Fiorentina, il n’imagine certainement pas une sortie de route.

  L’OL, fragilisé, fatigué, handicapé a déjà montré son orgueil, ses capacités de dépassement de soi. A lui de gérer l’envie, la crainte, les risques pour exister dans ces 90 minutes du match aller et de se donner des espoirs pour le retour à Turin. En sachant que personne n’en voudra aux coéquipiers de Maxime Gonalons si l’aventure s’arrêtait à ce stade de la compétition. Rémi Garde, toujours privé de nombreux caciques, va-t-il apporté quelques modifications à son équipe de départ par rapport à celle qui a commencé face aux Verts ? Va-t-il modifier son systéme de jeu? A priori sans retours de l’infirmerie (Umtiti?), les alternatives de l’entraineur olympien se nomment, mis à part Danic, la jeunesse…

Cette rencontre à priori déséquilibrée va rappeler les grands moments européens de l’OL. Les arguments ne sont plus les mêmes, les conditions du moment pas très favorables… soit. Mais en football, tout est souvent possible. Les Lyonnais le savent. Ils savent aussi quels sont les paramètres à respecter pour bien aborder un match retour… dans l’antre d’une légende bien vivante.


Sur le même thème