masculins / OM - OL J-1

Marseille, Lyon : même combat ?

Publié le 27 novembre 2012 à 19:30 par TB

OM-OL, souvent ennemis, parfois rivaux, les deux clubs cultivent pourtant une certaine ressemblance cette saison. Décryptage.

LA CHANCE AUX JEUNES

Même si Lyon et Marseille n’ont pas les moyens financiers illimités dont dispose le Paris-Saint-Germain, ils ont su s’adapter au contexte économique. Baup, Garde ; deux hommes, deux méthodes et des faits semblables. L’un a su puiser dans l’un des meilleurs centres de formation de France, celui de Tola Vologe, réputé pour avoir fait éclore par le passé Karim Benzema, Loïc Rémy, Hatem Ben Arfa ou encore Ludovic Giuly. Leurs successeurs se nomment Benzia, Ghezzal, Ferri, Pléa, N’Jie… Une ribambelle de jeunes pousses utilisées à dose homéopathique par le technicien lyonnais. A la Commanderie, il faudra être patient avant de former de jeunes talents aussi performants. Vincent Labrune, le président olympien l’a avoué lui-même sur RMC : « L’OM est un club centenaire, mais son centre de formation est notre préoccupation véritable depuis neuf mois ». Ce qui n’empêche pas Elie Baup de faire confiance à la jeunesse : Abdullah (18 ans), Mendes (22), Omrani (19), Mango (20)…



UN PARCOURS

Une alchimie « jeunes-anciens » payante, en témoigne les résultats positifs depuis le début de la saison. Les clubs olympiens trustent le haut de l’affiche en championnat, vivotant l’un et l’autre entre la 1ère et la 4ème place du classement. Trajectoire identique même lors de la 7e journée où l’OL subit sa première défaite face à Bordeaux (0-2)… pendant que l’OM s’incline à Valenciennes (4-1). Il n’y a finalement qu’en Europa League où le destin sépare les deux clubs puisque Lyon s’est qualifié, à l’inverse de Marseille. Mais on ne peut négliger cette ambivalence dont le portier phocéen, Steve Mandanda, parlait en point presse : « Il y a beaucoup de similitudes entre Lyon et Marseille, eux comme nous, ont perdu quelques joueurs importants, mais avec un bon mélange entre les joueurs d'expérience et les plus jeunes, ils ont réussi à bien débuter la saison. Cela reste une grosse équipe, avec laquelle on pourrait être à la lutte pour les places dans le haut du tableau à la fin de la saison ». D’ici là, Phocéens et Gones auront un premier round d’observation au Vélodrome.



DES ATTAQUANTS BLESSES

A l’issue de ce fameux « Olympico », baptisé par Canal+, l’un comme l’autre camp peut frapper un grand coup sur la Ligue 1 et en prendre la tête. Toutefois l’OM et l’OL auront le point commun d’être diminués offensivement. André-Pierre Gignac, meilleur buteur olympien avec 5 buts, ne sera pas de retour sur le bord de la Canebière avant janvier, quand Loïc Rémy est incertain et gêné par des pépins physiques depuis six mois. Baup s’appuiera sans doute une nouvelle fois sur les frères Ayew. A Lyon, l’infirmerie est bien remplie : Lovren, Briand et Lisandro seront absents. Bastos prendra part au déplacement, mais son entrée en jeu reste hypothétique. Quoiqu’il en soit, cette affiche est souvent le fruit de belles joutes et de buts… à l’image du 5-5 offert au cœur du mois de novembre 2009.

Sur le même thème