masculins / Derby

Félicitations en premier lieu…

Publié le 13 février 2011 à 10:45 par R.B

En remportant son 31ème derby, l’OL a montré qu’il était bien vivant… Il a montré aussi, une nouvelle fois, ses deux visages… sous les yeux de l’entraineur du Real Madrid…

En sortant du stade Geoffroy Guichard, une discussion sympa et rapide avec le gardien des Verts Jérémy Janot pourrait servir de conclusion aux 90 minutes de ce 101ème derby. « Bravo à l’OL. L’OL était le plus fort… ». Et d’ajouter : « j’ai trouvé cette équipe faible dans ces temps faibles et particulièrement forte dans ses temps forts… Bon, je n’ai pas encore gagné de derby dans mon stade, mais au moins cette saison, je ne suis pas fanny… ».

Oui, félicitations à ce groupe olympien qui a su revenir dans la rencontre après 20 premières minutes catastrophiques où l’on a vu une fois encore tout ce que l’on aime pas dans l’expression de ce collectif : manque d’attention, faute de marquage… autres approximations punis heureusement par le seul but  de Bocanegra. L’OL s’est donc mis en danger avant de resserrer les boulons : changement de positionnement en milieu de terrain, changement d’attitudes… changement de joueurs. Et un effroyable réalisme avec cette égalisation sur la première frappe du match.

  L’OL a été hyper réaliste avec par deux fois au départ des corners frappés par Gourcuff. L’OL a inscrit 4 buts en 9 tentatives, à croire que ce réalisme faisait un signe à celui absent du match aller ! L’OL a puni les égarements stéphanois, fautifs sur les 4 buts,  en maitrisant au fil des minutes la rencontre. L’OL a su se reprendre dos au mur. Cela montre le caractère de cette troupe que l’on souhaiterait plus dans l’action continue que de la réaction. Vaste sujet, déjà maintes fois abordé. Comme celui de l’importance de l’immense Hugo Lloris, des progrès de Bafé Gomis… du mieux chez Gourcuff… du silence du buteur Lisandro, aphone lors des 7 derniers matchs, soit en temps de jeu 571 minutes sans but. Cet OL a été finalement comme le voit depuis plusieurs mois : fort et faible ; rassurant et inquiétant ; prévisible et surprenant. On a vu aussi les choix constants de Claude Puel depuis plusieurs semaines. Ces choix qui laissent Pjanic, Gonalons ou encore Briand sur le banc. Saluons au passage le but de « Jimbo », qui devrait lui redonner confiance.

  L’OL avait besoin de ces trois points au-delà de ce succès dans le derby avec la plus grande différence de son histoire à Geoffroy Guichard (9ème victoire de son histoire ; la 7ème sous l’ère du président Jean-Michel Aulas). Ces trois points « replace » en effet mentalement le septuple champion de France dans la course au titre. Et si le LOSC et Rennes venaient à laisser des plumes ce dimanche dans leur match, les Lyonnais feraient une belle, voir très belle, opération comptable. Ce championnat n’est pas encore plié, même si les Lillois ont pour l’instant leur destin en mains.

Le 101ème derby a vécu. Chaque camp gardera cette saison une part du gâteau. Il y a eu la conclusion de Jérémy Janot. Il aurait été intéressant, à chaud, d’avoir celle de José Mourinho, l’entraineur du Real Madrid. Attentons les deux confrontations à venir...

Sur le même thème