masculins / OL - Rennes 1-2

Fin de série à Gerland

Publié le 18 novembre 2011 à 21:58

Les Lyonnais se sont fait surprendre par des Rennais parfaitement organisés. L'OL chute après plus d'un an d'invincibilité en L1 à Gerland.

Après une trêve internationale de deux semaines, l’OL reprenait du service pour la 14e journée de Ligue 1.

Après dix minutes plutôt tranquilles, le match s’emballa brusquement. Servi par Cissokho, Alex Laczette dévissa sa reprise au cœur de la surface rennaise. Sur la contre-attaque, Montano trouva le poteau d’Hugo Lloris sur sa tête piquée puis Féret fut contré in extremis alors qu’il était idéalement placé (12e). Les joueurs de Rémi Garde réalisèrent un magnifique mouvement conclu par un centre de Jimmy Briand vers Gomis mais Costil repoussa à bout portant. Sur le corner qui suivi, la tête de Gomis était sauvé sur la ligne (20e). Les gones montaient en régime au fil des minutes. Le jeu olympien était bien huilé. A plusieurs reprises, il ne manqua pas grand-chose pour Yoann Gourcuff et ses coéquipiers ne trouvent la faille. C’est à la suite d’un corner que l’OL trouva l’ouverture du score. Un tir de Kim Källström fut dévié par Ederson au fond des filets de Costil (36e). La joie olympienne fut de courte durée puisque trois minutes plus tars Pitroipa, après un une-deux avec Féret, résista à Bako Koné dans la surface et trompa Lloris à bout portant. Anthony Réveillère fut tout proche de redonner l’avantage aux siens sur une splendide demi-volée lointaine mais le cadre se déroba pour quelques millimètres (40e).

En début de seconde période, ce même Anthony Réveillère, injustement signalé hors-jeu, fut privé d’un but valable (49e). Quelques minutes plus tard un ballon perdu au milieu de terrain profita à M’Vila. Celui-ci décala  Kembo-Ekoko qui ouvrit victorieusement son pied face à Hugo Lloris. Dos au mur, Rémi Garde décida de lancer Lisandro et Bastos pour remplacer Ederson et Bastos. Les Bretons ne furent pas loin de mettre l’OL KO mais Féret manqua l’immanquable à sept mètres du but (64e). Le pressing rennais gênait considérablement les Olympiens. Malgré plusieurs tentatives les gones ne parvenaient pas à mettre en défaut l’arrière-garde bretonne. Michel Bastos expédia un coup franc dans les nuages à quelques minutes de la fin mais aucun miracle ne vint sauver les Lyonnais par la suite.

La feuille de match !

Sur le même thème