masculins / Nice - OL J-2

Florent Malouda : "Tous ont envie de nous voir tomber"

Publié le 24 août 2006 à 13:34 par BV

Florent Malouda nous parle du déplacement de l'OL à Nice samedi. Conscient de la difficulté de cette rencontre, il rappelle que tous ont désormais envie de faire tomber le club rhodanien. Il évoque également sa convocation en équipe de France et les objectifs des Bleus.

Samedi vous allez vous rendre à Nice. Cette rencontre s’inscrit sur la lancée de votre victoire à Bordeaux.
Oui… et du match contre Toulouse. Le mois d’août n’est pas forcément le mois durant lequel l’Olympique Lyonnais est le mieux réglé mais il est très important au niveau comptable d’avancer. Nice n’a pas réussi un très bon début de championnat. On sait donc qu’ils vont être très remontés. L’accueil risque d’être très chaud. Au niveau de l’engagement et de l’agressivité, ce match devrait ressembler à celui de Bordeaux. Cela risque d’être le thème de la saison. Tous les déplacements seront difficiles. Depuis qu’on a clairement affiché notre ambition de remporter le 6e titre, tous ont envie de nous voir tomber. On sait qu’on sera attendus partout. On s’y prépare et on essaiera de jouer sur notre valeur.

Sur un plan personnel, vous semblez monter en puissance. On vous a vu très bon lors du dernier match.
Oui. J’espère pouvoir continuer sur cette lancée même si je ne pense pas être encore au top physiquement. On a beaucoup parlé de l’absence des « mondialistes ». On se doit donc d’élever notre niveau de jeu et d’exigence envers nous même afin de répondre à cette attente. En tout cas, tout le groupe a en tête cette volonté d’atteindre les objectifs, très élevés, du club.

Il s’agit d’une journée importante pour vous avec le tirage au sort de la Ligue des Champions mais également la liste des joueurs convoqués par Raymond Domenech. Vous en faîtes partie. Ce n’est pas une surprise mais on imagine que cela doit vous faire plaisir.
Oui cela fait toujours plaisir surtout pour de tels matchs. Nous allons passer une dizaine de jours ensemble. C’est un peu notre rentrée officielle.

On sait que, dans ce genre de qualifications, les entames sont toujours très importantes. Est-ce également votre avis ?
Oui. Il ne faudra pas perdre de points en route. Tous les points seront chers. Il sera donc très important de parfaitement négocier ces deux matchs. On sait qu’il n’y aura pas de match facile comme on l’a vu lors de notre rencontre amicale face à la Bosnie. Ces éliminatoires ne seront pas un parcours de santé. Nous serons attendus partout. La difficulté sera accrue par le fait qu’on va jouer contre le champion du monde en titre. On doit avoir l’ambition de se qualifier. Comme on l’a vu en coupe du monde, rien ne sera facile mais on peut s’attendre à vivre au bout quelque chose de formidable.

Un tiers du groupe français sera issu de l’Olympique Lyonnais. Qu’est-ce que cela vous évoque ?
C’est une reconnaissance du travail effectué par l’Olympique Lyonnais et de la valeur de l’équipe. Depuis que je suis en équipe de France, il y a toujours eu pas mal de Lyonnais. Lorsque nous nous y rendons tous ensemble, on essaie d’y apporter l’ambiance que l’on connaît ici. Il n’y a pas de « groupe lyonnais » en équipe de France. Nous sommes tous parfaitement intégrés au sein de cette équipe. Nous nous y épanouissons tous.

Y aura-t-il un sentiment de revanche contre l’Italie ?
Le match sera bien entendu présenté comme tel mais il s’agit d’une autre compétition. Bien entendu, tous les joueurs ayant participé à la finale auront envie « d’inverser les choses ».

Vous devriez disposer d’un petit avantage par rapport à eux puisqu’ils n’ont pas encore repris la compétition officielle.
Je ne sais pas si c’est un avantage. Je suis sûr qu’ils ne négligeront pas cette rencontre. Leur préparation a dû être basée en fonction de ce match.

Parmi les Bleus, vous allez retrouver Alou Diarra que vous avez découvert aujourd’hui. Comment cela s’est-il passé ?
Bien. Il a pris le casier d’un autre Diarra. Il devrait trouver ses marques assez rapidement car il connait la plupart des joueurs pour les avoir côtoyés en équipe de France ou en championnat. Je ne me fais aucun souci quant à son intégration.

Sur un plan personnel, tu as rencontré le président cette semaine. Que vous êtes-vous dit ?
Beaucoup de choses. Cela s’est très bien passé. Les dirigeants m'ont assuré qu'ils comptaient sur moi.