masculins / OL - AS Rome J-1

Forza OL... vers les 1/4 de finale

Publié le 05 mars 2007 à 18:06 par R.B

Les Lyonnais doivent impérativement s’imposer pour se retrouver une nouvelle fois en ¼ de finale de la Champions League. Le match aller avait été du style plutôt fermé et accroché. Est-ce que la manche retour sera différente ? Peu importe… le seul but est la qualification… olympienne.

La feuille du match aller est encore présente dans toutes les têtes. Elle traduit globalement l’âpreté d’une rencontre bloquée où il était important pour les 2 formations de ne pas perdre, de ne pas prendre de but. Près de 60 fautes au total, 11 cartons jaunes et quasiment pas d’occasions de but. Au coup de sifflet final, chaque camp verra dans ce score vierge plus d’avantages que d’inconvénients.

Tout va donc se jouer sur la pelouse de Gerland. Bien malin qui peut prévoir le scénario de ce match retour. Mais, nous ne miserions pas un euro sur de grandes envolées italiennes. Attendre et voir venir sera certainement la tactique des Giallorossi qui peuvent se contenter d’un nul avec des buts pour éliminer le presque sextuple champion de France. Et s’il faut jouer la Comedia dell’arte pour y arriver, ils ne vont pas se gêner ! Alors, ils compteront sur leur solidité, leur solidarité, leur agressivité… Ils compteront aussi sur Totti pour marquer ; sur l’expérience des Panucci, Perrotta, Chivu, De Rossi ; sur la solidité de Mexes ; sur le sens de l’organisation du petit chilien Pizarro ; sur les fantaisies du Brésilien Mancini… Ils ont aussi les moyens de faire la différence sur les coups francs directs de Totti ou ceux tirés par Pizzaro à destination des différentes têtes chercheuses. Depuis la venue des Lyonnais à l’Olimpico, les hommes de Spaletti ont fait tranquillement le métier en championnat (1 succès et 2 nuls) pour protéger leur place de dauphin derrière l’intouchable Inter Milan. L’entraîneur romain ayant largement reposé ses cadres samedi à Ascoli en présentant seulement 4 titulaires au coup d’envoi. Ce n’est pas pour autant que les Italiens doivent envisager une soirée du type « Dolce Vita ».

L’OL n’a pas le choix ou presque. Tout autre résultat qu’un succès condamnerait en effet les coéquipiers de Juninho. Reste un problématique 0 à 0 et une séance de tirs au but favorable. Depuis le match dans la Ville Eternelle, l’OL a continué sa progression. Il est monté dans les tours au point de retrouver sa superbe santé d’avant la trêve. 3 contre Sochaux ; 3 buts dans le derby… Du jeu, de la constance, de la maitrise, du réalisme… le grand OL est de retour au moment idoine… comme cela était prévu par la famille olympienne. Des pelouses de l’hexagone à celles du Vieux Continent, il y a eu par le passé une grande similitude. Et personne n’a envie que cela change dans le camp du Grand de France.

Mardi soir, pour la première fois dans un match retour de 1/8èmes de finale de la CL, les Lyonnais partiront sans avoir l’avantage au tableau d’affichage. Juninho, Coupet, Govou se souviendront qu’ils avaient réussi un exploit majuscule en 2001-2002 en 1/16èmes de finale de la Coupe Uefa contre Bruges. Ecrasés 4 à 1 en Belgique, les hommes de Jacques Santini avaient au final et quasiment dans le temps additionnel, éliminé les Belges en s’imposant 3 à 0. La seule qualification européenne acquise à ce jour dans un match retour à Gerland depuis que Jean-Michel Aulas a pris les rênes du club. Là, il n’y avait pas toutefois de calculs à faire en raison du score à remonter.

«Il faudra se montrer patient et ne pas partir à l’abordage. En prenant un but, la situation deviendrait plus compliquée. Cette équipe de l’AS Rome est solide… ». Alou Diarra, au lendemain du succès à Saint-Etienne, a-t-il donné la marche que va suivre l’OL ? D’autant que question mental, souffle et finish, les protégés de Gérard Houllier sont des athlètes de très haut niveau. La maîtrise de soi sera bien évidemment importante. Inutile de rappeler l’art des équipes transalpines à vous énerver les plus calmes ! L'art de Juninho sur les coups de pied arrêtés sera bien évidemment importantissime. N’oublions pas aussi que ce groupe lyonnais est suffisamment riche pour permettre, notamment devant, à son entraîneur des changements payants en cours de partie. Ce 138ème match européen olympien se disputera sans Toulalan, suspendu ; alors que Juninho, 2 cartons jaunes, serait bien inspiré d’éviter le moindre signe d’énervement tout comme Réveillère… pour la suite de l’aventure. L’OL a en effet l’occasion mardi soir d’écrire une nouvelle belle page de son histoire continentale. "Je sais ce que nous allons faire..." Ces propos de Gérard Houllier lors de la conférence de presse nous poussent vers l'optimisme. Alors Forza OL… Arrivederci Roma.
Sur le même thème