masculins / Nancy - OL J-3

François Clerc : « On peut battre n’importe qui »

Publié le 19 décembre 2007 à 15:50 par BV

A trois jour du déplacement au Stade Marcel Picot, François Clerc évoque l'AS Nancy-Lorraine. Il décrypte également son rôle de latéral droit ainsi que le jeu de l'OL. Concernant le tirage au sort de la Ligue des Champions, il se montre confiant : " On peut battre n’importe qui ".

Un petit mot sur les séances d’entraînement de cette semaine…
Après le match face à Nice, on a eu deux jours de repos. Hier, on a bien travaillé physiquement avec Robert (Duverne). Aujourd’hui, on a fait beaucoup de duels. C’est une bonne préparation en vue du match face à Nancy.

Justement, comment abordez-vous ce choc face à Nancy ?
Ca va être un gros match. On y va pour gagner même si ce ne sera pas une partie de plaisir. Si les Nancéiens sont à cette place (2e du classement), c’est qu’ils le méritent. Ils ont beaucoup de qualités. C’est une équipe jeune, qui en veut. Ce sera donc un match très serré.

Avez-vous le sentiment de vous déplacer en position idéale ?
On a la chance d’avoir 4 points d’avance mais il ne faut pas que l’on y porte trop d’attention. L’important est de ramener les trois points. Faire le trou avant la trêve serait une bonne chose. Faire un bel écart nous permettrait d’être sereins en janvier. En revanche, si on venait à perdre, on les relancerait complètement.

Vous avez été titulaire lors des deux dernières rencontres. Comment vous sentez-vous ?
Jouer permet d’acquérir du rythme. Avec Anthony Réveillère, on tourne mais cela fait partie du jeu. Lorsque je suis sur le terrain, j’essaie de donner mon maximum. En ce moment j’ai la chance de jouer, j’en profite. On sait qu’à Lyon il y a de la concurrence. Avant chaque match, j’essaie de tout donner, de me préparer comme si j’allais jouer.

Un mot sur votre accrochage avec Cyril Rool...
Cela fait partie du jeu. C’est le foot. On est tous des compétiteurs. On a tous envie de gagner. Auparavant, je n’ai peut-être pas donné l’impression d’avoir du tempérament mais j’en ai toujours eu. Je n’ai simplement peut-être pas trop eu l’occasion de le montrer.

Comment analysez-vous votre rôle de défenseur latéral ?
Au départ, le latéral est un défenseur. Parfois, c’est plus difficile d’apporter le surnombre offensivement car on a un bon joueur face à soi, il faut donc le surveiller, on ne peut alors pas apporter autant qu’on le voudrait. Etre tout le temps devant n’est pas forcément une bonne chose. Il faut parfois rester derrière pour consolider l’équipe.

La semaine dernière, l’OL n’a pas encaissé de but. Avez-vous l’impression que la défense est maintenant bien en place ?
C’est un point que l’on a beaucoup travaillé parce qu’à une certaine période, on encaissait trop de buts. On a acquis des automatismes avec Cleber Anderson, on a trouvé nos repères. Toute l’équipe travaille beaucoup dans ce sens. A Glasgow, on a montré que l’on était vraiment un gros bloc, que tout le monde défendait, de Karim (Benzema) au gardien. Si l’on reste sur ces bases-là, on sera costauds.

[IMG40036#R]Comment jugez-vous l’équipe de cette année par rapport à l’année dernière ?
L’année dernière, on était plus expérimentés, avec des joueurs comme Eric (Abidal), Tiago ou Flo (Malouda). On avait surtout une préparation plus longue. On remontait plus le ballon par étapes en passant par le milieu, on y conservait le ballon plus longtemps. Cette année, on va tout de suite devant. On est un peu plus « fous-fous ». On a un peu changé de style de jeu. On se pose moins de questions mais on est en train de s’adapter. C’est une configuration qui peut faire très mal car on a du caractère. Depuis quelques temps, on a beaucoup travaillé et cela a payé. On est libérés dans nos têtes. C’est une bonne chose pour la fin de la saison.

Vendredi va se tenir le tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Avez-vous une préférence ?
Il n’y a que des grosses équipes. Porto fait peut-être figure d’équipe la plus faible même si cela reste une bonne formation. Les autres ne sont que des grosses cylindrées. On sait que l’on ne sera pas favoris parce que l’on va jouer le match retour à l’extérieur. On ne doit pas se « prendre la tête ». Il faut attendre le tirage au sort sereinement. On a une bonne chance de passer car on a montré que l’on était performants à l’extérieur. Avec un bon match « aller » à Gerland, et un bon retour, on peut battre n’importe qui.

Y a-t-il un adversaire que vous redoutez ?
Il y en a plusieurs. L’Inter fait actuellement une grosse impression. Manchester a l’air très costaud. Des huit équipes, ces deux dernières sont peut-être les deux meilleures.

Que peut-on vous souhaiter pour 2008 ?
D’être en bonne santé, déjà. Au niveau du football, de jouer, de gagner des matchs, d’être champion avec Lyon, d’aller le plus loin possible en Ligue des Champions. La cerise sur le gâteau serait d’être appelé en équipe de France pour l’Euro 2008.
Sur le même thème